Saga d'Erik le Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Saga d'Erik le Rouge est une saga concernant l'exploration scandinave du Groenland et de l'Amérique du Nord. La version originale de cette saga a probablement été écrite au XIIIe siècle par un clerc islandais.

La saga est conservée dans deux manuscrits quelque peu différents : le Hauksbók (XIVe siècle) et le Skálholtsbók (XVe siècle). Les philologues modernes pensent que c'est la deuxième version qui est la plus proche de l'originale.

La saga décrit le bannissement d'Erik le Rouge vers le Groenland, puis la découverte du Vinland par Leif Ericson, après que son bateau a été détourné de sa route et, surtout, le voyage de Thorfinn Karlsefni, qui est en fait le véritable personnage principal du texte. Les détails géographiques donnés dans cette saga ont permis de situer plus ou moins cette terre. Il s'agit probablement de la première découverte de l'Amérique par des Européens, cinq siècles avant Christophe Colomb.

Textes antérieurs et valeur historique de la saga[modifier | modifier le code]

On a longtemps cru que la Saga d'Erik le Rouge était le texte le plus ancien concernant le Vinland, mais ce n'est probablement pas le cas.

Régis Boyer considère que de nombreux documents antérieurs à cette saga relatent des évènements liés au Vinland et au Groenland, notamment les ouvrages suivants : les Gesta Hammaburgensis d'Adam de Brême, datant de 1070 environ, l'Historia Norwegiae (auteur anonyme), qui date de la fin du XIIe siècle, le Livre des Islandais, d'Ari Thorgilsson, vers 1120 et, enfin, le Livre de la colonisation de l'Islande, de Sturla Thórðarson.

L'auteur de cette saga aurait donc fait un travail de seconde main et se serait « appliqué à fondre différentes sortes de textes en un tout acceptable, pour en tirer un récit d'une seule venue »[1]. Œuvre d'un clerc qui aurait désiré en faire une œuvre littéraire, ce ne serait pas forcément une source historique fiable.

En revanche, cette saga est le seul texte islandais à décrire en détail une völva (prophétesse païenne) et à la montrer se livrer au sejdr.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Boyer, 1987, p. 1615

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]