Saint-Barthélemy-d'Anjou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Barthélemy.
Saint-Barthélemy-d'Anjou
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Angers-Est
Intercommunalité C.A. d'Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Dominique Bréjeon
2014-2020
Code postal 49124
Code commune 49267
Démographie
Gentilé Bartholoméen, Bartholoméenne
Population
municipale
8 600 hab. (2011)
Densité 590 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 06″ N 0° 29′ 38″ O / 47.4683333333, -0.493888888889 ()47° 28′ 06″ Nord 0° 29′ 38″ Ouest / 47.4683333333, -0.493888888889 ()  
Altitude 44 m (min. : 22 m) (max. : 49 m)
Superficie 14,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Barthélemy-d'Anjou
Liens
Site web Ville de Saint-Barthélemy-d'Anjou

Saint-Barthélemy-d'Anjou est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Elle se trouve dans la banlieue Est d'Angers.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune angevine, Saint-Barthélemy-d'Anjou se situe dans la partie Est de l'agglomération d'Angers[1].

La commune se situe sur les unités paysagères de la Confluence angevine et des Portes du Baugeois[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ecouflant Saint-Sylvain-d'Anjou Le Plessis-Grammoire Rose des vents
Angers N Brain-sur-l'Authion
O    Saint-Barthélemy d'Anjou    E
S
Angers Trélazé Trélazé

Superficie et altitudes[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur près de 15 km2 (1 458 hectares)[3], et son altitude varie de 22 à 49 mètres[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1709[4] : Hiver au froid extrême qui détruit blé, vignes, arbres, bétail. Des gens meurent de la disette.
  • 1720 : 650 habitants.
  • 1760 : Le bourg comprend l'église avec le cimetière et 4 maisons : celle du curé, celle d'un angevin toujours absent, le cabaret et la demeure d'une demoiselle de charité. Les habitants, en majorité closiers et laboureurs vivent au milieu des près, landes et bois. Un tonnelier, un meunier et quelques perreyeurs. Mais les petits métiers vont se développer avant la Révolution.
  • 1772 : Première école dans le bourg.
  • 1776 : Construction du château de Pignerolle pour le compte d'un riche bourgeois angevin, Marcel Avril de Pignerolles, écuyer de la Grande écurie du Roi et seigneur de Pignerolle.
  • 1779 : Année noire, une épidémie de dysenterie tue 40 personnes sur 750.
  • 1787 : Première élection des membres de l'assemblée municipale. Notables et propriétaires fonciers se réuniront sous l'orme de l'église.
  • 1789 : Les habitants élisent deux délégués à l'assemblée générale de la province devant désigner les députés de l'Assemblée nationale. Rédaction d'un cahier de doléances (impôts, justice, droit de chasse, protection des cultures pillées par les perreyeurs, droit d'hospitalisation à Angers…). Élection d'un député au comité anti-gabelle (impôt sur le sel). St-Barthélemy (des Landes) devient « Bon Air ». Des enfants de maîtres angevins sont en nourrice dans les closeries. Le premier maire de St-Barthélemy fait partie du canton de Samson.
  • 1791 : La première sage-femme s'installe au bourg (pour le premier médecin, attendre 1950)
  • 1793 :
    • Apparition des jurés populaires.
    • Participation à l'œuvre de défense nationale, armement des citoyens, réquisition pour l'armée de Loire.
    • Les Vendéens passent au bourg.
    • Les biens de l'Église sont vendus comme biens nationaux (La Grange, La Pignonière, L'aumônerie, La Claverie, La Cressonnière et le presbytère).

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1806[4] : Les habitations se multiplient, la bourgeoisie possède les terres et la commune est totalement démunie. Pour payer le garde champêtre chargé de la prévention du pillage des cultures, un impôt est levé sur toutes les propriétés non closes. Pour échapper à cet impôt, nombre de champs et maisons de Maîtres se ceinturent de murs d'ardoises.
  • 1830 : Construction de la cure, premiers travaux d'urbanisme et d'alignement.
  • 1840 : Première institutrice, Mme Renioult.
  • 1842 : Déplacement du cimetière, problèmes financiers pour sa clôture.
  • 1845 : Construction de la mairie qui est une salle adossée à l'église.
  • 1843 : Construction de la voie ferrée Angers-Paris.
  • 1850 :
    • Premier instituteur, Mr Bechet.
    • 1162 habitants.
  • 1874 : Réfection de l'église telle qu'elle est aujourd'hui.
  • 1880 : Construction d'une autre mairie avec écoles de garçons et filles attenantes.
  • 1881 : Élection de Prosper Jamin au poste de Maire.
  • 1882 : Construction de la ligne de chemin de fer Angers-La Flèche.
  • 1891 : Installation d'une halte au lieu-dit Croix de Cheminée.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1900[4] : Première pompe à incendie (la Cie de pompiers sera dissoute en 1941).
  • 1904 : Élection de René Bazin au Conseil municipal.
  • 1908 : La vitesse des automobiles est limitée à 12 km/h dans le bourg.
  • 1909 : Élection de Joseph Couderc de St Chamant à la tête de la municipalité.
  • 1914 : On recense neuf cabarets sur la commune.
  • 1914-1918 : La Grande guerre fait 55 victimes.
  • 1922 : Nouvelle appellation « Saint-Barthélemy-d'Anjou » proposée par le conseil municipal par arrêté présidentiel.
  • 1923 : Electrification de la commune (les bâtiments municipaux seulement).
  • 1927 : Construction de la cité ouvrière de la Lignerie pour loger les carriers travaillant aux ardoisières de Trélazé.
  • 1928 : Excès de vitesse permanents dans le bourg, limite portée à 20 km/h.
  • 1930 :
    • 2000 habitants.
    • Démission du maire Joseph Couderc de St Chamant, remplacé par Gaston de Beauchamp.
  • 1932 : Décès de l'Académicien René Bazin.
  • 1935 : Élection de Louis Lipreau comme Maire de St-Barthélemy.
  • 1939 :
  • 1940 : Départ du gouvernement polonais. La kriegsmarine allemande s'installe pour 4 ans au château.
  • 1939-1945 : 8 tués et 44 prisonniers sur la commune lors de la guerre.
  • 1944 : Un avion américain est abattu par la DCA allemande en face du château de Pignerolle.
  • 1954 : 2 500 habitants.
  • 1976 : 8 000 habitants.
  • 1982 : Construction du nouvel hôtel de ville, inauguré en 1984.
  • 1987 : 10 000 habitants

