Saint-Christ-Briost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Christ-Briost
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement de Péronne
Canton Canton de Nesle
Intercommunalité Communauté de communes de Nesle
Maire
Mandat
Délégation spéciale en place en raison de l annulation de l élection
Élections municipales de 2014-
Code postal 80200
Code commune 80701
Démographie
Population
municipale
473 hab. (2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 16″ N 2° 55′ 50″ E / 49.8544444444, 2.9305555555649° 51′ 16″ Nord 2° 55′ 50″ Est / 49.8544444444, 2.93055555556  
Altitude Min. 47 m – Max. 87 m
Superficie 7,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Christ-Briost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Christ-Briost

Saint-Christ-Briost est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le canal du nord, par la Somme et par l'un de ses affluents l'Omignon qui conflue peu après, sur la commune voisine de Brie au nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 11 juillet 2014[1] Francis Archintini[2]   Élection 2014-2020 annulée au 11 juillet 2014
11 juillet 2014[1] en cours
(au 27 juillet 2014)
Yann Misiak   Secrétaire général de sous-préfecture
Président de la délégation spéciale

Les élections municipales du 23 mars 2014 ont été annulées par le tribunal administratif d'Amiens le 20 mai 2014[3], [4], en raison de dysfonctionnements du bureau de vote[5]. En conséquence, le préfet de la Somme a nommé le 11 juillet 2014 une délégation spéciale – composée de Yann Misiak (Président de la délégation), secrétaire général de la sous-préfecture, de Danielle Doyen, fonctionnaire du ministère de la Justice et de Marie-Ange Lecocq, fonctionnaire du ministère de l'Agriculture – qui administre la commune jusqu'à l'élection d'un nouveau maire suite à de nouvelles élections municipales organisées les 14 et 21 septembre 2014[6],[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 473 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312 293 340 402 426 415 586 608 581
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566 600 554 550 565 544 517 522 527
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
505 517 491 399 478 438 435 425 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
351 337 341 360 404 408 433 430 461
2011 - - - - - - - -
473 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité (Briost)[9] - Dès 1103, la charte de Baudry parle de l'autel et de l'église de cette paroisse. La chapelle de Briost serait un ex-voto de l’un des barons de Briost, pour remercier la Sainte Vierge de ne pas s’être noyé dans la Somme. Cet élégant édifice dont on a supprimé quelques parties semble se rapporter à l'architecture de la fin du XIVe siècle. Elle remplacerait une église plus ancienne.

Elle est sous le vocable de la Nativité de la Vierge Marie.

En grande partie épargnée par la guerre, restaurée en 1925, elle est classée aux monuments historiques.

En comparant les cartes postales anciennes et les photos récentes, on peut voir qu'une travée supplémentaire a été réhabilitée.Une première implantation d'une église, se fait dans la cadre de l'installation du prieuré Saint Christ qui serait antérieur à l'an 1073 par l'abbaye Notre-Dame de Jouarre, prieuré qui donnera plus tard son nom au village.

  • Église Sainte-Jules[10] - Une charte de Baudry, Evêque de Noyon, parle de la chapelle - église du prieuré - "altare de Nova-villa cum capella", autel de Nova Villa avec sa chapelle.

L'église a pour vocable Sainte Jules.

L’église d’origine était celle de l’ancien village de Villa Nova, et datait du XIIe siècle. Elle était ornée d’une tour, avec des meurtrières, chargée de défendre le passage de la Somme.

Les différentes restaurations, surtout celles de 1750 et 1766 ont fait disparaitre la presque totalité des constructions primitives. Il ne reste que le portail et la tour flanquée d'une tourelle.

Minée et détruite par les allemands en 1916, elle fut reconstruite après la guerre, à quelques centaines de mètres de l’ancienne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

* Le site Officiel de la Commune de Saint Christ Briost. Village de pêche en Picardie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Amélie Mainberte, « Saint-Christ-Briost vit sous la tutelle de l’État : Une délégation spéciale a pris les commandes du village le 11 juillet dernier. Elle est en place jusqu’à l’élection du conseil municipal, le 14 septembre », Le Courrier picard,‎ 27 juillet 2014 (lire en ligne).
  2. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 15 mars 2009)
  3. « Saint-Christ-Briost (80) L’élection municipale annulée », Le Courrier picard,‎ 27 mai 2014 (lire en ligne).
  4. Marjorie Michaud, « Les électeurs devront retourner aux urnes : C’est sûr : les élections municipales et communautaires sont annulées dans la commune. De nouvelles élections seront organisées », Journal de Ham, no 23,‎ 5 juin 2014, p. 10 (ISSN 0755-1398)
  5. Marjorie Michaud, « L’élection du maire se jouera au tribunal : Un recours auprès du tribunal administratif a été déposé à l’encontre de Francis Archantini par Jean- Michel Lemaire : il aurait ouvert l’urne pendant l’élection. », Journal de Ham, no 15,‎ 11 juillet 2014, p. 10 (ISSN 0755-1398)
  6. « Installation d'une délégation spéciale suite à l’annulation de l’élection du conseil municipal de Saint-Christ-Briost », Préfecture de la Somme,‎ 11 juillet 2014 (consulté le 31 juillet 2014).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/80/accueil_80701a.htm
  10. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/80/accueil_80701.htm