Saint-Étienne-de-Mer-Morte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).
Saint-Étienne-de-Mer-Morte
Mairie
Mairie
Blason de Saint-Étienne-de-Mer-Morte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Machecoul
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Machecoul
Maire
Mandat
Jean Gilet
2014-2020
Code postal 44270
Code commune 44157
Démographie
Gentilé Stéphanois
Population
municipale
1 522 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 50″ N 1° 44′ 29″ O / 46.9305555556, -1.7413888888946° 55′ 50″ Nord 1° 44′ 29″ Ouest / 46.9305555556, -1.74138888889  
Altitude Min. 9 m – Max. 47 m
Superficie 27,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Mer-Morte

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Mer-Morte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Mer-Morte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-Mer-Morte

Saint-Étienne-de-Mer-Morte est une commune française située dans le département de la Loire-Atlantique et la région Pays de la Loire.

Ses habitants s'appellent les Stéphanois et les Stéphanoises.

Saint-Étienne-de-Mer-Morte comptait 1 522 habitants au recensement de 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Étienne-de-Mer-Morte dans le département de la Loire-Atlantique

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays Nantais. La commune a aussi fait partie des Marches Communes de Bretagne-Poitou, entre pays de Retz et Vendée historique.

Saint-Étienne-de-Mer-Morte est située à 35 km au sud de Nantes et à 16 km au nord-est de Challans.

Les communes limitrophes sont La Marne, Paulx, Touvois, Corcoué-sur-Logne et La Limouzinière en Loire-Atlantique, La Garnache et Froidfond en Vendée.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Saint-Étienne-de-Mer-Morte était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Étienne-de-Mer-Morte, à l’étymologie particulièrement floue et problématique, semble être le résultat d’un florilège de déformations phonétiques, de mauvaises retranscriptions de copistes et d’erreurs d’interprétations en tout genre.

La première mention historique du village remonterait à l’an 851, au traité d’Angers, après la victoire d’Erispoë, roi de Bretagne, sur Charles II le Chauve, roi de France[1],[2].

Dans une charte du roi Louis VI de 1123, le village est nommé ecclesia de Mellomartis. Selon Jean-Anne Chalet[3], Mellomartis serait une contraction contenant les noms de Mellona, déesse romaine qui protégeait les abeilles, et de Mars, dieu de la guerre. Le toponymiste Jean-Yves le Moing trouve pour sa part l'origine de ce nom dans le dieu gallo-romain Mars Mullo[4].

En 1238, Mellomartis est devenue Malamorte, et est placée sous l’invocation de Saint Étienne, diacre martyr lapidé par les Juifs. En effet, le village est devenu forteresse féodale chrétienne sous le nom de Castrum Sancti Stephani de Mala Morte (1238), Castrum Santi Stephani de Malamorte (1239), Sanctus Stephanus de Mala Morte (1239). Durant les siècles suivants, la ville prend donc les noms de Saint Étienne de Malemort (1299), Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1293), St Étienne de Malemort (1383), Saint Étienne de Mallamort (1383), Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1396), Chatellenie de Saint Étienne de Malemort ou de Mallemort (1404), estang et chaussée de Saint Étienne de Mallemort (1415-1443).

Malamort, Malemort, prend alors une nouvelle étymologie. Le vocable, signifiant a priori “mauvaise mort”, est pourtant difficile à interpréter. Il ferait référence :

  • soit à la mort violente du martyr lapidé Saint Étienne[5],[6],[7],
  • soit au souvenir d’une guerre ou le lieu d’une bataille sanglante,
  • soit au souvenir d’une épidémie de peste (ou autre) qui aurait dépeuplé la région (et dans ce cas, le fléau serait antérieur au XIIIe siècle)[8],
  • soit à un passage dangereux qui pourrait se rapporter au Falleron, rivière dont la vallée très resserrée s'étend à la limite de la commune[9],
  • soit au marécage putride de l’étang qui existait jadis aux portes de la ville, et qui laissait apparaître des végétaux au pourrissement avancé[10]. C’est cette dernière supposition qui pourrait avoir fait passer Male Mort en Mare Morte : une mare aux eaux croupissantes, une étendue d’eau stagnante[11].

