Saint-Georges-des-Agoûts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-des-Agoûts
Vue du bourg.
Vue du bourg.
Blason de Saint-Georges-des-Agoûts
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Canton Mirambeau
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute-Saintonge
Maire
Mandat
Didier Bernard
2014-2020
Code postal 17150
Code commune 17335
Démographie
Gentilé Saint-Georgeais
Population
municipale
259 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 34″ N 0° 38′ 42″ O / 45.3761, -0.64545° 22′ 34″ Nord 0° 38′ 42″ Ouest / 45.3761, -0.645  
Altitude Min. 0 m – Max. 90 m
Superficie 6,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Agoûts

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Agoûts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Agoûts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Agoûts

Saint-Georges-des-Agoûts est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes).

Ses habitants sont appelés les Saint-Georgiens et les Saint-Georgiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Georges-des-Agoûts se situe dans le sud-ouest du département de la Charente-Maritime, dans l'ancienne province de Saintonge. Comme tout le département, appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[2], au cœur de l'Arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest.

La commune est une des étapes d'un sentier de grande randonnée balisé, le GR 360.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Georges-des-Agoûts
Saint-Thomas-de-Conac Semoussac
Saint-Georges-des-Agoûts
Saint-Sorlin-de-Conac Saint-Bonnet-sur-Gironde

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Georges-de-Cosnac ou Saint-Georges-des-Agoûts appartenait, sous l'Ancien Régime, au comté de Cosnac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Taillé au 1) de gueules au dragon d’or, au 2) d’azur à la mitre d’or accostée et soutenue de trois fleurs de lys du même ; le tout sommé d’un comble d’azur chargé de trois feuilles de vigne d’or[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Claude Richard    
2008 en cours Gilbert Guérineau    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 259 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
703 743 741 672 639 651 643 666 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
679 675 620 609 594 569 548 517 510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
480 475 472 394 405 385 393 331 347
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
349 302 253 260 243 245 261 259 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges[modifier | modifier le code]

Portail de l'église.

L'église paroissiale Saint-Georges date du XIIe siècle et a été agrandie aux XVe et XVIe siècles. De par son portail roman sculpté, elle est inscrite monument historique depuis 2000[6].

Elle renferme un tableau du XVIIIe siècle, « saint Nicolas et les enfants dans le saloir ». Il est classé monument historique au titre objet depuis 1991[7].

L'église renferme aussi une cloche en bronze datant de 1594. Son inscription en latin concerne l'auteur. Elle est aussi classée monument historique à titre objet depuis 1908[8].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • Un jardin-arboretum avec une fontaine s'étend dans le bourg au pied de l'église.
Arboretum

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]