Saint-François-de-Madawaska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Saint-François (Nouveau-Brunswick).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-François.
Saint-François-de-Madawaska
Image illustrative de l'article Saint-François-de-Madawaska
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Madawaska
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Gérard Cyr
2012-2016
Fondateur
Date de fondation
Acadiens
1826
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 533 hab. (2011 en diminution)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 36″ N 68° 42′ 08″ O / 47.243289, -68.70231647° 14′ 36″ Nord 68° 42′ 08″ Ouest / 47.243289, -68.702316  
Superficie 634 ha = 6,34 km2
Divers
Langue(s) Français (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1313042
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-François-de-Madawaska

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-François-de-Madawaska
Liens
Site web http://saintfrancoisconnors.com

Saint-François-de-Madawaska est un village du comté de Madawaska, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick, au Canada. Le village comptait 572 habitants en 2001. L'élevage de la volaille, en particulier celle du poulet, est une activité très importante dans la région de Saint-François-de-Madawaska.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village est nommé en l'honneur de Saint-François-Xavier, Apôtre des Indes et du Japon (1506-1552).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Saint-François-de-Madawaska dans le comté de Madawaska.

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-François-de-Madawaska est situé dans le comté de Madawaska, à 41 kilomètres de route au sud-ouest d'Edmundston. Le village s'élève sur la rive gauche (nord) du fleuve Saint-Jean et fait face aux États-Unis, plus précisément au Maine. Saint-François-de-Madawaska a une superficie de 6,34 kilomètres carrés[1].

Le village est enclavé dans la paroisse de Saint-François. La plantation de Saint John se trouve au-delà du fleuve, au sud. Les villes les plus proches sont Clair, à 8 km à l'est, ainsi que Fort Kent, aux États-Unis, à 10 km à l'est.

Saint-François-de-Madawaska est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[2], quoique l'appartenance des Brayons à l'Acadie fasse l'objet d'un débat[3].

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 267 logements privés en 2006, dont 250 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 68,8 % sont individuels, 4,0 % sont jumelés, 4,0 % sont en rangée, 4,0 % sont des appartements ou duplex et 22,0 % sont des immeubles de moins de cinq étages. 70,0 % des logements sont possédés alors que 30,0 % sont loués. 88,0 % ont été construits avant 1986 et 6,0 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,5 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 72 136 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des Acadiens fondent le village en 1826 après avoir achetées les terres d'Américains qui y exploitaient la forêt de pins[5]. L'« église rouge », est construite en 1850 et rénovée en 1885[5]. Elle est toutefois détruite dans un incendie le 3 février 1886[5]. L'abbé Joseph Martin démissionne et la maison de Hilaire Nadeau sert de chapelle durant deux ans et demi[5]. Les travaux de la nouvelle église, située où se trouve actuellement le club d'âge d'or, commencent le 23 août 1886 en présence de l'évêque Mgr James Rogers[5]. La cloche, fabriquée à Cincinnati, est installée le 2 août 1887 et la première messe a lieu le 29 juin 1888[5]. La cloche casse le 1er juillet mais est remplacée la même année[5]. L'église compte sa propre alimentation électrique en 1920[5]. Le 10 mai de la même année, le réseau contribue à répandre l'incendie lorsque la foudre s'abat sur le bâtiment[5]. Un hangar est utilisée comme chapelle à partir du 20 mai suivant[5]. Les travaux de la troisième église commencent en 1921. Les parpaings de béton sont construits dans un bâtiment abritant de nos jours le bureau de poste tandis que le sable est extrait des îles du fleuve et transporté sur une route construite à cet effet[5]. Un nouveau presbytère est inauguré en 1922[5]. Le premier aqueduc est construit la même année[5]. La messe inaugurale de la troisième église a lieu le 1er janvier 1929[5].

L'église est rénovée en 1972[5]. L'école Ernest-Lang est inaugurée en 1976[6]. Saint-François-de-Madawaska est constitué en municipalité le 9 novembre 1966[7].

Guerre du poulet[modifier | modifier le code]

L'industrie du poulet favorise la prospérité du village, qui compte, à la fin des années 1990, l'un des taux de chômage les plus bas dans la province[8]. Nadeau Ferme Avicole, le principal employeur, compte à son apogée plus de 350 employés[8]. Le seul autre abattoir de poulet de la province, situé à Sussex, est toutefois fermé mais les éleveurs de Sussex décident pour la plupart de prendre leur retraite au lieu de devoir payer les coût supplémentaires du transport à Saint-François-de-Madawaska[8]. Le Groupe Westco, qui n'était alors qu'une coopérative de quelques producteurs locaux, rachète les quotas des éleveurs de Sussex et améliore les infrastructures de Saint-François, concentrant ainsi en quelques années 80 % de la production de poulet de la province[8]. Un producteur ne peut alors posséder plus de 10 % des quotas mais les fermes membres de Westco dépassent ce seuil en 2003; cette limite est abolie par les Producteurs de poulet du Nouveau-Brunswick en 2005[8]. Entretemps, en 1989, Nadeau Ferme Avicole avait été achetée par l'entreprise ontarienne Maple Lodge, faisant craindre à Westco la fermeture de l'abattoir local[8]. Le Groupe Westco propose une entente à Nadeau Ferme Avicole en 2007, sans succès[8].