Mais dans tous les cas, le mot d’origine Mellomartis est déjà oublié depuis longtemps.

Le vocable Mermort naît ensuite au XVIe siècle. En réalité, Mermort ne serait au départ qu’un dérivé obscur de Malemort, déjà en usage courant depuis l'origine du nom jusqu'à la fin du XVe siècle. Ou bien il s’agirait d’une erreur de retranscription et d’approximations successives de copistes qui se seraient répandues ensuite. La forme Mermort supplante alors l’ancienne forme Malemort, et l’on trouve ainsi les variantes suivantes : Saint Étienne de Mermort (1513), Saint Étienne de Mairemort (1552), Saint Étienne de Mairemort (1553), Stephani de Mari Mortuo (1561), Saint Étienne de Mayre Mort (1561), Ecclesia sancti Stephani de Mari Mortuo (1561), Saint Étienne de Mairemort (1568), Stephani de Mari Mortuo (1616), Saint Étienne de Mermort (1649), Saint Étienne de Mairemort (1664), Saint Étienne de Meremort (1682), Saint Stephanus Maris Mortui (1689), Saint Étienne de Meremort (1689), Saint Étienne de Mairemort (1690), Saint Étienne de Mairemort (1694), Saint Étienne de Mermort (XVIIIe siècle).

Évidemment, les pseudo-historiens ont bientôt vu dans l’appellation Mer-Morte une nouvelle étymologie conjecturale qui ne correspond pas aux formes des siècles précédents[12] : on a ainsi pensé que la mer bordait jadis le territoire de la ville[13],[14] (ce qui est faux, l’océan se trouvant à 25 km de la ville). Le nouveau nom de la commune obtient ainsi une signification nouvelle, erronée, et qui ne correspond plus à l'ancienne. En outre, cette nouvelle étymologie n’explique pas pourquoi la mer en question, au bord de la ville, serait morte...

Et inévitablement, les pseudo-historiens ont vu dans Mer-Morte une référence à la Mer-Morte en Terre Sainte, expliquant que Mer-Morte est une de ces nombreuses appellations qui sont apparues vers le XIIe et XIIIe siècles, à l'époque des croisades, et qui font référence à la Terre Sainte ; on trouve ainsi, par exemple, Jéricho (Indre-et-Loire) ou Olivet (Loiret) en référence au Mont des Oliviers. Mais bien évidemment, le nom de la ville existait avant le début de la première croisade de 1095[15], et la forme Mer-Morte n’apparaît que 600 ans après les croisades.

Signalons que certains étymologistes ont fait du nom du lieu une corruption de Meix Morte ; le terme meix désignait en ancien français le territoire sur lequel s'installait un colon pour exploiter des terres nouvellement défrichées. Le mot dérive du latin mansus, dérivé de manere : “rester”. Mais cette explication n’a pas de valeur au vu des formes anciennes du nom de la ville[16].

En 1910, Le préfet de Loire-Inférieure a proposé à la municipalité de rebaptiser Saint-Étienne-de-Mer-Morte en Saint-Étienne-en-Retz. Le Conseil, après en avoir délibéré, a considéré qu'étant donné les profondes modifications des côtes en cet endroit de la Loire-Inférieure, rien ne prouvait que le nom de Saint-Étienne-de-Mer-Morte ne fût pas justifié et a décidé que l'orthographe du nom ne fût pas changée, d'autant plus qu'elle eût été contraire à la croyance populaire[17].

Pour résumer, il semblerait donc bien que le suffixe du nom de la ville, fondé dès le départ sur une racine m-l-m-r-t (et certainement pas m-r-m-r-t), résulte de trois étymologies différentes, qui se sont commodément superposées les unes sur les autres, l’une après l’autre, au fil des siècles :

  • Mellomartis ;
  • Mala Morte, Malamorte, Mallamort, Malemort, Mallemort, Malemorte, Malmort ;
  • Marmort, Mayrmort, Mayre Mort, Mayremort, Mairmort, Mairemort, Meremort, Mermort, Mer-Morte.

Si l’on veut trouver un semblant de réalisme dans toutes les explications du nom, il faut en fait bel et bien remonter à la racine m-l-m-r-t et donc au premier nom originel de la ville, Mellomartis (dont l’étymologie, Mellona + Mars, reste toutefois à prouver), ce qui balaie une fois pour toutes les explications hasardeuses de “mauvaise mort” et de “mer”, morte ou pas, au bord de la ville : au départ, ce n’est pas un changement de sens qui a eu lieu, c’est uniquement une évolution phonétique. Le chrétien Sanctus Stephanus s’est ensuite ajouté au païen Mellomartis, et les deux noms ainsi associés ont finalement évolué ensemble : Mellomartis a dû être commodément transformé en Male Mort pour mieux s’associer à Saint-Étienne et, affublé d’une nouvelle signification, paraître ainsi plus chrétien... :

  • Ecclesia de Mellomartis (1123)
  • Castrum sancti Stephani de Mala Morte (1238)
  • Castrum Santi Stephani de Malamorte (1239)
  • Sanctus Stephanus de Mala Morte (1239)
  • Saint Étienne de Malemort (1299)
  • Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1293)
  • St Étienne de Malemort (1383)
  • Saint Étienne de Mallamort (1383)
  • Parochia sancti Stephani de Mala Morte (1396)
  • Chatellenie de Saint Étienne de Malemort (1404)
  • Chatellenie de Saint Étienne de Mallemort (1404)
  • Estang et chaussée de Saint Étienne de Mallemort (1415-1443)
  • Saint Étienne de Mermort (1513)
  • Saint Étienne de Mairemort (1552)
  • Saint Étienne de Mairemort (1553)
  • Stephani de Mari Mortuo (1561)
  • Saint Étienne de Mayre Mort (1561)
  • Ecclesia sancti Stephani de Mari Mortuo (1561)
  • Saint Étienne de Mairemort (1568)
  • Stephani de Mari Mortuo (1616)
  • Saint Étienne de Mermort (1649)
  • Saint Étienne de Mairemort (1664)
  • Saint Étienne de Meremort (1682)
  • Saint Stephanus Maris Mortui (1689)
  • Saint Étienne de Meremort (1689)
  • Saint Étienne de Mairemort (1690)
  • Saint Étienne de Mairemort (1694)
  • Saint Étienne de Mermort (XVIIIe siècle)
  • Saint-Étienne-de-Mer-Morte (aujourd’hui)

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la croix de sable chargée d'une église d'argent.
Commentaires : Ce blason évoque le blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de Saint-Étienne-de-Mer-Morte au pays de Retz. L'église évoque la Pentecôte 1440, au cours de laquelle Gilles de Retz pénétra à cheval dans l'église de la ville et fit saisir l'officiant Jean le Ferron par ses gens, acte qui déclenchera sa perte. Blason conçu par la mairie (brevet du Comité Français d'Héraldique du 19 novembre 1994).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ????  ???? Thomas Médard    
 ????  ???? Étienne Giraudet    
sous l'Empire  ????  ?????? Goupilleau de La Muraillère    
sous la Restauration  ???? Charlemagne de Cornulier    
1830  ????  ?????? Goupilleau de La Muraillère    
 ????  ????  ?????? Musseau de La Muraillère    
1832 1840 Pierre Fleury    
 ????  ????  ?????? Vergne    
 ????  ????  ?????? Simoneau    
 ????  ???? Adrien Guitteny    
 ????  ????  ?????? Dubois de La Patelière    
 ????  ????  ?????? de Nouël    
 ????  ???? Léon Leloup de La Biliais    
 ????  ???? Aristide Monnier    
 ????  ???? Joseph Monnier    
mars 2001 mars 2008 Marcel Gentet    
mars 2008 en cours Jean Gilet[Note 1] Divers droite retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Via le canton de Machecoul :

Cultes[modifier | modifier le code]

Diocèse de Nantes : Paroisse de Sainte-Croix-en-Retz.

Centre d'incendie et des secours[modifier | modifier le code]

Le centre de Saint-Étienne fait partie du groupement de Bourgneuf-en-Retz.

Logements pour retraités[modifier | modifier le code]

Village de Rais.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les données concernant 1793 sont perdues.

En 2011, la commune comptait 1 522 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
581 479 600 1 040 965 1 084 1 146 1 186 1 123
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 157 1 197 1 276 1 345 1 314 1 353 1 399 1 438 1 422
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 474 1 451 1 342 1 307 1 278 1 229 1 195 1 174 1 210
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
1 169 1 078 995 1 041 1 003 1 192 1 231 1 483 1 522
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2004[19]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[20], pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,2 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Saint-Étienne-de-Mer-Morte en 2009 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
5,9 
75 à 89 ans
10,1 
10,1 
60 à 74 ans
10,1 
16,5 
45 à 59 ans
15,9 
25,0 
30 à 44 ans
21,1 
16,2 
15 à 29 ans
18,5 
26,3 
0 à 14 ans
24,1 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[22]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église actuelle date de 1885.
  • Le clocher, isolé et restauré, constitue le dernier vestige de l'ancienne église romane érigée au XIIe siècle. La façade arbore une plaque en bronze commémorant l'arrestation de Gilles de Rais. Texte de la plaque du clocher de Saint-Étienne-de-Mer-Morte : « Gilles de Raiz, Maréchal de France, pénétra en cette église, le jour de la Pentecôte 1440, en armes, à la tête de ses routiers pendant la grand'messe. Il s'emparait de Jean le Ferron, clerc tonsuré, qu'il enfermait en sa forteresse toute proche. Jean de Malestroit, évêque de Nantes le citait à comparaître devant son official par mandement du 13 septembre. Jean V duc de Bretagne, faisait arrêter Gilles dès le lendemain. Il avouait ses crimes. Jugé, condamné, il fut mis au gibet en prairie de Biesse à Nantes le 26 octobre 1440. ». Le clocher est également orné d'une croix de pierre et d'une plaque de tuffeau, située sur le côté nord du clocher. On peut y distinguer une inscription qui reste cependant illisible.
  • Le cimetière
  • Le château de Saint-Étienne-de-Mer-Morte, aujourd'hui disparu. Il semble n'en subsister que de rares vestiges de la tour dite « de Barbe-Bleue », actuellement surmontée d'un calvaire et abritant un bénitier et une auge en granit qui sert actuellement de jardinière sur le quai de la Tour[23].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux de détente et loisirs[modifier | modifier le code]

Le bois de la Choltière[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Paulx, il est la propriété des communes de Paulx et de Saint-Étienne-de-Mer-Morte. Juste à l'entrée du bois, à l'endroit du début du chemin carrossable qui y descend, on peut remarquer une pierre de granit qui servait de sabot à un grand portail à deux battants, maintenant disparu. Ce devait être un portail d'agrément car le bois n'est pas clos. Un peu plus à droite (à l'endroit où se situe maintenant une poubelle) se trouvait une charmante petite maison forestière. Inoccupée puis saccagée, elle fut démolie dans les années 1980.

On peut faire une promenade agréable à l'ombre en suivant le ruisseau de La Grande Blanchetière. Avec un peu de patience, on verra sans doute un martin-pêcheur. Si l'on est un peu plus sportif, on pourra retourner par l'intérieur du bois au lieu de revenir sur ses pas. Il y a également plusieurs tables de pique-nique. Des espaces ont été aménagés pour pouvoir jouer aux boules ou aux palets.

Quelques informations pour les amateurs de forêts en automne :

  • quelques néfliers accessibles le long de la partie haute du chemin de randonnée,
  • ce bois est assez pauvre en champignons comestibles. On peut trouver, cependant, des lépiotes en tout genre et quelques chanterelles.

À 500 mètres de là, à l'aide de petits ponts qui enjambent le ruisseau de La Grande Blanchetière et Le Falleron, il est possible de rejoindre à pied le site du moulin à eau.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'étang et le moulin à eau rénové[modifier | modifier le code]

C'est le Martin-pêcheur philibertin qui gère la pêche sur l'étang et Le Falleron (rivière de seconde catégorie) à Saint-Étienne-de-Mer-Morte. Cartes annuelles ou journalières sont en vente au café de l'Espérance. L'amont du moulin à eau et jusqu'au pont est accessible aux pêcheurs handicapés. Hélas, le poisson-chat y est roi ! Viennent ensuite le gardon et le rotengle, le carassin, la perche soleil puis la carpe. On trouve également de l'anguille et de la tanche. La perche, le brochet et le sandre sont également présents.

