Saint-Amand-Longpré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Amand et Longpré.
Saint-Amand-Longpré
L'église Saint-Amand
L'église Saint-Amand
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Saint-Amand-Longpré
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de Beauce et Gâtine
Maire
Mandat
Serge Lepage
2014-2020
Code postal 41310
Code commune 41199
Démographie
Gentilé Saint-Amandinois
Population
municipale
1 222 hab. (2011)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 27″ N 1° 01′ 03″ E / 47.6908333333, 1.017547° 41′ 27″ Nord 1° 01′ 03″ Est / 47.6908333333, 1.0175  
Altitude Min. 102 m – Max. 134 m
Superficie 21,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Saint-Amand-Longpré

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Saint-Amand-Longpré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Amand-Longpré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Amand-Longpré

Saint-Amand-Longpré est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre.

Les habitants en sont appelé(e)s les Saint-Amandinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune constituait l'un des deux sites français combinant la recherche et la production d'organismes génétiquement modifiés – OGM – (maïs, colza) de la firme Monsanto, l'autre étant Peyrehorade (Landes). Aujourd'hui le site de Monsanto de Saint-Amand-Longpré n'existe plus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Riche-Amand.

En 1892, la commune adopte le nom de Saint-Amand-de-Vendôme.

En 1965, la commune absorbe celle voisine de Longpré alors peuplée d'une soixantaine d'habitants ; le nom de la nouvelle commune devient Saint-Amand-Longpré.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Amand-Longpré (Loir-et-Cher).svg

Les armoiries de Saint-Amand-Longpré se blasonnent ainsi :

Foliolé d'or et de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 en cours Serge Lepage UDI (Union des Démocrates et Indépendants) Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 222 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
403 447 407 459 501 516 520 558 625
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
670 673 671 716 754 751 756 810 806
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
772 817 791 763 763 808 860 871 812
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
808 940 939 1 009 949 1 035 1 145 1 161 1 222
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (30,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 17,1 %, plus de 60 ans = 26,7 %) ;
  • 51,6 % de femmes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 15 %, plus de 60 ans = 34,1 %).
Pyramide des âges à Saint-Amand-Longpré en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,4 
90  ans ou +
4,0 
11,4 
75 à 89 ans
15,9 
13,9 
60 à 74 ans
14,2 
17,1 
45 à 59 ans
15,0 
20,6 
30 à 44 ans
18,4 
15,7 
15 à 29 ans
15,4 
19,9 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies et lieux-dits[modifier | modifier le code]

92 odonymes recensés à Saint-Amand-Longpré
au 16 mars 2014
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Mail Passage Place Pont Route Rue Ruelle Voie Autres Total
0 2 [N 1] 0 1 [N 2] 0 3 [N 3] 0 0 2 [N 4] 0 3 [N 5] 35 [N 6] 0 0 46 [N 7] 92
Notes « N »
  1. Avenue des Bréviaires et Avenue du Président Grellet.
  2. Chemin de Cabaret.
  3. Impasse des Fresnes, Impasse des Rosiers et Impasse Saint Jean.
  4. Place du 11-Août-1944 et Place du Docteur Kerangal.
  5. Route de Prunay, Route Nationale 10 et Route de Montoire.
  6. Dont Rue du 8-Mai-1945.
  7. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]