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1881  ? Prosper Jamin    
1909 1930 Joseph Couderc de St Chamant    
1930 1935 Gaston de Beauchamp    
1935  ? Louis Lipreau    
 ? 1965 Sécher    
1965 2001 Jean Gilles Divers droite  
2001 2006 Gérard Pilet PS Conseiller général
2006 avril 2014 Jean-François Jeanneteau Divers droite  
avril 2014 en cours Dominique Bréjeon[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole[6], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 600 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
772 763 914 1 035 1 074 1 082 1 225 1 200 1 162
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 230 1 260 1 266 1 155 1 202 1 248 1 306 1 165 1 267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 328 1 368 1 283 1 402 1 502 1 847 1 961 2 207 2 444
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 938 4 241 5 965 9 129 9 369 9 832 9 281 9 075 8 822
2011 - - - - - - - -
8 600 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,3 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 16,6 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 23,9 %) ;
  • 51,9 % de femmes (0 à 14 ans = 15,8 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 17 %, 45 à 59 ans = 23,9 %, plus de 60 ans = 27,2 %).
Pyramide des âges à Saint-Barthélemy-d'Anjou en 2008 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,7 
6,7 
75 à 89 ans
9,4 
16,9 
60 à 74 ans
17,1 
23,2 
45 à 59 ans
23,9 
16,6 
30 à 44 ans
17,0 
18,2 
15 à 29 ans
16,1 
18,3 
0 à 14 ans
15,8 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale et associative[modifier | modifier le code]

  • Théâtre de l'Hôtel de Ville (THV) (salle de 372 places).
  • Le collège de la Venaiserie, trois écoles primaires publiques et 1 école primaire privée.
  • Une école de musique (liée à l'amicale laïque).
  • Quatre complexes sportifs.
  • Une médiathèque (Manoir de la Ranloue).
  • Une piscine (la Baleine bleue).
  • Un club de Baseball depuis 1987 (Eagles de St-Barthélémy d'Anjou) [12]

Label : Saint-Barthélémy-d'Anjou est labellisée Ville Fleurie avec une fleur au concours des villes et villages fleuris.

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le Festival Voisinages, spectacles variés en tout genre, qui se déroule dans le Théâtre de l'Hôtel de Ville (THV).

Économie[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 724 établissements présents sur la commune à fin 2010, 2 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 68 % de celui du commerce et des services et 15 % du secteur de l'administration et de la santé[13].

Zones industrielles et commerciales[modifier | modifier le code]

La zone industrielle de Saint-Barthélémy est l'une des plus importante de l'agglomération angevine, elle accueille notamment : ThyssenKrupp AG (ascenseurs), dépôt de la société IRIGO (bus), Distillerie Cointreau / Carré Cointreau (musée), centre de valorisation des déchets ménagers BioPôle.

Zone commerciale du Pressoir Franc : Leroy Merlin, 4 murs, Rogaray, Chantemur, Heytens, La Halle aux chaussures, Netto.

Deux grandes surfaces alimentaires : Super U Cœur de Ville et Les Banchais.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Barthélemy-d'Anjou (49), consulté le 14 octobre 2012
  2. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 118 126 - Données consultables sur WikiAnjou.
  3. a et b IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2011), consulté le 14 octobre 2012
  4. a, b et c D'après le site de la ville de Saint-Barthélemy-d'Anjou
  5. Le Courrier de l'Ouest, Dominique Bréjeon nouveau maire, article du 5 avril 2014
  6. Insee, Composition de l'EPCI d'Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 15 novembre 2012
  7. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. « Évolution et structure de la population à Saint-Barthélemy-d'Anjou en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 octobre 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 octobre 2012)
  12. Eagles de St-Barthélémy d'Anjou, Berceau du Baseball en Anjou
  13. Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Barthélemy-d'Anjou (49), consultées le 8 mai 2013