En aval du moulin et jusqu'au pont du Rivolet, on trouvera moins de poissons-chats, mais surtout des gardons, des rotengles, des vairons, des chevesnes et des carassins.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le chemin de randonnée autour de la commune[modifier | modifier le code]

La commune entretient un chemin de randonnée fléché en bleu et jaune qui permet de passer par quelques endroits pittoresques des environs du bourg. On peut prendre le parking du moulin à eau ou le bois de la Choltière comme point de départ. Avec une carte IGN, on peut aussi se créer ses propres randonnées en suivant les « chemins jaunes » (en fait les chemins d'exploitations agricoles).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille de nombreux commerces et entreprises.

Transports publics[modifier | modifier le code]

Le réseau de bus Lila permet de se déplacer dans le canton de Machecoul.

Divers[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrimoine des communes de la Loire Atlantique (ouvrage collectif). Éditions Jean Luc Flohic, 1999, (ISBN 2-84234-040-X). Tome 1, p. 562. Origine du nom : Saint Étienne de Male-Mort, devenu par erreur de copiste Marmort, Mayrmort puis Mer Morte. La première mention historique de Saint-Étienne-de-Mer-Morte apparaît en 851, au traité d'Angers, après la victoire d'Erispoë roi de Bretagne sur Charles le Chauve roi de France.
  2. THOMAS, Antoine. Le présent du passé est mémoire. Sainte-Luce-sur-Loire : publication à comte d’auteur, imprimerie Duplijet, 2002. P. 4. « La première fois que nous voyons le nom de notre paroisse, c'est dans le traité d'Angers en 851, après la victoire d'Erispoë, Gouverneur de Bretagne, sur Charles le chauve roi de France ». Lignes écrites par l'abbé Baudry, vicaire à Saint-Étienne-de-Mer-Morte de 1853 à 1868.
  3. CHALET, Jean-Anne. Belles heures du comté nantais. Éditions Serge Godin, 1981. P. 104. Sans qu'il soit possible d'être formel, il semble bien que la commune doive son nom à deux facteurs totalement étrangers l'un à l'autre. D'abord « Mellona », la déesse romaine qui protégeait les abeilles, puis « Mars », dieu de la guerre. C'est l'époque de la colonisation de César : ses hommes trouvent des ruches sauvages en grande quantité, et en tirent du miel. Dans le même temps, un temple est élevé au dieu des armées. Et l'on retrouve ainsi dans la charte de Louis VI : « ecclesia de Mellomartis » (1123). Un siècle environ s'écoule et la paroisse est placée sous l'invocation de Saint Étienne. À ce moment apparaît, tout à la fois, la notion de l'ancien camp romain, devenu forteresse féodale, et le nom du saint : « castrum sancti Stephani de Malamorte » (1239). On trouve « Saint Étienne de Mallamort » en 1383, alors que le terme de « mer » n'apparaît qu'au XVIIIe siècle, avec « Saint Étienne de Mermort ». Nous pouvons donc véritablement ranger parmi les légendes la tradition selon laquelle la mer aurait baigné les abords du bourg aux temps historiques (Bruneau).
  4. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne : plus de 1200 noms expliqués, Christine Bonneton Éditeur,‎ 2004, 231 p. (ISBN 2-86253-283-5), p. 132
  5. MERLANT, Yves. Annales de Nantes et du pays nantais. 1970, no 160, p. 13. Distant maintenant de 25 km de l'océan a-t-il vu autrefois la mer lécher les bases de son château ? Rien n'est moins sûr. On voit citer dans les textes anciens le castrum Santi Stephani de Malamorte, nom qui, d'après Léon Maître, rappellerait plutôt la mort violente du martyr lapidé.
  6. MOUNÈS, Jean, FRÉOR, Pierre. Visage du pays de Retz. Éditions du pays de Retz, 1973 (réédité en 1985), (ISBN 2-903049-01-8) édité erroné, p. 66. Déformation populaire de « Malemort » par allusion au martyre de saint Étienne.
