Saint-Christophe-de-Valains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Christophe.
Saint-Christophe-de-Valains
Mairie de Saint-Christophe-de-Valains.
Mairie de Saint-Christophe-de-Valains.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Saint-Aubin-du-Cormier
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier
Maire
Mandat
Yves Gérard
2014-2020
Code postal 35140
Code commune 35261
Démographie
Population
municipale
228 hab. (2011)
Densité 70 hab./km2
Population
aire urbaine
11 826 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 37″ N 1° 26′ 46″ O / 48.3436111111, -1.44611111111 ()48° 20′ 37″ Nord 1° 26′ 46″ Ouest / 48.3436111111, -1.44611111111 ()  
Altitude Min. 35 m – Max. 104 m
Superficie 3,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Christophe-de-Valains

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Christophe-de-Valains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Christophe-de-Valains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Christophe-de-Valains
Liens
Site web saintchristophedevalains.fr

Saint-Christophe-de-Valains est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Saint-Christophe-de-Valains vient de saint Christophe de Lycie, patron des voyageurs et des automobilistes et de Valains, fief de Vieux-Vy-sur-Couesnon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Christophe-de-Valains.

Saint-Christophe-de-Valains est situé à 37 km au nord-est de Rennes et à 35 km au sud du Mont Saint-Michel.

Traditionnellement, la commune est situé dans le pays rennais. Il se trouve dans le bocage des Marches de Bretagne nord, à la limite ouest du Coglais.

Les communes limitrophes sont Chauvigné, Le Tiercent, Saint-Ouen-des-Alleux et Vieux-Vy-sur-Couesnon.

Carte de la commune.
Communes limitrophes de Saint-Christophe-de-Valains
Chauvigné Le Tiercent
Vieux-Vy-sur-Couesnon Saint-Christophe-de-Valains
Saint-Ouen-des-Alleux

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de Villée et celui de la Boulais traversent la commune avant de se jetter dans la Minette. Celle-ci constitue la frontière nord de la commune et est un affluent du Couesnon.

La commune se trouve intégralement dans le bassin versant du Couesnon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve l’ancienne forme Saint Christofle de Valains en 1399[1].

Son nom est Sant-Kristol-Gwalen en breton[1].

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les principaux hameaux sont :

  • La Bélinaye
  • La Croix Brisée
  • La Goizière
  • La Basse Haye
  • La Haute Haye
  • La Haute Ronde
  • La Hayée
  • La Mézière
  • La Résidence des Chênes
  • La Ronde
  • La Servais
  • La Sourde
  • Launay
  • Le Clotay
  • Le Croisé
  • Le Rocher Chauvin
  • Les Basses Cours
  • Les Landelles

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que très ancienne, l’origine de la paroisse est inconnue. Le prieuré-cure de Saint-Christophe-de-Valains dépendait de l’abbaye de Rillé située à Fougères.

Combat de la chouannerie.

L'école communale mixte fut fondée en 1856. Il y avait trois religieuses. Elles s'occupaient de l'école et des soins aux malades.

1936 : crue historique en Ille-et-Vilaine. Sous le parapet du pont situé sur la D22, une plaque indique le niveau atteint par la Minette le 4 janvier 1936.

31 juillet 1944 : parachutage d'armes avec la participation des résistants de Vieux-Vy-sur-Couesnon et du groupe Bérel, recteur à Saint-Christophe-de Valains[2].

1963 : construction des nouveaux bâtiments de l’école privée St Joseph avec la participation des parents et de l’abbé Joseph Poirier de Saint-Ouen-des-Alleux et Saint-Christophe-de-Valains.

Fin des années 1960 : arrivée de l’eau courante.

Deux écoles existaient au XXe siècle. L’école publique a fonctionné jusqu’au début des années 1970.

La commune de Saint-Christophe-de-Valains a obtenu le label des "Communes du Patrimoine Rural de Bretagne" en décembre 2005[3].

2005-2006 : création du réseau d'assainissement des eaux usées.

Juillet 2011 : fermeture de l'école privée Saint-Joseph.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Joseph Coutard    
mars 2001 en cours Yves Gérard[4],[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 228 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235 295 260 257 286 308 290 296 323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
310 300 341 324 324 321 300 324 291
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
274 291 223 193 241 222 232 194 185
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
164 151 129 107 106 138 133 135 211
2011 - - - - - - - -
228 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2009, Saint-Christophe-de-Valains comptait 211 habitants, ce qui en fait l’une des communes les moins peuplées d’Ille-et-Vilaine.

Le maximum de population a été atteint en 1866 avec 341 habitants.

Traditions[modifier | modifier le code]

Comme dans les communes voisines, le gallo, appelé patois dans la région, était couramment parlé jusque dans les années 1970. Depuis, il est remplacé par le français, surtout auprès des jeunes générations.

La galette de blé noir fait partie de la nourriture traditionnelle. Dans les années 1960, une « marchande de galettes » livrait sa production à domicile.

La galette-saucisse est souvent consommée à l’occasion des fêtes de village. On en trouve également sur les marchés.

Le banquet des classes qui rassemble les conscrits de l’année et les personnes originaires de la commune dont l’âge se termine par 0. Il se déroule en même temps que celui de Saint-Ouen-des-Alleux.

Le jeu de palets, joué sur une planche en bois, est pratiqué entre amis ou lors de concours.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Château de La Bélinaye, XVIIe siècle.

La commune compte un seul monument historique protégé : le château de la Bélinaye, du XVIIe siècle, dont les façades et toitures sont inscrites au titre des monuments historiques par arrêté du 25 septembre 1968[8],[9].

On trouve également de nombreux monuments :

  • Église paroissiale Saint-Christophe du XVe siècle [10] ;
  • le presbytère[11] ;
  • Le monument aux morts, une croix en granite, est situé dans le cimetière. Cinq noms y sont inscrits :
    1914-1918 : F. Renault, T. Jourdan, E. Delourme, J. Guillemois,
    1939-1945 : Capitaine R. Dorange.
  • plusieurs croix[12] ;
  • un moulin situé au lieu-dit la Sourde[13] ;
  • plusieurs maisons[14] dont :
    • deux situées dans le bourg et remontant respectivement à 1572 [15] et à 1628 [16] ;
    • une située au lieu-dit Launay [17] ;
    • une à la Hayée [18] ;
    • une à la Haute Haye [19] ;
    • une à la Basse Haye [20] ;
    • une ferme de 1666 [21] ;

De même, on ne trouve pas de zone naturelle protégée mais la commune possède tout de même un patrimoine naturel :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Évènement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Résultats concernant « Saint-Christophe-de-Valains » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 2 novembre 2012).
  2. La Résistance à Vieux-Vy-sur-Couesnon et dans les environs
  3. Label CPRB
  4. Maire sortant - LeMonde.fr
  5. Portail internet des services de l'État
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  8. « Notice no PA00090770 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice no IA00006998 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no IA00006994 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no IA00006995 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice no IA00006992 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no IA00007005 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Notice no IA00006993 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Notice no IA00006997 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no IA00006996 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Notice no IA00007004 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Notice no IA00007003 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no IA00007002 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Notice no IA00007001 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no IA00007000 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pouillé historique de l’archevêché de Rennes par l'abbé Amédée Guillotin de Corson, volume 2, page 623 ; volume 3, page 565 ; volume 5, page 777 à 780.

Liens externes[modifier | modifier le code]