Saint-Félix (Charente-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Félix.
Saint-Félix
Image illustrative de l'article Saint-Félix (Charente-Maritime)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Loulay
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Loulay
Maire
Mandat
Claude Hoffelt
2014-2020
Code postal 17330
Code commune 17327
Démographie
Gentilé Saint-Féliciens
Population
municipale
305 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 24″ N 0° 35′ 55″ O / 46.09, -0.598646° 05′ 24″ Nord 0° 35′ 55″ Ouest / 46.09, -0.5986  
Altitude Min. 37 m – Max. 90 m
Superficie 15,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Félix

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Félix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Félix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Félix

Saint-Félix est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Saint-Féliciens et les Saint-Féliciennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Félix est une commune de l'ancienne province de Saintonge mais en limite de l'Aunis. Cette localisation est marquée sur le terrain par le relief qui s'accentue notoirement en entrant en Saintonge. Le point culminant de la commune atteint les 90 mètres. Les sols sont des rendzines séchantes sur roche mère calcaire. Il n'y a pas a proprement parler de rivière (même si certains lieu-dit y font référence). La gestion de l'eau à Saint-Félix fut de tout temps une préoccupation majeure ; la construction d'un des premiers châteaux d'eau du département en est un témoignage.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Félix[2]
Marsais Dœuil-sur-le-Mignon
Saint-Félix[2] Migré
Bernay-Saint-Martin

Histoire[modifier | modifier le code]

Groupé autour de sa motte castrale, Saint-Félix n'a pas conservé de traces de son passé féodal, à l'exception de l'entrée d'un souterrain. Les liens avec la seigneurie de Surgères sont très anciens car dès 1097, Hugues de Surgères donne à l'abbaye de Saint-Jean-d'Angély l'église et la terre de La Chaussée. L'église devient ensuite possession de l'ordre du Temple.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Claude Hoffelt    
2008 en cours Claude Hoffelt    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 305 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
387 399 434 489 537 505 512 534 518
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
507 515 562 550 559 557 445 445 411
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
436 440 464 455 442 441 430 409 370
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
364 331 289 273 253 282 288 289 305
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :