Saint-Ferréol-d'Auroure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Ferréol.
Saint-Ferréol-d'Auroure
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Haute-Loire
Arrondissement Arrondissement d'Yssingeaux
Canton Canton de Saint-Didier-en-Velay
Intercommunalité Communauté de communes Loire Semène
Maire
Mandat
Jean-Paul Aulagnier
2014- en cours
Code postal 43330
Code commune 43184
Démographie
Gentilé San-Ferrois, San-Ferroises
Population
municipale
2 426 hab. (2011)
Densité 224 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 21″ N 4° 15′ 19″ E / 45.3558, 4.2553 ()45° 21′ 21″ Nord 4° 15′ 19″ Est / 45.3558, 4.2553 ()  
Altitude Min. 457 m – Max. 818 m
Superficie 10,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ferréol-d'Auroure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ferréol-d'Auroure

Saint-Ferréol-d'Auroure est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe aux confins de l'Auvergne et de la région Rhône-Alpes, à 6 km de Firminy, 19 km de Saint-Étienne, 56 km du Puy et 78 km de Lyon.

Son emplacement permet de relier Paris en moins de 4 heures et 540 km grâce à la ligne directe de TGV Saint-Étienne/Paris. Par l’autoroute, il est également possible de rejoindre les premières stations de ski en 2h ou les premières plages du sud en moins de 3h.

La commune est traversée par la Gampille, affluent de l'Ondaine. Cette rivière a d'ailleurs donné son nom au Bois de la Gampille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Ferréol est une très vieille commune puisque des documents historiques font état de la ville en 1315. L’ancien cimetière derrière l’église daterait même de l’an 900...

En 1623, Saint-Ferréol disposait d’un bureau des douanes permettant de contrôler la route d’Espagne et d’un relais de diligences.

En termes d'activité, le XVIe siècle a marqué le début de l'extraction de la galène (minerai de plomb) dans la commune. L’entrée de la faille n'est plus exploitée depuis 1838 mais existe toujours.

Deux grandes familles marquèrent la vie de Saint-Ferréol :

  • La tour Varan : elle transporta à Firminy la clouterie à main dont le berceau se trouvait à Lafayette.
  • La famille de Villeneuve : bienfaitrice de la paroisse. Plusieurs de ses membres furent élus maires.

Jusqu’à la Révolution, Saint-Ferréol faisait partie du Forez et portait d’ailleurs le nom de Saint-Ferréol-en-Forez. La commune relevait du comté du Forez mais la paroisse dépendait du diocèse du Puy-en-Velay. C’est qu’en 1790 que La commune fut rattachée à la Haute-Loire.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mont-Sec[1].
En 1865, le démembrement de la commune et de celles d'Aurec-sur-Loire de Saint-Didier-en-Velay a donné lieu à la naissance de la commune de Pont-Salomon.

Les habitants de Saint-Ferréol s’appellent, depuis 1988 seulement, les San-Ferrois et San-Ferroises.

Saint-Ferréol est aujourd'hui un village à la périphérie de Saint-Étienne, où résident beaucoup de gens travaillant dans cette ville, ayant ainsi le bénéfice d'habiter à la campagne, tout en restant à proximité de la ville.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Ferréol-d'Auroure
Blason à dessiner Blason De sinople à deux épis de blé d'or, l'un en pal, l'autre en bande, les tiges passées en sautoir, liés par un listel de gueules avec trois outils de mineur de sable, le tout disposé en éventail.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
Avant 1800 Ennemond Bayon
1800 à 1814 Julien De Villeneuve
1814 à 1822 Gabriel Deville
1822 à 1831 Ennemond Bayon
1831 à 1846 Jacques Bayon
1846 à 1848 Eugène De Villeneuve
1848 Alfred Massenet
1848 à 1852 Eugène De Villeneuve
1852 à 1870 Jean Teissier
1870 à 1871 Mathieu Pichon
1871 à 1878 Armand De Villeneuve
1878 à 1884 Jean-Baptiste Bayon
1884 à 1901 Abel De Villeneuve
1901 à 1907 Mathieu Teissier
1907 à 1908 Étienne Bayon
1908 à 1919 Henry Macardier
1919 à 1935 François Rosaz
1935 à 1971 Louis Martin Binachon
1971 à 1983 Daniel Lebail
1983 à juin 1995 Jean-Pierre Deville
juin 1995 à mars 2001 Nicole Tareriat
mars 2001 - mars 2014 Yves Serrano
mars 2014 - mars 2020 Jean Paul Aulagnier
Toutes les données ne nous sont pas encore connues.

Démographie[modifier | modifier le code]

Création de la commune de Pont-Salomon le 12 juillet 1865.


En 2011, la commune comptait 2 426 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
966 940 1 152 1 223 1 388 1 454 1 491 1 673 1 562
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 601 1 746 1 283 1 107 1 152 1 180 1 085 981 906
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
874 732 670 747 645 642 605 606 558
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
562 635 859 1 240 1 775 2 052 2 188 2 426 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Villeneuve, 1674
  • Tour ruinée d'Oriol
  • Maison forte de La Borie
  • Haute église du XIXe siècle
  • Chapelle Saint Roch
  • Chapelle de Villeneuve
  • Le calvaire, rénové en 2006
  • Four à pain
  • Mairie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Ferréol-d'Auroure sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 20 juillet 2012.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011