Saint-Adelphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Adelphe
Saint-Adelphe
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Mauricie
Comté ou équivalent Mékinac
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Paul Labranche
2013 - 2017
Constitution 19 octobre 1891
Démographie
Gentilé Adelphien, Adelphienne
Population 952 hab. (2011)
Densité 7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 00″ N 72° 26′ 00″ O / 46.733338, -72.433338 ()46° 44′ 00″ Nord 72° 26′ 00″ Ouest / 46.733338, -72.433338 ()  
Superficie 13 535 ha = 135,35 km2
Divers
Code géographique 24 35015
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Adelphe

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Saint-Adelphe

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Saint-Adelphe

Saint-Adelphe est une municipalité de paroisse du Québec (Canada) située dans la municipalité régionale de comté de Mékinac, dans la Batiscanie (sauf le bassin hydrographique de la rivière Charest, situé à l'Est) et dans la région administrative de la Mauricie. Le territoire actuel de la municipalité faisait partie de la seigneurie de Sainte-Anne qui a été possédée par M. John Hale, puis M. Price.

La magnifique rivière Batiscan qui coule dans le sens nord-sud coupe en deux la localité. Le village principal s'est développé du côté est de la rivière. Dans l'histoire, sur la rive ouest un petit village s'est formé aux alentours des ponts couverts enjambant la Batiscan et la rivière Pierre-Paul.

La foresterie et l'agriculture ont été les deux principaux moteurs de l'économie du XIXe et XXe siècle. À la fin du XXe siècle, plusieurs PME (petites et moyennes entreprises) s'y sont implantés. Depuis le milieu du XXe siècle, la villégiature a connu un essor important.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[1]
Année Population Variation (%) Âge médian
2011 952 en diminution-6,0 % 52,9 ans
2006 1 013 en augmentation5,3 %
2001 962 en diminution-5,1 %
1996 1 014 en diminution-3,1 %
1991 1 047
1986

Logements privés occupés par des résidents habituels: 440 (nombre total de logements: 597)

Langue maternelle:

• L'anglais comme première langue: 4 %

• Le français comme première langue: 95 %

• L'anglais et le français comme première langue: 0 %

• Autre comme première langue: 1 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1885, les colons, qui provenait pour la plupart de Saint-Stanislas, s'entendent pour demander à l'évêché l'érection d'une paroisse catholique. Lors de la fondation de la paroisse de Saint-Adelphe, érigée canoniquement la même année, Mgr Louis-François Richer Laflèche, évêque de Trois-Rivières désirait rendre hommage au curé de Sainte-Anne-de-la-Pérade (1852-1882), Louis-Édouard-Adolphe Dupuis (1823-1893), qui avait marqué l'emplacement de l'église. Constatant que le martyrologe romain ne comptait pas de saint Adolphe, il choisit Adelphe de Metz, évêque et confesseur, dont la fête religieuse est célébrée le 29 août, et dont le patronyme ne se distingue que par une voyelle. Cette explication, avancée par Pierre-Georges Roy, n'est pas très convaincante considérant qu'il y a au moins un saint du nom d'Adolphe, Adolphe d'Osnabrück (1216-1224)[2].

Le bureau de poste est quant à lui désigné depuis 1891 sous le nom de « Saint-Adelphe-de-Champlain ». Saint-Adelphe était anciennement connu sous le nom de « Pierre-Paul », du nom d'un affluent de la rivière Batiscan[2].

Histoire locale[modifier | modifier le code]

Jeanot, désigné comme indien au recensement de 1861 de Saint-Stanislas, aurait été l'un des premiers résidents de Saint-Adelphe. Sa résidence était située près des chutes du Manitou, sur les bords de la rivière Batiscan, soit à la limite de Saint-Stanislas et Saint-Adelphe. Il s'agit aussi de la limte des deux seigneuries: Sainte-Anne et Batiscan. Quelques années plus tard, une douzaine de familles de pionniers sont établies dans le secteur[3]. Dans les années 1860, quelques familles de pionniers étaient établis dans ce secteur dont le patronyme du père était: Asselin, Baillargeon, Baribeau, Carpentier, Charest, Gervais, Lafontaine, Lambert, Lavigueur dit Brouillet, Thivierge et Veillette.

Lors de la fondation civile en 1891, la paroisse de Saint-Adelphe compte 56 familles établies (en plus des patronymes identifiées dans les années 1860): Ayotte, Boisvert, Bordeleau, Brosseau, Cardinal, Cossette, Côté, Francoeur, Gauthier, Germain, Hamelin, Mongrain, Roberge, Sauvageau, St-Arneault, Tiffault. Subséquemment, les familles Douville, Gagnon, Plourde et Trépanier sont venus s'y établir.

Le pont de glace entre Saint-Adelphe et Saint-Stanislas a été en opération jusqu'au déneigement des routes intermunicipales, soit jusqu'après la deuxième guerre mondiale.

