Saint-Georges-d'Oléron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-d’Oléron
L'église Saint-Georges.
L'église Saint-Georges.
Blason de Saint-Georges-d’Oléron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Canton Saint-Pierre-d'Oléron
Intercommunalité Communauté de communes de l'Île-d'Oléron
Maire
Mandat
Éric Proust
2014-2020
Code postal 17190
Code commune 17337
Démographie
Gentilé Saint-Georgais
Population
municipale
3 482 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 58′ 47″ N 1° 19′ 54″ O / 45.9797222222, -1.33166666667 ()45° 58′ 47″ Nord 1° 19′ 54″ Ouest / 45.9797222222, -1.33166666667 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 30 m
Superficie 46,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Georges-d’Oléron

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Georges-d’Oléron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-d’Oléron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-d’Oléron
Liens
Site web www.saint-georges-oleron.com

Saint-Georges-d'Oléron est une commune du sud-ouest de la France, située sur l'île d'Oléron, dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Saint-Georgeais et les Saint-Georgeaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Georges-d'Oléron se situe dans la partie septentrionale de l'île d'Oléron, dans le nord-ouest du département de la Charente-Maritime.

Sur un plan plus général, la commune de Saint-Georges-d'Oléron est localisée dans la partie sud-ouest de la France[Note 1], au centre de la côte atlantique dont elle est riveraine, faisant partie du « Midi atlantique »[2].

Situé à l'écart de l'axe principal de l'île, le bourg de Saint-Georges est trop souvent laissé de côté par les visiteurs pressés de se rendre à la pointe nord de l'île et son célèbre phare de Chassiron. Le village possède pourtant le plus ancien édifice de l'île avec son église romane. La commune dispose par ailleurs d'une façade sur chacune des deux côtes (continent et océan) de l'île d'Oléron, ce qui en fait la plus vaste de l'île (plus de 4 700 ha). Elle possède 16 km de plages.

La commune comprend, outre le bourg de Saint-Georges, plusieurs villages ou hameaux. Côté Pertuis d'Antioche : Le Douhet, Notre Dame en l'Isle, Plaisance-Foulerot, Sauzelle et Boyardville. Côté océan : Chaucre, Domino et Les Sables Vignier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Charente-Maritime.

Le fief de Saint-Georges-d'Oléron fut possédé dès le XIe siècle par la famille de Forz, dont une branche cognatique, les Forz ou de Vivonne, suivant les textes, en conserva la seigneurie jusqu'au XVe siècle. Bien que des textes manquent pour en faire une filiation suivie, ceux dont on dispose permettent d'en suivre le profil. (Références : archives de l'Association communautaire des Vivonne-Bibonne).

La commune de la Brée-les-Bains a été détachée de celle de Saint-Georges en 1951.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à saint Georges du même, debout sur une barque habillée de gueules, posée de trois quarts, voguant sur une mer d'azur agitée d'argent, saint Georges transperçant de sa lance un dragon mariné de gueules nageant dans ladite mer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Bernard Verrat UMP  
2008 en cours Éric Proust MoDem  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


En 2011, la commune comptait 3 482 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 316 4 134 3 985 3 896 4 500 4 230 4 252 4 436 4 538
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 509 4 818 4 775 5 255 5 208 5 288 5 060 4 540 4 125
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 285 4 472 4 068 3 647 3 553 3 275 3 013 2 767 2 383
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 530 2 664 2 718 2 935 3 144 3 287 3 415 3 482 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Jumelages[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe : Ile d'Oléron.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Certains y voient une appartenance géographique au Midi de la France — en référence au « Midi atlantique » cher au géographe Louis Papy - ainsi Saint-Georges-d'Oléron comme le département de la Charente-Maritime peuvent être rattachés à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le Midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984, p.21
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]