Saint-André (Nouveau-Brunswick)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.
Saint-André
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Madawaska
Statut municipal Communauté rurale
Maire
Mandat
Allain Desjardins
2012-2016
Constitution 31 juillet 2006
Démographie
Population 1 953 hab. (2011 en diminution)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 37″ N 67° 45′ 15″ O / 47.143496, -67.75405947° 08′ 37″ Nord 67° 45′ 15″ Ouest / 47.143496, -67.754059  
Superficie 13 620 ha = 136,20 km2
Divers
Site(s) touristique(s) http://www.saintandrenb.ca
Langue(s) Français (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1313003
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-André

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-André
Liens
Site web http://www.saintandrenb.ca

Saint-André est une communauté rurale du comté de Madawaska, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick, au Canada. Il résulte de la fusion du village de St. André et de la paroisse de Saint-André en 2006.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Dès 1835, le nom attribué au grand territoire de Saint-André est d'abord celui de Colebrooke, en l'honneur de Sir William Colebrooke qui propose de faire la coupe du bois sur ce territoire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Saint-André dans le comté de Madawaska.

Saint-André est situé à 62 kilomètres de route au sud-est d'Edmundston, dans le comté de Madawaska. Le village est bâti sur un plateau au pied des Appalaches mais possède un vaste territoire occupé principalement par des fermes. Le fleuve Saint-Jean coule au sud. Le territoire est en fait situé à la Frontière entre le Canada et les États-Unis.

Saint-André est limitrophe de la paroisse de Saint-Léonard à l'ouest, de la paroisse de Drummond à l'est et de la ville de Grand-Sault au sud. Au-delà du fleuve, au sud-ouest, s'étend l'état américain du Maine; la ville de Hamlin est située en face.

Saint-André est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[1], quoique l'appartenance des Brayons à l'Acadie fasse l'objet d'un débat[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Comeau Ridge est fondé avant 1879 par des Acadiens du fleuve Saint-Jean, en vertu de la Free Grants Act (Loi sur les concessions gratuites)[3]. La caisse populaire de Drummond est fondée en 1939[4]. L'école régionale est inaugurée en 1953[5]. La caisse est plus tard fusionnées avec celles de Drummond, Notre-Dame-de-Lourdes et Saint-Georges (Grand-Sault) pour former la Caisse populaire Les Chutes[4]. Elle fusionne ensuite avec la Caisse populaire La Vallée en 2003 pour former la Caisse populaire La Vallée de l'Érable[4]. Saint-André devient une communauté rurale le 31 juillet 2006[6]. Saint-André est l'une des localités organisatrices du Ve Congrès mondial acadien en 2014[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Grand-Sault, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[8].

Évolution du taux de chômage à Saint-André
Sources[9],[10],[11]:

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire, d'un conseiller général et de cinq conseillers de quartier[6]. La communauté rurale est en effet divisée en 5 quartiers pour des fins administratives[6]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[6]. Le second dépouillement du 25 mai suivant confirme l'élection du conseiller Alyre Mazerolle face à Bobby Ouellette[6]. Le conseiller du quartier 4, Nelson Bernier, démissionne le 3 décembre pour raisons de santé. Une élection partielle a donc lieu le 13 mai suivant et Gilles Joseph Paradis l'emporte[12].

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Allain Desjardins
Conseillère générale Micheline V. Desjardins
Conseillers de quartier
#1 Marcel Levesque
#2 Lyn Madore
#3 Alyre C. Mazerolle
#4 Gilles Paradis
#5 Suzanne Lajeunesse


Liste des maires successifs de la communauté rurale
Période Identité Étiquette Qualité
2006 2012 Lionel Poitras    
Liste des maires successifs du village de Saint-André
Période Identité Étiquette Qualité
196? 19?? Noé Lévesque[13]    
1995 2001 Armande Beaulieu    
2001 2006 Lionel Poitras    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Saint-André fait partie de la Région 1[14], une commissions de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[15]. Saint-André est représenté au conseil par son maire[16]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[17].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Saint-André est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[18].

Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Saint-André fait partie de la circonscription provinciale de Grand-Sault—Drummond—Saint-André, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Danny Soucy, du Parti parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Saint-André fait partie de la circonscription électorale fédérale de Tobique—Mactaquac, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Michael Allen, du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 39e élection générale, en 2006, et réélu en 2008.

Vivre à Saint-André[modifier | modifier le code]

L’école Régionale de Saint-André accueille les élèves de la maternelle à la 6e année. C'est une école publique francophone faisant partie du district scolaire #3. Les élèves peuvent poursuivre leurs études à la polyvalente Thomas-Albert de Grand-Sault. La classe alternative de la polyvalente Thomas-Albert est par contre située à Saint-André.

Saint-André possède aussi une caserne de pompiers. Le bureau de poste et le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Grand-Sault. Le poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick le plus proche est aussi à Grand-Sault. L'hôpital général de Grand-Sault dessert la région.

L'église Saint-André est une église catholique romaine faisant partie du diocèse d'Edmundston.

Le quotidien francophone est L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, et le quotidien anglophone est Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Saint-André est officiellement francophone[19] puisque moins de 20 % de la population parle l'anglais.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Saint-Léonard Paroisse de Saint-Léonard Paroisse de Drummond Rose des vents
Paroisse de Saint-Léonard N Paroisse de Drummond
O    Saint-André    E
S
fleuve Saint-Jean
Hamlin (Drapeau du Maine Maine)
fleuve Saint-Jean
Grand-Sault
Grand-Sault

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  2. Jacques Paul Couturier, « La République du Madawaska et l'Acadie : la construction identitaire d'une région néo-brunswickoise au XXe siècle », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 56, no 2,‎ Automne 2002, p. 153-184 (lire en ligne).
  3. (en) William Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 125.
  4. a, b et c « Caisse populaire La Vallée de l'Érable », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  5. [PDF] « Francophone Nord-Ouest », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  6. a, b, c, d et e « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  7. « Programme officiel » [PDF], sur Congrès mondial acadien 2014 (consulté le 11 août 2014)
  8. « Réseau Entreprise » (consulté le 8 novembre 2012).
  9. « Profils des communautés de 1996 - Saint-André - Revenu et travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  10. « Profils des communautés de 2001 - Saint-André - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  11. « Profils des communautés de 2006 - Saint-André - Travail », sur Statistique Canada (consulté le 19 février 2012).
  12. « Événements électoraux locaux de 2013, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 28 mai 2014)
  13. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  14. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) » (consulté le 9 novembre 2012).
  15. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  16. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  17. « Services obligatoires », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  19. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975