Saint-Disdier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Disdier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Arrondissement de Gap
Canton Dévoluy
Intercommunalité Communauté de communes Buëch Dévoluy
Commune Dévoluy
Statut Commune déléguée
Code postal 05250
Code commune 05138
Démographie
Gentilé Saint-Didierois, Saint-Didieroises
Population 134 hab. (2007)
Densité 2,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 09″ N 5° 53′ 52″ E / 44.7358, 5.8978 ()44° 44′ 09″ Nord 5° 53′ 52″ Est / 44.7358, 5.8978 ()  
Altitude Min. 950 m – Max. 2 755 m
Superficie 45,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 15.svg
Saint-Disdier

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 15.svg
Saint-Disdier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Disdier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Disdier

Saint-Disdier est une ancienne commune française, située dans le département des Hautes-Alpes et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le 1er janvier 2013, les quatre communes du canton de Saint-Étienne-en-Dévoluy (Saint-Étienne-en-Dévoluy, Agnières-en-Dévoluy, La Cluse et Saint-Disdier) ont fusionné pour constituer une nouvelle commune nommée « Dévoluy »[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Disdier est situé au nord de la commune de Dévoluy, à la limite du département de l'Isère, entre le Grand Ferrand (altitude 2 759 mètres) à l'ouest et la montagne de Féraud (alt. maxi. 2 565 m) à l'est, à l'entrée du défilé par lequel la Souloise s'échappe du Dévoluy pour rejoindre le Drac dans le lac du Sautet.

Au confluent de la Souloise et de son affluent la Ribière, Saint-Disdier est le principal carrefour du Dévoluy. Traversé du nord au sud par la route départementale 937 qui relie Corps à Veynes, c'est le point de bifurcation vers Saint-Étienne-en-Dévoluy, la station de Superdévoluy et le col du Noyer.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’existence d'une paroisse de Saint-Disdier (Sanctus Desiderius de Devoludio) est avérée à la fin du XIIIe siècle. En 1427 la paroisse compte 57 feux (foyers, c'est-à-dire familles). L'église paroissiale est alors située aux Gicons ; l'église paroissiale actuelle, au village, date de 1875.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des derniers maires[3]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Christian Sarrazin    
mars 2008 décembre 2012 Guy Michel    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2007, la commune comptait 134 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
599 397 596 540 575 592 570 505 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
557 526 546 546 537 528 527 525 515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
509 506 520 461 441 445 376 332 262
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 -
244 211 190 163 157 141 135 134 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Mère église vue de la route d'accès
  • La chapelle des Gicons, dite « Mère Église », est classée monument historique depuis 1927. Cette petite église, dont la date de construction est inconnue (XIe ou XIIe siècle), et dont le surnom est d'origine inconnue (mère pour maire, principale ?), est de style roman, comportant une nef à trois travées en voûtes de plein cintre et une abside semi-circulaire, le tout flanqué d'une chapelle latérale surmontée du clocher et prolongée par une absidiole. Le bâtiment, plusieurs fois modifié, a été longtemps laissé à l'abandon. Il est actuellement en cours de restauration à l'instigation d'une association locale[6], et avec le soutien de la commune.
Article détaillé : Mère église (Saint-Disdier).
  • Bien que n'étant pas situées sur la commune du Dévoluy, mais sur les communes de Pellafol et de Monestier-d'Ambel (Isère), un peu plus au nord, les Gillardes, exsurgences se jetant dans la Souloise, sont un des lieux les plus visités à partir de Saint-Disdier.

Personnalités liées à Saint-Disdier[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dévoluy & nous, n° 31, juin 2012; page 11
  2. Le Dauphiné libéré, 15 avril 2012
  3. Site de la préfecture des Hautes-Alpes, consulté le 9 mai 2008 (fichier au format Excel)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007
  6. l'association des amis de Mère Eglise (AAME, Mairie de Saint-Disdier) a édité une monographie très documentée sur le bâtiment et le pays environnant : Mère Eglise en Dévoluy, un pays et son église, 2007, 178 p., (ISBN 978-2-9529531-0-8)