Saint-Félix-Lauragais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Félix-Lauragais
Saint-Félix-Lauragais.
Saint-Félix-Lauragais.
Blason de Saint-Félix-Lauragais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Toulouse
Canton Canton de Revel
Intercommunalité Communauté de communes du Lauragais-Revel-Sorèzois
Maire
Mandat
André Rey
2008-2014
Code postal 31540
Code commune 31478
Démographie
Gentilé Saint-Féliciens
Population
municipale
1 323 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 59″ N 1° 53′ 18″ E / 43.4497222222, 1.88833333333 ()43° 26′ 59″ Nord 1° 53′ 18″ Est / 43.4497222222, 1.88833333333 ()  
Altitude Min. 178 m – Max. 341 m
Superficie 51,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Félix-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Félix-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Félix-Lauragais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Félix-Lauragais

Saint-Félix-Lauragais (en occitan Sant Felitz de Lauragués), est une commune française, située dans le département de la Haute-Garonne en région Midi-Pyrénées, au cœur du Pays de Cocagne.

Ses habitants sont appelés les Saint-Féliciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Félix-Lauragais est une ancienne bastide du Lauragais située sur l'ancienne route nationale 622 à 40 km au sud-est de Toulouse, traversée par le Laudot, la Vendinelle et la Rigole.

Le village de Saint-Félix, perché sur une crête calcaire (cuesta) dominant la plaine de Revel et faisant face à l'extrémité ouest de la Montagne Noire, se trouve sur le chemin de la via Tolosane du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le territoire de la commun est peuplé depuis le Néolithique, comme l’atteste le mobilier préhistorique trouvé sur la commune et collectionné par Henri de Séverac (1831-1904), frère de Gilbert et oncle de Déodat. Une partie de sa collection est visible au Muséum de Toulouse.
  • Le village est connu aussi sous le nom de Saint-Félix-de-Caraman. En 1167 les Cathares se réunissent ici au Synode de Saint-Félix sous la présidence du pope Nicétas évêque des Bogomiles. Il a consolé les évêques cathares de France (du nord), Lombardie, Toulouse, Albi, Agen et Carcassonne.
  • En 1921, la commune change de nom. Saint-Félix devient Saint-Félix-Lauragais.
  • Depuis 1972, le village de Saint-Félix accueille la Fête de la Cocagne (du nom de la teinture bleu pastel) durant le week-end de Pâques qui replonge le village dans son contexte historique, et fait revivre aux visiteurs un village à la façon d’antan [1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Félix-Lauragais

Son blasonnement est : d'or, à une cloche d'azur bataillée d'argent[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Hubert Roques - -
mars 2001 en cours André Rey - -
Les données manquantes sont à compléter.

La commune fait partie de la septième circonscription de la Haute-Garonne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 323 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 404 3 020 2 795 2 634 2 610 2 800 2 698 2 855 2 911
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 732 2 696 2 571 2 491 2 478 2 293 2 339 2 239 2 049
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 994 1 910 1 951 1 700 1 691 1 677 1 596 1 495 1 456
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 349 1 192 1 110 1 188 1 177 1 301 1 348 1 354 1 323
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Félix est essentiellement agricole (céréales, élevage de chèvres, etc.) et touristique.

Le parc éolien du Lauragais, composé de onze machines réparties sur trois communes – six éoliennes sur la commune de Saint-Félix-Lauragais, quatre sur Roumens et une sur Montégut-Lauragais – a été mis en service fin 2008. Il est exploité par la société Voltalia. Il a une puissance nominale totale installée de 18,37 MW. La production annuelle est estimée à 45 GW.h, et alimente en électricité, chauffage compris, via le poste source EDF de Revel, un peu plus de 10 000 foyers[5].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Félix-Lauragais compte 2 restaurants, l'Auberge du Poids public, étoilé au guide michelin (1 macaron), le soleil d'en Galinier et le Cocagne qui fait aussi hôtel.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Société académique d'architecture, Les bastides du Lauragais et du pays de Foix : Carcassonne, Chalabre, Mazères, Mirepoix, Montgeard, Revel, Roquefixade, Saint-Félix-Lauragais, Villefranche-de-Lauragais, Diagram, Toulouse, 1991, 32 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après le site Internet du festival de la Cocagne.
  2. Denis-François Gastelier de La Tour, Armorial des États de Languedoc, Paris, Vincent,‎ 1767, 248 p. (lire en ligne)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Données générales du parc éolien du Lauragais