En 2008, le Groupe Westco signe un contrat avec l'entreprise Olymel pour l'abattage des volailles dans une usine située au Québec[8]. Le gouvernement de Shawn Graham tente alors de faire adopter une loi forçant l'abattage du poulet dans la province, sans succès[8]. En 2009, Nadeau se retrouve avec une baisse considérable de commandes[8]. Cette situation divise une bonne partie de la population du village[8]. À partir de 2010, le gouvernement de David Alward, citant des décision des tribunaux, refuse de réviser les quotas des producteurs ou de créer une association sectorielle pour l'abattage du poulet comme il en existe pour l'élevage; David Alward était ministre de l'agriculture à l'époque de l'abolition du plafond des quotas[8]. Nadeau survit avec une main-d’œuvre réduite grâce notamment à l’abattage de poulet de la Nouvelle-Écosse, où un abattoir sera toutefois construit en 2012[8]. La décision du Québec de permettre à Nadeau d'importer son poulet est quant à elle en appel[8]. En 2012, Westco est en train de construire un abattoir dans le village de Clair, à dix minutes de route, où 70 anciens employés de Nadeau ont déjà postulé pour un emploi[8].

Congrès mondial acadien[modifier | modifier le code]

Saint-François-de-Madawaska est l'une des localités organisatrices du Ve Congrès mondial acadien en 2014[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Saint-François-de-Madawaska depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
753 729 661 631 572 585 533
(Sources : [10],[11],[1])


Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Madawaska, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[12].

Le Groupe Westco possède 80 % du quota de production de poulet au Nouveau-Brunswick[8]. La majeure partie des animaux sont abattus dans une usine d'Olymel au Québec mais un abattoir du partenariat Sunnymel est en cours de construction à Clair[8]. Nadeau Ferme Avicole possède lui-même un abattoir à Saint-François-de-Madawaska[8].

Il y a une succursale de la Caisse populaire Trois-Rives, basée à Edmundston et membre des Caisses populaires acadiennes[13].

Évolution du taux de chômage à Saint-François-de-Madawaska
Sources[14],[15],[16],[17],[18],[18]:

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de 4 conseillers[7]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[7]. La conseillère Lise Landry démissionne ensuite pour des raisons personnelles. Une élection partielle a donc lieu le 13 mai 2013 suivant mais il n'y a aucun candidat[19]. Pierre Ouellette est finalement élu parmi trois candidats lors de l'élection partielle du 28 octobre[19].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Gérard Cyr
Conseillers Chantal Veilleux Lévesque, Colette Lévesque, Pierre Ouellette et Sylvain St-Onge.

Conseils précédents

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Gérard Cyr
Conseillers Colette Levesque, Chantal Veilleux Levesque, Sylvain St-Onge.


Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2012 en cours Gérard Cyr    
2004 2012 Raoul Cyr    
2001 2004 Ernest G. Sirois    
1998 2001 Yvon Morneault    
1969 1998 Ernest G. Sirois[20]    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Saint-François-de-Madawaska fait partie de la Région 1[21], une commissions de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[22]. Saint-François-de-Madawaska est représentée au conseil par son maire[23]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[24].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Saint-François-de-Madawaska est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[25].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Saint-François-de-Madawaska fait partie de la circonscription provinciale de Madawaska-les-Lacs, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Yvon Bonenfant, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Saint-François-de-Madawaska fait partie de la circonscription fédérale de Madawaska—Restigouche, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Jean-Claude D'Amours, du Parti libéral. Il fut élu lors de la 38e élection générale, en 2004, puis réélu en 2006 et en 2008.

Vivre à Saint-François-de-Madawaska[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

L’école Ernest-Lang accueille les élèves de la maternelle à la 8e année. C'est une école publique francophone faisant partie du district scolaire #3.

Saint-François possède la bibliothèque publique Mgr-Plourde, nommée en l'honneur de Joseph-Aurèle Plourde.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le village possède une caserne de pompiers, un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick et un bureau de poste. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Clair. L'hôpital régional d'Edmundston dessert la région.

Religion[modifier | modifier le code]

Saint-François-de-Madawaska est tout d'abord une mission de la paroisse de Saint-Basile ; le curé Langevin vient y dire la messe trois ou quatre fois par année alors qu'ils dessert Sainte-Luce, au Maine[5]. Le village est rattaché à la paroisse de Sainte-Luce en 1843[5]. Elle en est détachée en 1859, où elle obtient son premier prêtre résidant[5]. Les paroisses de Claire, de Lac-Baker et de Connors en sont ensuite séparées[5]. À cause de la dette liée à la construction de la deuxième église, l'évêque Rogers loge le curé Antoine Comeau à Clair et le fait desservir Saint-François-de-Madawaska en tant que mission[5].

L'église Saint-François-Xavier est une église catholique romaine faisant partie du diocèse d'Edmundston.

Curés résidents

  • 1859-1864: P. Charles Swéron
  • 1864-1867: P. Dougal Stanislas MacDonald
  • 1867-1873: P. Joseph A. Roy
  • 1873-1875: P. J.-C. Éthier, c.s.c.
  • 1875-1876: P. J.-B. Bazoge, c.s.c.
  • 1876-1885: P. Joseph Pelletier
  • 1885-1886: P. Joseph Martin
  • 1886-1889: P. Phydime Paradis

Curé non-résident

  • 1889-1890 : P. Antoine Comeau

Curés résidents

  • 1890-1921: P. Israël-Norbert Dumont
  • 1921-1932: P. Télesphore Lambert
  • 1932-1949: P. Ernest Lang
  • 1949-1966: P. Hilaire Daigle
  • 1966-1975: P. Alfred Ouellet
  • 1975-1982: P. Laurent Nadeau
  • 1982-1991: P. Jacques Gauvreau
  • 1991-1998: P. Yvon Ouellet
  • 1998-1999: P. Claude Côté, c.j.m., administrateur
  • 1999-2007: Équipe de pastorale paroissiale (P. Claude Côté, c.j.m., modérateur)
  • 2007-2011: Équipe de pastorale paroissiale (P. Ivan Thériault, modérateur)
  • 2011- : Équipe de pastorale paroissiale (P. Jacques Thériault, v.g., modérateur)

Médias[modifier | modifier le code]

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès aux hebdomadaires Le Madawaska et La République, d'Edmundston. Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Saint-François-de-Madawaska est officiellement francophone[26] puisque moins de 20 % de la population parle l'anglais.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cuisine acadienne.

L'Érablière unique est une sucrerie située à Saint-François-de-Madawaska.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Saint-François Rose des vents
Paroisse de Saint-François N Paroisse de Saint-François
O    Saint-François-de-Madawaska    E
S
fleuve Saint-Jean
plantation de Saint John

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Profils des communautés de 2006 - Saint-François-de-Madawaska - Population », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  2. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  3. Jacques Paul Couturier, « La République du Madawaska et l'Acadie : la construction identitaire d'une région néo-brunswickoise au XXe siècle », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 56, no 2,‎ Automne 2002, p. 153-184 (lire en ligne).
  4. « Profils des communautés de 2006 - Saint-François-de-Madawaska - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 26 octobre 2009).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t « Saint-François:Saint-François-Xavier », sur Diocèse d'Edmundston (consulté le 17 mai 2013).
  6. [PDF] « Francophone Nord-Ouest », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  7. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (en) « Chicken war divides St. Francois », sur cbcnews.ca,‎ 5 février 2012.
  9. « Programme officiel » [PDF], sur Congrès mondial acadien 2014 (consulté le 11 août 2014)
  10. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  11. « Profils des communautés de 1996 - Saint-François-de-Madawaska - Population », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  12. « Territoire desservi », sur Entreprise Madawaska (consulté le 8 novembre 2012).
  13. « Caisse populaire Trois Rives », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  14. « 1986, Profil 2B, 1986 - NB - Edmunston - Woodstock (59 lieux) », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  15. « 1991, Profil 2B, 1991 - NB - Edmunston - Woodstock (58 lieux) », sur Statistique Canada (consulté le 17 novembre 2011).
  16. « Profils des communautés de 1996 - Saint-François-de-Madawaska - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 février 2012).
  17. « Profils des communautés de 2001 - Saint-François-de-Madawaska - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 février 2012).
  18. a et b « Profils des communautés de 2006 - Saint-François-de-Madawaska - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 17 février 2012).
  19. a et b « Événements électoraux locaux de 2013, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 28 mai 2014)
  20. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  21. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) » (consulté le 9 novembre 2012).
  22. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  23. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  24. « Services obligatoires », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  25. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  26. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975