Saint-Chély-d'Aubrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Chély.
Saint-Chély-d'Aubrac
Saint-Chély-d'Aubrac
Saint-Chély-d'Aubrac
Blason de Saint-Chély-d'Aubrac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Saint-Chély-d'Aubrac
Intercommunalité Communauté de communes Aubrac-Laguiole
Maire
Mandat
Christiane Marfin
2014-2020
Code postal 12470
Code commune 12214
Démographie
Gentilé Saint-Chélois(e)
Population
municipale
548 hab. (2011)
Densité 7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 29″ N 2° 55′ 19″ E / 44.5913888889, 2.9219444444444° 35′ 29″ Nord 2° 55′ 19″ Est / 44.5913888889, 2.92194444444  
Altitude Min. 560 m – Max. 1 405 m
Superficie 78,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Chély-d'Aubrac

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-Chély-d'Aubrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Chély-d'Aubrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Chély-d'Aubrac

Saint-Chély-d'Aubrac est une commune française, située au sud du plateau de l'Aubrac, dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées. Le dimanche 2 août 2009 les habitants de Saint-Chély d'Aubrac ont décidé par consultation publique de s'appeler les Saint-Chélois. Le nom du village viendrait de saint Éloi dont la statue est présente dans l'église et qui se prononce sanch Ely, en patois local.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Chély est placée sur le versant aveyronnais du plateau de l'Aubrac, au sein de la vallée de la Boralde de Saint-Chély-d'Aubrac débouchant au sud sur la vallée du Lot. Le nom les Touzes pourrait venir de l'Occitan las Doutz, signifiant les sources.

Zone Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le plateau central de l'Aubrac aveyronnais a été classé en zone Natura 2000 [1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Saint-Chély-d'Aubrac

Les armes de la commune de Saint-Chély-d'Aubrac se blasonnent ainsi :
D'azur à la mitre d'argent, accostée de deux navettes d'or, les bobines de gueules ; au chef cousu du même chargé d'une croisette de Malte aussi d'argent, accostée de deux coquilles aussi d'or.

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le code]

Carte de l'Aubrac où figure le mont Hélanus et la via Podiensis.

La population de Saint-Chély-d'Aubrac remonte dans un premier temps à la Préhistoire où, près du roc de Castelviel, des silex polis et haches de pierre furent retrouvés. Le chemin GR 65 reprend la via-Podiensis qui est, à cet endroit, l'ancienne voie romaine, et est le moyen le plus simple de rejoindre la vallée du Lot.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Carte ancienne de la région.

Depuis l'histoire d'Adalard qui se jura, après avoir été pris dans un guet-apens à l'approche d'Aubrac, d'y fonder la Domerie d'Aubrac ou hôpital d'Aubrac, Saint-Chély-d'Aubrac a vécu, vit, et vivra par et pour le pèlerinage.

Voici la plus ancienne version de l'aventure d'Adalard (XVe siècle) :
Adalard, revenant de Compostelle avec sa suite de trente chevaliers, traversait l'Aubrac au crépuscule et cherchait sans doute un abri pour la nuit lorsqu'il avisa une grotte, cachée au plus profond des bois. Mais là, horreur ! les pèlerins y trouvèrent vingt à trente têtes de voyageurs assassinés. Ce ne pouvait être que des pèlerins de Compostelle ! Le Christ apparut alors et demanda à Adalard de fonder un hôpital en cet endroit dangereux. Adalard acheva son pèlerinage et revint, seul, obéir à l'ordre divin…

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • 1790-1794 : Saint-Chély est constituée par la réunion de Saint-Chély-de-Belveze et de Saint-Chély-d'Estaing
  • 1837 : Saint-Chély absorbe Bonnefon et Le Pouget.
  • 1936 : Saint-Chély prend le nom de Saint-Chély d'Aubrac.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1995 Raymond Cayrel UDF Sénateur de l'Aveyron (1993-1995)
Conseiller général du Canton de Saint-Chély-d'Aubrac (1964-1970, 1976-2001)
1995 en cours Jean-Claude Fontanier DVD Conseiller général du Canton de Saint-Chély-d'Aubrac depuis 2008
Président de la Communauté de communes Aubrac-Laguiole depuis 2008
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 548 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 638 1 475 3 253 3 326 3 289 3 044 2 088 1 994 2 110
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 873 1 697 1 809 1 828 1 815 1 799 1 867 1 760 1 590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 632 1 600 1 594 1 272 1 241 1 149 1 149 1 082 899
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
820 726 606 556 547 532 546 549 548
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La Fête de la Transhumance (tous les ans, le week-end le plus proche du 25 mai)
  • Concours Cantonal de la race Aubrac.
  • À la Rencontre des Écrivains à Aubrac : 26, 27 et 28 août.