  7. BOUTIN, Émile. Châteaux et manoirs en pays de Retz, les gens et des gestes. Éditions Siloë, 1995, (ISBN 2-908924-80-3), p. 113-114. D'où vient donc le nom de Mer Morte ? À mon avis, deux hypothèses, entre bien d'autres, méritent d'être retenues. La première vient de la dédicace de la paroisse à saint Étienne. Ce diacre martyr fut lapidé par les juifs. Mourir sous les coups de pierre est une bien « mauvaise mort ». La seconde éventualité aurait trait à une guerre ou une terrible épidémie de peste qui aurait dépeuplé la région. Dans ce cas, le fléau serait antérieur au XIIIe siècle, puisque les deux textes anciens concernant la paroisse sont « Sanctus Stephanus de Mala Morte » en 1239, et le « Castrum sancti de Mala Morte » en 1238. Tout au long du XIIIe siècle, nous retrouvons cette désignation latine du château, en 1276, 1277 et 1287. Pareillement, la « Parochia sancti Stephani de Mala Morte » apparaît encore en 1293 et 1396. Sans doute est ce par la faute d'un copiste que nous avons en 1561 « Ecclesia sancti Stephani de Mari Mortuo » qui va donner Mairmort ou Mayremort au cours de XVIe siècle, puis Meremort au XVIIe siècle (1682-1689). Et l'on arrive à l'orthographe actuelle. Évidemment, Mer Morte n'a rien à voir avec l'océan pourtant tout proche (l'étymologie donne souvent lieu à des méprises. Ainsi, La chapelle Basse Mer n'est autre de la chapelle Beata Mater, sous l'invocation de la bienheureuse Mère de Dieu).
  8. MAIRIE DE SAINT-ÉTIENNE-DE-MER-MORTE. Bulletin municipal de Saint-Étienne-de-Mer-Morte, no 10, 1987. L'origine du nom de Saint-Étienne-de-Mer-Morte a toujours aiguisé la curiosité des chercheurs et donné lieu à beaucoup d'interprétations différentes les unes des autres. Dans les différents écrits déposés aux archives départementales, on trouve : « Saint Étienne de Malemort » en 1299 ; « Parochia Saint Stephani de Mala Morte » en 1293, 1396 ; « Chatellenie de Saint Étienne de Malemort ou de Mallemort » en 1404 ; « estang et chaussée de Saint Étienne de Mallemort » 1415-1443. Le nom de Mermort commence au XVIe siècle, nous trouvons alors les variantes : Saint Étienne de Mairemort en 1552, 1553, 1568, 1664, 1690, 1694 ; Saint Étienne de Mayre Mort en 1561 ; Saint Étienne de Meremort en 1682, 1689 ; Saint Étienne de Mermort en 1513, 1649. Voici ce qui put tromper le copiste : en 1561, nous avons Stephani de Mari Mortuo (aussi en 1616) et en 1689, Saint Stephanus Maris Mortui... Maire Mort dérive de Malemort en usage courant de puis l'origine du nom jusqu'à la fin du XVe siècle a abouti à la forme Mermort. Male Mort évoque le souvenir ou lieu de bataille sanglante ou peut-être une épidémie de peste ou autre. Selon Léon Maitre « Malemorte » rappellerait plutôt la mort violente du martyr lapidé. Le nouveau nom de la commune a une signification nouvelle qui ne correspond pas à l'ancienne. Distant, actuellement, de 25 km de l'océan, « nous pouvons véritablement ranger parmi les légendes, la tradition selon laquelle la mer aurait baigné les abords du bourg aux temps historiques » (Bruneau). Pourtant, nos anciens stéphanois racontaient que leur parents disaient que sur les bords du Falleron, dans les rochers de la Martinière, étaient fixés des anneaux ayant pu servir autrefois à amarrer les bateaux. Certains auraient même vu ces anneaux.
  9. OUEST FRANCE, édition vignoble pays de Retz du 19/08/1992, p. 8. Quant à savoir l'origine du patronyme de cette cité, la logique veut qu'elle tire son appellation de sa situation : là serait le point le plus avancé jusqu'où venait la mer, lorsqu'elle envahissait la baie de Bourgneuf. Mais les dictionnaires et les archives ne sont pas toujours d'accord. On trouve la première trace de cette commune dans une charte du roi Louis VI, en 1123, sous le nom de « Mellomartis ». En 1239, mention est faite sur la carte des sires de Rays du castrum (château) de St Stephani de Malamorte, qui devient St Étienne de Malemort en 1383, pour se transformer encore, en St Étienne de Mermort, au XVIIIe siècle. Au Moyen Âge, elle appartenait à une châtellenie (entre la seigneurie et la baronnie dans la hiérarchie féodale) relevant de la baronnie de Retz. Le dictionnaire des étymologies attribue l'appellation de « Mer Morte » comme étant un dérivé obscur de malamorte, altération de male mort, qui signifiait « passage dangereux » et pourrait se rapporter au Falleron, dont la vallée très resserrée s'étend à la limite de la commune.
  10. THOMAS, Antoine. Le présent du passé est mémoire. Sainte-Luce-sur-Loire : publication à comte d’auteur, imprimerie Duplijet, 2002, p. 51, 59. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, le lit de l'étang, au milieu duquel coule le Falleron, est un véritable marécage, un plan d'après les aveux de 1580 et 1679, en témoigne. Zone propre en hiver puisque recouverte par les eaux dont le niveau est réglé par le déversoir du moulin. Mais lorsque les précipitations pluvieuses se faisaient plus rares, à la belle saison, les eaux en baissant, laissaient apparaître des végétaux au pourrissement avancé. En séchant, ces végétaux dégagent des odeurs putrides. L'été, il n'y avait d'eau que dans le canal et les terres, recouvertes et fertilisées par le limon généraient une végétation drue et florissante. Lorsque, à la saison pluviale, les eaux recouvraient le sol, les végétaux étaient à nouveau engloutis. Cette zone, de par sa situation aux portes mêmes du bourg, n'a-t-elle pas été, à l'époque, à l'origine, de la dénomination de Saint Étienne de Malmort (mauvaise mort). Une mauvaise hygiène du corps, l'alimentation insuffisante, l'insalubrité du lieu ont sûrement contribué au développement d'épidémies redoutables. Cette situation s'est vite améliorée lorsque des canaux furent creusés, au cours du XIXe siècle, pour assainir le terrain, dans le but d'y faire des plantations d'osier, ce végétal ligneux, utilisé dans l'industrie de la vannerie.
  11. CASSAGNE, Jean-Marie, KORSAK, Mariola. Origine des noms de villes et villages de Loire Atlantique. Éditions Jean Michel Bordessoules, 2002, (ISBN 2-913471-45-5), p. 234. Il faut donc chercher une autre explication ; le toponyme pourrait donc être à lire mer morte, dans le sens de mare morte et designer un étang aux eaux croupissantes, une étendue d'eau stagnante. Le toponyme peut donc représenter une ré-interprétation de scribe influencé par le Mer Morte des croisés.
  12. MERLANT, Yves. Annales de Nantes et du pays nantais, 1970, no 160, p. 13. Distant maintenant de 25 km de l'océan a t il vu autrefois la mer lécher les bases de son château ? Rien n'est moins sûr. On voit citer dans les textes anciens le castrum Santi Stephani de Malamorte, nom qui, d'après Léon Maître, rappellerait plutôt la mort violente du martyr lapidé.
  13. DEBEC, Hugues, PELLETIER, Bruno, 303 no 49, 2e trimestre 1996, ISSN 0762-3291, p. 170. La mer s'est retirée... ou est-ce la terre qui a avancé ? En tout cas, Bourgneuf en Retz était il y a bien longtemps, un port. Ainsi en était-il de même pour Machecoul et Prigny. Saint Étienne de Mer Morte (à plus de vingt kilomètres de l'actuelle côte atlantique) passe pour avoir été une ancienne ville de bord de mer.
