Sadri Khiari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sadri Khiari (arabe : صدري الخياري), né le 26 février 1958 à Tunis, est un militant tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il voit le jour dans une famille de militants communistes, son père Belhassen Khiari ayant occupé le poste de secrétaire général de l'Union syndicale des travailleurs tunisiens. Il est titulaire d'un doctorat en science politique portant sur Marx et l'État : la notion de bonapartisme.

Membre de l'opposition tunisienne depuis la fin des années 1970, lorsqu'il rejoint la section tunisienne de la Quatrième Internationale qu'il dirige jusqu'à sa disparition au milieu des années 1990, il est notamment un membre fondateur du Conseil national pour les libertés en Tunisie, dont il est responsable des relations extérieures, et de RAID Attac Tunisie[1].

Installé en France depuis janvier 2003, il est l'un des membres fondateurs du mouvement des Indigènes de la République (MIR). Il est l'un des auteurs du projet d'Appel des indigènes rendu public en janvier 2005. Il est l'un des dirigeants du MIR qui, depuis février 2010, s'est transformé en parti, le Parti des Indigènes de la République.

Il est l'auteur de nombreux articles sur la Tunisie et sur la question de la diversité en France et a publié, à ce jour, trois ouvrages sur ces mêmes questions.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Tunisie. Le délitement de la cité : coercition, consentement, résistance, Paris, Karthala, 2003
  • Pour une politique de la racaille : immigrés-e-s, indigènes, et jeunes de banlieues, Paris, Textuel, 2006
  • La contre-révolution coloniale en France : de De Gaulle à Sarkozy, Paris, La Fabrique, 2009
  • Sainte Caroline contre Tariq Ramadan - le livre qui met un point final à Caroline Fourest, Paris, La Revanche, 2011
  • Nous sommes les indigènes de la république, coécrit avec Houria Bouteldja, en collaboration avec Félix Boggio Éwanjé-Épée et Stella Magliani-Belkacem, Paris, Éditions Amsterdam, 2012
  • Malcolm X. Stratège de la dignité noire, Paris, Éditions Amsterdam, 2013

Participations à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • « Nous avons besoin d'une stratégie décoloniale », Félix Boggio Éwanjé-Épée et Stella Magliani-Belkacem [coord. par], Race et capitalisme, Paris, Syllepse, 2012
  • « Bourguiba et les bourgeois. La crise de 1970-1971 », Michel Camau et Vincent Geisser [sous la dir. de], Habib Bourguiba. La trace et l'héritage, Paris, Karthala, 2004, pp. 357-370
  • « Le Renouveau du mouvement démocratique tunisien », Olfa Lamloum et Bernard Ravenel [sous la dir. de], La Tunisie de Ben Ali. La société contre le régime, Paris, L'Harmattan, 2002, pp. 167-196

Articles dans des revues[modifier | modifier le code]

  • « Le Zaïm et l'Artisan. De Bourguiba à Ben Ali » avec Olfa Lamloum, Annuaire de l'Afrique du Nord, Aix-en-Provence, Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1998
  • « Tunisie. Des élections en trompe-l'œil » avec Olfa Lamloum, Politique africaine (revue soutenue par le CNRS), n°76, décembre 1999, pp. 106-116
  • « Reclassements et recompositions au sein de la bureaucratie syndicale depuis l'Indépendance. La place de l'UGTT dans le système politique tunisien », Centre d'étude et de recherche internationale, dossier « La Tunisie sous Ben Ali », décembre 2000 (lire en ligne)
  • « L'Opposition tunisienne et le 11 septembre », Le Maghreb après le 11 septembre. Notes de l'IFRI, n°44, Paris, 2002, pp. 87-95
  • « Les régimes autoritaires libérés des conditionnalités » avec Jean-François Bayart et Béatrice Hibou, Critique internationale, n°14, janvier 2002
  • « Les Tunisiens et la deuxième guerre du Golfe », Critique internationale, n°19, avril 2003, pp. 24-30
  • « Mondialisation et démocratie. Le contre-exemple tunisien », Confluences Méditerranée, n°51, automne 2004, pp. 91-102
  • « De Wassila à Leïla, Premières dames et pouvoir en Tunisie », Politique africaine, n°95, octobre 2004, pp. 55-70 (lire en ligne)
  • « Trajectoires et paradoxes de l’islam politique », ContreTemps, février 2005
  • « Les balbutiements du mouvement altermondialiste au Maghreb », Annuaire de l'Afrique du Nord, Aix-en-Provence, Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2005

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sadri Khiari, Tunisie. Le délitement de la cité : coercition, consentement, résistance, éd. Karthala, Paris, 2003, p. 2