Randonnée[modifier | modifier le code]

Saint-Chély.

Saint-Chély offre de nombreux chemins de randonnée. Le village est d'ailleurs sur le Sentier de grande randonnée GR 65, trajet mythique pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Saint-Chély-d'Aubrac et Aubrac sont les deux étapes aveyronnaises de l'Aubrac qui mènent à la vallée du Lot. On quitte Aubrac à 1 300 mètres d'altitude et, en 7 kilomètres, on arrive à Saint-Chély-d'Aubrac à 800 mètres d'altitude, puis on sort de l'Aubrac par Saint-Côme-d'Olt à 400 mètres d'altitude environ, à une quinzaine de kilomètres.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église romane Logo monument historique Classé MH (1925)[5] des XIe et XIIe siècles, mentionnée parmi celles que Pons Étienne donna en 1082 à l'abbaye de Saint-Victor de Marseille sous le nom de Saint-Éloi au-dessous de Belvezet. Elle est reconstruite au XVe siècle, suite à son incendie vers 1385 au cours de la guerre de Cent Ans, autour d’une tour des anciennes fortifications lui servant de clocher. Avec ses gros arcs doubleaux, sa tribune a beaucoup de caractère.
  • Croix en fer forgé du XVIIIe siècle.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Laguiole (fromage), Aligot et Retortillat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Raymond Cayrel), Sant-Chèli-d'Aubrac : Condom d'Aubrac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Sant-Chèli, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 1998, ill., couv. ill. ; 28 cm, 238 p. (ISBN 2-907279-40-8, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37078682)
  • Laurent Fau, Les monts d'Aubrac au Moyen âge : genèse d'un monde agropastoral, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l'homme, coll. « Documents d'archéologie française » (no 101),‎ 2006, ill., couv. ill. ; 30 cm, 214 p. (ISBN 978-2-7351-1117-6, ISSN 0769-010X, notice BnF no FRBNF41039796)
  • Lucette Laurens, Aménagement rural et développement local en Aubrac, Montpellier, Laboratoire de géographie rurale de l'Université Paul-Valéry, coll. « Espace rural » (no 18),‎ 1988, ill., couv. ill. ; 29 cm, 94 p. (ISSN 0764-7557, notice BnF no FRBNF35003894)
  • Albert Calmels et Hippolyte Coste, L'Aubrac : géologie, orographie, hydrologie, climat, flore, forêts, préhistoire, Marseille, Laffitte,‎ 1983, ill. ; 23 cm, 213 p. (ISBN 2-7348-0114-0, notice BnF no FRBNF34757881)
  • Étienne Hamon (rédacteur), Francis Nouyrigat (rédacteur) et Pierre Pradel (rédacteur, spécialiste de l'élevage) (photogr. André Kumurdjian, Émile Sudres, Paul Finet.), L'Aubrac : Association pour le développement, l'animation et la sauvegarde d'Aubrac, Millau, Éd. du Beffroi,‎ 1996, ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm, 48 p. (ISBN 2-908123-20-7, notice BnF no FRBNF37173007)
  • Francis Nouyrigat, D'Aubrac en vallée : sur le chemin de Saint-Jacques, Rodez, Éd. du Rouergue,‎ 2003, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 23 cm, 64 p. (ISBN 2-84156-474-6, notice BnF no FRBNF39090410)
  • Colette Gouvion (photogr. Renaud Dengreville), Une France sauvage : l'Aubrac, Rodez, Éd. du Rouergue,‎ 2009, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 25 cm, 251 p. (ISBN 978-2-8126-0032-6, notice BnF no FRBNF42024544)
  • Fédération française de la randonnée pédestre, Tour des monts d'Aubrac : GR de pays - topo-guide, Aumont-Aubrac, Laguiole, Saint-Chély-d'Apcher, Paris, FFRP,‎ 2000, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 21 cm, 80 p. (ISBN 2-85699-811-9, notice BnF no FRBNF37108785)
  • Christian Allain, L'Aubrac par monts et par burons : 8 itinéraires de découverte, Montpellier, NPL éd., coll. « Itinéraires et découvertes »,‎ 2007, ill. en noir et en coul., cartes, couv. ill. en coul. ; 24 cm, 111 p. (ISBN 978-2-35414-013-7, ISSN 2100-9902, notice BnF no FRBNF41047460)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]