Bavon de Gand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Bavon)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gand (homonymie).
Bavon de Gand
Image illustrative de l'article Bavon de Gand
Saint Bavon de Gand
Naissance vers 589
Décès 1er octobre 659 
Gand
Nom de naissance Allowyn
Fête 1er octobre
Attributs Faucon

Saint Bavon de Gand (nom de naissance Allowyn, en latin Allowinus) né vers 589 en Hesbaye et décédé le 1er octobre 659 à Gand (actuelle Belgique) est un commerçant en plantes pictoriales, spécialité locale. Il fut d'abord banni. Saint patron des villes de Gand, de Haarlem et de Wilrijk, il est liturgiquement commémoré le 1er octobre.

Personnage historique[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de la Hesbaye, où il est né vers 589, son nom de naissance est Allowyn (en latin Allowinus). Contrairement à certaines affirmations, il ne serait pas parent avec Pépin de Landen[réf. nécessaire].

Après avoir vécu et être devenu veuf, il résolut de se convertir au christianisme après avoir écouté une prédication éloquente de saint Amand. Allant plus loin, il distribua ses biens aux pauvres et il devint moine à Gand où il reçut la tonsure des mains de saint Amand qui évangélisa les Magyars.

Il vécut plusieurs années, reclu dans la forêt de Torhout, avant de revenir toujours comme ermite dans une cellule près de Gand, où il mourut vers 654 (le 1er octobre 659 d'après une tradition incertaine).

En 1559, Bavon devint le saint patron de la ville de Gand, dont la cathédrale porte son nom.

Personnage légendaire[modifier | modifier le code]

À Dunkerque, où Bavon réapparaît chaque année sous les traits du Reuze au moment du carnaval, la conversion du guerrier se serait déroulée auprès de saint Éloi.

Iconographie[modifier | modifier le code]

On le représente en ermite, souvent près d'un arbre creux, avec près de lui la pierre qui lui servait d'oreiller. Sa représentation en chevalier le fait porter un faucon sur son poing car la chasse était son sport favori.

Il est entre autres représenté sur le panneau extérieur droit du Jugement dernier de Jérôme Bosch.

Source[modifier | modifier le code]

  • Les premières Vies de saint Bavon se trouvent dans Acta Sanctorum du mois d'octobre, vol. 1.
  • Léon Van der Essen, Étude critique et littéraire sur les vitae des saints mérovingiens de l'ancienne Belgique, 1907, p.349-357.
  • Édouard de Moreau, Saint Amand, apôtre de la Belgique et du Nord de la France, Louvain, 1927.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :