Sagging

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le rappeur Akon saggant pendant un concert.
Skater laissant son boxer visible.

Le sagging (« affaissement » en anglais) est une manière de porter son pantalon en dessous de la taille de sorte à laisser apparaître de manière significative une partie ou l'intégralité de ses sous-vêtements. C'est une mode avant tout masculine, même si certaines femmes portent le pantalon de la même manière, ce qui n'est pas considéré comme du sagging.

En anglais, une personne ayant cette habitude vestimentaire est surnommée « sagger ». Cette pratique s'est popularisée depuis que le port de sous-vêtements colorés ainsi que les marques de sous-vêtements sont devenus à la mode chez un public jeune.

Origine[modifier | modifier le code]

Issu à l'origine des prisons américaines où les ceintures sont interdites en raison des risques de suicide ou d'usage en tant qu'arme[1], le sagging est d'abord pratiqué par des prisonniers qui, pour la plupart, portent des pantalons « baggy » et n'ont d'autre alternative que de les laisser descendre le long de leur fessier. Cependant, ceux-ci continuent de s'habiller ainsi une fois sortis de prisons afin de se reconnaître entre ex-détenus. Il est rendu célèbre par des rappeurs américains dans les années 1990 car ils représentent aux yeux de nombreux jeunes de l'époque la montée de la culture urbaine et le rejet du mode de vie de la société traditionnelle. En France, cette tendance émerge réellement à la suite du style Tecktonik (exhibition de la ceinture) et dans les skateparks.

Prohibition[modifier | modifier le code]

Dès le début des années 2000, des États américains, des écoles, et même des compagnies aériennes ont pris des mesures afin d'empêcher le sagging. Barack Obama, à l'époque candidat à la présidentielle des États-Unis, déclare sur la chaîne MTV que rédiger des lois qui limitent le sagging s'avère être une perte de temps.

En juin 2007, l'État de Louisiane interdit toute pratique vestimentaire visant à montrer une partie de ses sous-vêtements, au nom de la sécurité publique.

Benetta Standly, membre de l'American Civil Liberties Union, déclare : « À Atlanta on considère ces interdictions comme une forme de discrimination raciale envers la communauté afro-américaine. Elles vont stigmatiser les jeunes Afro-américains. Ils ont peur qu'on associe leur façon de s'habiller à une forme de délinquance ».

La police de la ville de Flint (Michigan) ordonne l'arrêt des saggers pour trouble à l'ordre public. Cependant depuis 2008, la police ne leur a donné que des avertissements.

Cette pratique est une violation des codes vestimentaires de certaines écoles qui bannissent largement le sagging en milieu scolaire.

En 2010, aux Jeux olympiques d'hiver de Vancouver, l'athlète japonais Kazuhiro Kakubo n'a pas participé à la cérémonie d'ouverture entre autres parce qu'il portait son pantalon sous les fesses.

Depuis 2013, le sagging se fait plus discret car il est réprouvé[2], voire interdit en France. Le port du pantalon bas s'est raréfié, mais le fait de maintenir ses sous-vêtements au-dessus de la ceinture de sorte qu'ils soient visibles en se penchant est devenu la manière « standard » de s'habiller chez certains jeunes.

Port[modifier | modifier le code]

Jeune-homme faisant de "straight sagging" en caleçon American Eagles.

De nombreuses variantes existent :

  • le "butt sagging" consiste à tirer son pantalon vers le bas uniquement à l'arrière.
  • le "straight sagging" est la pratique la plus courante consistant à baisser son pantalon devant comme derrière tout en le maintenant au niveau des hanches avec une ceinture.
  • le "sagging extreme" consiste à montrer le plus de sous-vêtement possible. Il se fait généralement avec un caleçon long qui permet de tiré le pantalon plus bas.
  • le "double sagging" consiste à superposer deux sous-vêtements ou plus en plus de son pantalon.
  • le "freeball sagging" se fait à la plage. Il s'agit de porter son maillot de bain ou son short de bain le plus bas possible.

Ce style vestimentaire est représenté par plusieurs jeunes célébrités de la musique ou du cinéma, telles que Justin Bieber, les membres de One Direction ou encore Zac Efron[3].

Les sous-vêtements utilisés pour "sagger" suivent la diffusion des boxers ou caleçons colorés / imprimés, notamment en France de marque Freegun ou Pull-in. À travers le monde, Calvin Klein, American Eagles, Under Armour, Diesel et Hanes sont les marques les plus souvent rencontrées. Plus récemment, la marque australienne perce suite à plusieurs apparitions à la télévision australienne et en présence du groupe de danseurs Justice Crew.

Le choix du sous-vêtement montré (slip, shorty, boxer, caleçon…) ainsi que la matière (lycra, satin, coton…) et bien sûr la marque, ont une importance pour les saggers qui expriment ainsi leur appartenance à un clan et un mode de vie qui leur sont propres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://today.duke.edu/2007/11/saggin.html
  2. http://www.lametropole.com/blog/sandra-pare/comment-d%C3%A9truire-une-mode
  3. http://celebsaggers.blogspot.fr/