  14. TOUCHARD-LAFOSSE, G. La Loire Inférieure. 1999 (Réédition de l'ouvrage de 1851), (ISBN 2-915681-46-5), p. 279-280. Saint Étienne de Mer Morte, commune limitrophe du département de la Vendée, se trouve à quatre lieues au moins de la mer. On pense cependant que son nom vient de ce que l'océan bordait jadis son territoire. En 1400 les seigneurs de Retz avaient un château fort en ce lieu, et y entretenaient un capitaine. Ceci pourrait achever de convaincre qu'il y avait là une côte battue par la mer, et exposée à des débarquements d'ennemis ou de pirates. Le canton de Machecoul est généralement fertile en grains et en fourrages ; il renferme peu de vignoble ; et le vin y est de médiocre qualité.
  15. CASSAGNE, Jean-Marie, KORSAK, Mariola. Origine des noms de villes et villages de Loire Atlantique. Éditions Jean Michel Bordessoules, 2002, (ISBN 2-913471-45-5), p. 234 On a longtemps dit que Mer Morte était une de ces nombreuses appellations qui apparurent vers le XIIe et XIIIe siècles, à l'époque des croisades, et font référence à la terre Sainte ; on trouve ainsi, par exemple, Jéricho (Indre-et-Loire) ou Olivet (Loiret) en référence au Mont des Oliviers. Cependant le nom a pu avoir été donné à l'endroit bien avant le début de la première croisade de 1095.
  16. CASSAGNE, Jean-Marie, KORSAK, Mariola. Origine des noms de villes et villages de Loire Atlantique. Éditions Jean Michel Bordessoules, 2002, (ISBN 2-913471-45-5), p. 234. Signalons que certains étymologistes ont fait du nom du lieu une corruption de « meix morte » ; le terme meix désignait en ancien français le territoire sur lequel s'installait un colon pour exploiter des terres nouvellement défrichées. Le mot dérive du latin mansus, dérivé de manere (= rester) ; la racine a donné manoir en français moderne. On pense cependant aujourd'hui que le nom du lieu pourrait représenter une déformation de male mort, référence au martyre se saint Étienne ou peut-être au bas-latin mala morte (= passage dangereux). Le toponyme actuel est sans doute dû à des approximations successives de copistes qui ont fait passer le nom de Malamorte ou Malemort à Marmort, puis Maymort et Mer Morte. Ajoutons pour être exhaustifs, qu'un sérieux doute subsiste de toute manière sur l'origine du nom. En effet, si l'on possède un texte du XIIIe siècle dans lequel on trouve mention du castrum sancti Stephani de Malamorte, il existe un autre manuscrit, antérieur d'un siècle au précédent, dans lequel l'endroit est appelé Mellomartis. Ce qui ne cadre pas du tout avec les théories avancées. Mais peut-être s'agit il dans ce cas d'une erreur de scribe...
  17. THOMAS, Antoine. Le présent du passé est mémoire. Sainte-Luce-sur-Loire : publication à comte d’auteur, imprimerie Duplijet, 2002, p. 82. Le préfet de Loire Inférieure propose, en 1910, à la municipalité de rebaptiser Saint Étienne de Mer Morte en Saint Étienne en Retz. Le Conseil après en avoir délibéré considère « qu'étant donné les profondes modifications des côtes en cet endroit le la Loire Inférieure, rien ne prouve absolument que le nom de Saint Étienne de Mer Morte ne soit pas justifié et est d'avis que l'orthographe du nom ne soit pas changé d'autant plus qu'elle serait contraire à la croyance populaire ».
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  20. « Saint-Étienne-de-Mer-Morte 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  21. « Résultats du recensement de la population - Saint-Étienne-de-Mer-Morte - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  22. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  23. Pour utilisation voir une explication possible dans Le patrimoine des communes de Vendée, pages 100-101, (ISBN 2-84234-118-X) voir page 126 : bac à teinture (auge) 50*50*200 cm).
  24. « Vieillevigne », Canton d'Aigrefeuille-sur-Maine, sur www.infobretagne.com (consulté le 18 décembre 2011)