Sagace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sagace était un cheval de course pur-sang anglais né en France. Il était fils de Luthier et Seneca, par Chaparral.

Élevé par son propriétaire Daniel Wildenstein, entrainé par Patrick Biancone and monté par Yves Saint-Martin ou Eric Legrix, Sagace eut une carrière atypique et contrariée par des jambes fragiles. Après avoir débuté au début de son année de 3 ans, une blessure l'empêche de prendre part aux épreuves classiques du printemps. Il revient sur les pistes durant l'été, à Deauville, mais ne dispute sa première course de groupe que dans le Prix Niel en septembre, où il s'impose facilement. C'est avec ce maigre palmarès qu'il se présente au départ du Prix de l'Arc de Triomphe, où, manquant d'expérience, il ne se montre pas dangereux. En revanche, il gagne le Prix du Conseil de Paris en fin de saison.

Son palmarès, Sagace commence réellement à le bâtir à 4 ans, à l'heure où bien des poulains classiques sont déjà entrés au haras. Blessé une nouvelle fois lors de sa rentrée (2e du Prix Ganay), il revient cinq mois plus tard pour gagner le Prix Foy, avant de tenter une nouvelle fois sa chance dans un Arc très relevé, malgré l'absence des Derby winners (Darshaan, El Gran Señor et Secreto), déjà retirés de la compétition, et de Teenoso, gagnant des King George. Au départ, sont bien là les championnes All Along, Northern Trick, Time Charter et mais aussi l'Australien Strawberry Road, Sadler's Wells et Rainbow Quest. Favori de l'épreuve, Sagace, sous la monte d'Yves Saint-Martin l'emporte brillamment. À la fin de son année de 4 ans, et malgré ses blessures, c'est encore un cheval tout neuf.

Décision est donc prise de le laisser à l'entraînement pour tenter un doublé dans l'Arc, et succéder ainsi à Alleged. L'année 1985 se déroule sans encombre, même si Sagace court peu : trois courses, pour autant de victoires dans les Prix Ganay, d'Ispahan et Foy. Il est prêt pour son rendez-vous avec la légende, mais, quand les concurrents entrent en piste, personne ne sait que l'arrivée de cet Arc sera la plus controversée de l'histoire. Comme prévu, Sagace passe le poteau en tête, mais à l'issue d'une lutte sévère avec l'Anglais Rainbow Quest, tandis que le reste du peloton est nettement battu. Toutefois, l'entourage du champion hésite à se réjouir. De fait, Sagace a un peu versé à gauche durant la phase finale, comme il l'avait déjà fait lors de sa première course, une fâcheuse habitude. A-t-il gêné son adversaire au point de l'empêcher de vaincre ? Celui-ci aurait-il été en mesure, sans incident, de le devancer ? Difficile à dire. Mais à l'issue d'une interminable enquête, les commissaires de course annoncent à Longchamp qui retient son souffle que Sagace est rétrogradé, et Rainbow Quest est déclaré vainqueur sur le tapis vert. Cette décision fera couler beaucoup d'encre.

Crédité par Timeform d'un rating de 135, Sagace achève ainsi sa carrière. Retiré au haras de Calumet Farm, dans le Kentucky, il y meurt prématurément, en 1989, après avoir engendré très peu de produits. Parmi eux, il y eut la bonne Saganeca (Prix de Royallieu, 2e du Grand Prix de Milan, 5e de l'Arc), future mère de l'Arc-winner Sagamix (par Linamix), ainsi que Afrique Bleu Azur (mère de la championne Cape Verdi), et surtout le frère de celle-ci, Arcangues, lauréat d'un Prix d'Ispahan et qui devint en 1993 le premier (et seul à ce jour) cheval européen à s'imposer dans la Breeders' Cup Classic, où il était parti à une cote surréaliste d'outsider (133/1).

Origines[modifier | modifier le code]

Origines de Sagace
Père
Luthier
Klairon Clairon Djebel
Columba
Kalmia Kantar
Sweet Lavender
Flûte Enchantée Cranach Coronach
Reine Isaure
Montagnana Brantôme
Mauretania
Mère
Seneca
Chaparral Val de Loir Vieux Manoir
Vali
Niccolina Niccolo Dellarca
Light Sentence
Schonbrunn Panthéon Borealis
Palazzo
Scheherezade Ticino
Schwarzblaurot