Saint-Doulchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Doulchard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Saint-Doulchard
Intercommunalité Bourges Plus
Maire
Mandat
Daniel Bézard
2014-2020
Code postal 18230
Code commune 18205
Démographie
Gentilé Dolchardiens[1]
Population
municipale
9 199 hab. (2011)
Densité 383 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 20″ N 2° 21′ 27″ E / 47.1055555556, 2.3575 ()47° 06′ 20″ Nord 2° 21′ 27″ Est / 47.1055555556, 2.3575 ()  
Altitude Min. 119 m – Max. 167 m
Superficie 24,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Doulchard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Doulchard
Liens
Site web www.mairie-saintdoulchard.fr

Saint-Doulchard est une commune française située dans le département du Cher en Région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Doulchard s’étend sur 2 343 hectares, dans la périphérie nord-ouest de la ville de Bourges, et en lisière sud de la Sologne. En termes de population, elle est la quatrième ville du département du Cher.

Saint-Doulchard fait partie de la communauté d'agglomération de Bourges Plus, agglomération de plus de 100 000 habitants ; elle s'affirme et conserve son entité tout en participant à des projets communs. Elle est située à l'orée de la Sologne, au carrefour des routes qui mènent vers Tours et Orléans et au-delà vers Chartres et Paris. Saint-Doulchard est traversée du nord-ouest au sud par la route nationale 76 et par les lignes SNCF.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Berry-Bouy Saint-Éloy-de-Gy Vasselay Rose des vents
N
O    Saint-Doulchard    E
S
Marmagne Bourges

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Dans l'Antiquité nommée "Ampeliacum", qui signifie littéralement "coteaux aux vignes", Saint-Doulchard est une terre agricole riche dotée on le suppose d'une villa romaine.
  • Au Moyen Âge, elle accueillera le moine ermite Dulcardus qui lui donnera son nom : Saint-Doulchard.

S'implante alors autour des reliques du saint une communauté ecclésiastique inspirée de saint Ursin, l'évangélisateur de la région, avec le couvent des Ursulines. Un village se constitue alors autour de son clocher (la paroisse "Sanctus Dulcardus" est mentionnée en 1065).

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom d'Unité-sur-Yèvre[2].

  • Depuis l’implantation du chemin de fer au XIXe siècle, l’installation de l’usine Michelin en 1950, jusqu’à nos jours, la ville à la faveur d’une gestion raisonnée, a su devenir une des communes les plus attractives en région Centre. Sa fiscalité modérée[Combien ?] lui permet d’attirer les entreprises, les emplois, dans ses parcs d’activités, et d'accroître sans cesse sa population. L’élan de cette commune de l’agglomération berruyère est notamment dû à sa gestion saine, basée sur l’équilibre entre ses taxes et l’attrait de sa situation.[non neutre] [réf. nécessaire]
  • Saint-Doulchard est une ville active économiquement, son dynamisme se reflète à travers les nombreux territoires en mutation actuellement, des nouveaux quartiers et lotissements qui bourgeonnent aux périphéries de la ville, aux anciens quartiers et faubourgs proches du cœur de l’agglomération berruyère en cours de revitalisation : cette ville de taille moyenne est riche en projets d'aménagements[Lesquels ?], que les services de la ville ont besoin de suivre au plus près[pas clair].
  • Depuis 2002, la commune a intégré la communauté d’agglomération de Bourges et voit actuellement le transfert de certaines de ces compétences dans les domaines de l’eau, de l’assainissement, de l’environnement et du développement économique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 2001 en cours Daniel Bézard DVD  
mars 2001 novembre 2001 Edouard Rubio DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal a élu les conseillers municipaux suivants pour représenter la municipalité au conseil communautaire (révision 11/2009) : Daniel BEZARD vice-président délégué au Développement économique et à la Politique de la ville, Bernard BOLZAN, Françoise CAMPAGNE, André CATOIRE, Paulette DARNEAU, Thierry VALLEE, Josette LECAS, Jean-Michel FLEURIER, Olivier ALLEZARD, Paulette PIÉTÙ, Dominique BETTINI.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 199 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 397 500 422 506 537 568 619 755
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
791 842 873 978 1 073 1 204 1 344 1 356 1 379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 554 1 555 1 576 1 569 1 649 1 784 1 915 2 473 2 582
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
4 552 5 274 6 609 7 928 9 149 9 018 9 048 9 020 9 197
2011 - - - - - - - -
9 199 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église

L'église du bourg de style roman a été construite au XIe siècle ; elle a été restaurée au XXe siècle et possède un reliquaire de forme élégante de style Louis XV. C'est dans ce reliquaire que se trouvent les reliques des saints Fructueux, Reparat et Illuminat. On suppose qu'il contient également des reliques de saint Doulchard. Ces reliques faisaient autrefois l'objet d'un pieux pèlerinage.

On peut admirer dans l'église une peinture du XVIIe siècle.

Château de Varye

Le château de Varye, construit en 1870 sur trois niveaux, est devenu un haut lieu culturel autour de la peinture, de la musique, de la littérature et autres. Le domaine de Varye jouit d'un parc d'une superficie de quatre hectares environ. Le domaine est ouvert au public suite à la réhabilitation du château.

Au cœur du domaine de Varye, un gîte d'étape d'une capacité d'accueil de 19 couchages reçoit les enfants du centre de loisirs ou des particuliers.

Château de Vouzay

Le château de Vouzay est connu pour avoir été la retraite de l'abbé de Choisy.

Article détaillé : château de Vouzay.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Dans le cimetière, tombe d'Alfred Stanke (1904-1975), le « Franciscain de Bourges », moine-soldat allemand d'une bonté admirable, qui, pendant l'Occupation, a apaisé les souffrances des prisonniers aux mains de la Gestapo.
  • La commune de Saint-Doulchard a vu naître Bernard Diomède (champion du monde de football en 1998, vainqueur de la coupe de France en 1996, du championnat de France en 1996 et de la coupe Gambardella).
  • Mustapha El Atrassi, humoriste d'origine marocaine, né en août 1985 à Saint-Doulchard.
  • Loïc Jacquet, international français de rugby à XV évoluant au poste de 2e ligne à l'AS Montferrandaise, y est né le 31 mars 1985.
  • François Göske, jeune acteur franco-allemand vivant actuellement à Munich, est né à Saint-Doulchard le 18 mars 1989.
  • William Bonnet, coureur cycliste français, né le 25 juin 1982 à Saint-Doulchard.
  • Romain Girouille, archer français (champion d'Europe individuel 2010), né le 26 avril 1988 à Saint-Doulchard.
  • Brigitte Simonetta, speakerine puis présentatrice sur Antenne 2 dans les années 1980, est originaire de Saint-Doulchard.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Saint-Doulchard a reçu 3 fleurs au Concours des villes et villages fleuris.

Saint-Doulchard est jumelée avec la ville de Darłowo (Pologne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 20/07/2008.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Doulchard », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 7 décembre 2012)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :