Saint-Armand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Armand
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Montérégie
Comté ou équivalent Brome-Missisquoi
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Réal Pelletier
2013 - 2017
Constitution 3 février 1999
Démographie
Gentilé Armandois, oise
Population 1 248 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 00″ N 73° 03′ 00″ O / 45.033338, -73.05000545° 02′ 00″ Nord 73° 03′ 00″ Ouest / 45.033338, -73.050005  
Superficie 8 288 ha = 82,88 km2
Divers
Code géographique 46017
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Montérégie

Voir sur la carte administrative de Montérégie
City locator 14.svg
Saint-Armand

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Armand

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Armand
Liens
Site web www.municipalite.saint-armand.qc.ca

Saint-Armand est une municipalité du Québec, située dans la municipalité régionale de comté de Brome-Missisquoi, dans la région administrative de la Montérégie[1].

La nouvelle municipalité de Saint-Armand a été créée le 3 février 1999. Elle est issue du regroupement des municipalités de Saint-Armand et de Philipsburg (village fondé en 1809), ainsi que de l'agglomération nommée Pigeon Hill.

Le recensement de 2011 y dénombre 1 248 habitants, une augmentation de 7,0 % depuis 2006[2].

Saint-Armand dans la MRC de Brome-Missisquoi

Blank.jpg

Géographie[modifier | modifier le code]

Sise dans les basses terres du Saint-Laurent, au début de l'élévation des Appalaches, Saint-Armand est situé près de Bedford et à quelque trente kilomètres au sud-ouest de Cowansville. La partie ouest de la municipalité donne sur le lac Champlain et la baie Missisquoi. On y retrouve notamment le refuge d'oiseaux de Philipsburg. La partie sud donne sur l'état du Vermont (États-Unis) via le poste frontalier de Saint-Armand/Philipsburg sur la route 133, qui sera bientôt le prolongement de l'autoroute 35 (en 2016).

Histoire[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-Lourdes
Autobus scolaire au carrefour de l'église

Dès 1748, on concède la seigneurie de Saint-Armand à Nicolas-René Levasseur, un constructeur de vaisseaux pour le roi. En 1754, il fait construire une scierie étant donné l'abondance en chêne blanc, recherché pour la construction de navires, mais il ne l'habite pas et ne développe pas la seigneurie[3].

Thomas Dunn acquiert la seigneurie en 1786-87 et la divise en cantons afin de vendre des lots aux colons, mais ne pourra en vendre que le quart puisque le territoire est en grande partie cédé aux États-Unis lors de la signature du traité de Paris de 1783[3]. Arrivé depuis 1784, John Ruiter, un lieutenant de l'armée américaine d'origine hollandaise sera le premier à demander une concession[3]. Son fils Philip et lui seront agents des terres, d'où le nom de l'ancienne village de Philipsburg[4].

Le village de Saint-Armand a été officiellement fondé en 1845 bien que l'on parle de celui-ci dès 1834.

La nouvelle municipalité de Saint-Armand a été créée le 3 février 1999. Elle est issue du regroupement des municipalités de Saint-Armand et de Philipsburg (village fondé en 1809), ainsi que de l'agglomération nommée Pigeon Hill[5].

Pigeon Hill a connu à partir de 1866 des raids de Féniens américains[6],[7],[8].

La municipalité a gravement été touchée lors des inondations du bassin du lac Champlain et de la rivière Richelieu en 2011. Une combinaison d'un record de hauteur des eaux du lac Champlain et de forts vents du sud puis de l'ouest a même forcé le maire à faire évacuer le village le 1er juin[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

On ignore la véritable origine du nom de Saint-Armand. Il est probable que le nom provienne de Saint-Armand en France, lieu où serait né René-Nicolas Levasseur. D'autres hypothèses suggèrent que cela serait en lien avec son frère Louis-Armand Levasseur. Une troisième théorie suggère que le nom fut inspiré d'Armand Jean du Plessis, cardinal-duc de Richelieu et de Fronsac[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Saint-Armand », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. Recensement 2011 : Saint-Armand
  3. a, b et c Monique Vermette, France Gagnon et Stéphane Lemardelé, Carnets De Brome-Missisquoi. Esquisses Du Patrimoine, Municipalité Régionale De Comté Brome-Missisquoi,‎ mai 2007, 48 p. (présentation en ligne), p. 10-13
  4. « Philipsburg - Fiche descriptive », sur Commission de toponymie du Québec
  5. Commission de toponymie du Québec : Pigeon Hill
  6. Municipalité de Saint-Armand : Histoire
  7. Raids Fenians
  8. What Happened to the Fenians After 1866?
  9. « Le Richelieu baisse, mais la situation demeure critique à Saint-Armand », Nouvelles nationales, Société Radio-Canada,‎ 2 juin 2011 (consulté le 2 juin 2011)
  10. Toponymie : Saint-Armand

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River,
Venise-en-Québec
Stanbridge Station, Canton de Bedford Stanbridge East Rose des vents
Lac Champlain N Frelighsburg
O    Saint-Armand    E
S
États-Unis d'Amérique États-Unis,
Flag of Vermont.svg Vermont