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

  • 1891 (2 juillet) - Érection civile de la municipalité de Saint-Adelphe. Le territoire qui lui est attribué comprend 186 arpents et 5 perches de front, sur une profondeur de 216 arpents. La première réunion du Conseil municipal s'est tenue le 21 septembre 1891 et le premier maire a été Narcisse Roberge.
  • En 1893, un bac est fabriqué pour relier les deux rives de la rivière Batiscan au coût de 30 $. Le tarif du traversier est fixé à 0,80 $ par famille pour un an; 0,10 $ par voiture pour les non abonnés ou non-résidents ou 0,01 $ par piéton.
  • En 1912, P.N. Chaillez de Saint-Stanislas a construit un premier pont à péage sur la rivière Batiscan.
  • En 1912, construction d'un premier aqueduc en fer galvanisé au village.
  • 1921 - Abolition du péage sur le pont de la rivière Batiscan.
  • 1923 - Arrivée de l'électricité. La municipalité avait adopté le règlement concernant la vente et le service d'électricité le 3 avril 192l.
  • 1924 - Construction du nouveau pont couvert (en bois) sur la rivière Batiscan, au coût de 16 000 $ (assumé à 50% par la municipalité et 50% par le gouvernement) d'une longueur de 338 pieds, comportant un seul pilier central. Le contremaître des travaux, Victor Desmarais, fait construire le pont en plein hiver en seulement 21 jours[4]. Ce pont couvert comportait un trottoir piétonnier sur le coté sud-est.
  • 1925 - Construction en bois du nouveau pont couvert la rivière Pierre-Paul, presqu'à son embouchure, qui se déverse dans la rivière Batiscan.
  • 1927 - Aménagement d'une bâtisse pour les pompes à incendie, lances, citerne, costumes. Elle a été érigée sur la rue de la Chapelle, puis a été reconstruite sur la rue Principale.
  • 1929 - Fondation de la Caisse populaire.
  • 1937 - Le pont couvert sur la rivière Batiscan fait l'objet d'importantes réparations.
  • 1965 - Construction du pont en ciment sur la rivière Batiscan.
  • 1968 (nov.) - Le pont couvert de la rivière Batiscan est démoli.

Chronologie religieuse[modifier | modifier le code]

  • 1885 (23 avril) - Érection canonique de la paroisse de Saint-Adelphe par décret de Mgr Louis-François Richer Laflèche.
  • 1889 - Construction de la première chapelle et du premier presbytère, sous la direction de l'abbé Michel E. Jannelle, curé de Sainte-Thècle. Cette construction se fait sur le côté Est de la rivière Batiscan, sur le site du cimetière actuel.
  • 1890 - Arrivée du premier curé résident, soit l'abbé Joseph-Marie Gouin. Pendant les cinq ans précédentes, des prêtres de Sainte-Thècle et de Saint-Stanislas avaient desservi la paroisse de Saint-Adelphe.
  • 1914 - Levée de la première pelletée de terre pour la construction de l'église actuelle.
  • 1936 - Embellisement du parterre de l'église, sous l'égide du curé Ferron.

Devise[modifier | modifier le code]

« Fidèle à son devoir »

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Thècle Lac-aux-Sables Rose des vents
Saint-Tite N Saint-Ubalde
O    Saint-Adelphe    E
S
Saint-Séverin Saint-Stanislas Saint-Prosper-de-Champlain, Sainte-Anne-de-la-Pérade

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Données extraites des différents recensements de Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec
  2. a et b Commission de toponymie, « Saint-Adelphe », Banque de noms de lieux du Québec, sur 14 février 2013 (consulté le 24 février 2013)
  3. Recensement du Canada de 1861.
  4. « municipalité de Saint-Adelphe - section "Les origines de la municipalités" »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gouvernement du Québec, « Saint-Adelphe », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  • Thérèse Lafontaine, Vie municipale à Saint-Adelphe, Corporation municipale de Saint-Adelphe,‎ 1991, 327 p.
  • Thérèse Lafontaine, Le rang Saint-Joseph à Saint-Adelphe,‎ 2012
  • Société historique de Saint-Adelphe, Répertoire des baptêmes de la paroisse de Saint-Adelphe, Société historique de Saint-Adelphe,‎ 1984
  • Société historique de Saint-Adelphe, Répertoire des mariages de St-Adelphe, Société historique de Saint-Adelphe,‎ 1984
  • Société historique de Saint-Adelphe, Répertoire des sépulture de la paroisse de St-Adelphe, Société historique de Saint-Adelphe,‎ 1984
  • Gaétan Veillette et Jacques Thiffault, Histoire de Saint-Adelphe à travers sa vie scolaire, 1894-1969, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public,‎ 1978, 130 p.
  • Ouvrage "Vie municipale à Saint-Adelphe 1891-1991", Thérèse Lafontaine-Cossette (coordonnatrice et rédactrice); recherchistes: Céline Perron et Jo-ann Simard; Lucie Leduc, secrétaire; Jo-ann Simard, dessins. Conception graphique: Publicité Paquet inc. Édité par la Corporation municipale de Saint-Adelphe.