Sac de Magdebourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sac de Magdebourg
Magdeburg 1631.jpg
Informations générales
Date 20 mai 1631
Lieu Magdebourg
Issue
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Catholic League (Germany).svg Ligue catholique
Flag of Saxony-Anhalt (state).svg Saxe-Anhalt
Commandants
Gottfried Heinrich von Pappenheim
Jean t'Serclaes de Tilly
• Dietrich von Falkenberg †
• Christian Wilhelm von Brandenburg
Forces en présence
24 000 hommes 2 400 hommes
Pertes
300 morts
1 600 blessés
25 000 civils massacrés
Guerre de Trente Ans
Batailles
Pilsen (09-1618) · Sablat (06-1619) · Montagne Blanche (11-1620) · Cap Saint-Vincent (08-1621) · Mingolsheim (04-1622) · Wimpfen (05-1622) · Höchst (06-1622) · Fleurus (08-1622) · Stadtlohn (08-1623) · Dessau (04-1626) · Lutter (08-1626) · Wolgast (09-1628) · Magdebourg (05-1631) · Werben (07-1631) · Abrolhos (09-1631) · Breitenfeld (09-1631) · Rain am Lech (04-1632) · Alte Veste (09-1632) · Lützen (11-1632) · Oldendorf (07-1633) · La Mothe (06-1634) · Nördlingen (09-1634) · Les Avins (05-1635) · Louvain (06-1635) · Tornavento (06-1636) · Corbie (08-1636) · Wittstock (10-1636) · Îles de Lérins (05-1637) · Rheinfelden (02-1638) · Guetaria (08-1638) · Cabañas (08-1638) · Fontarrabie (09-1638) · Thionville (09-1639) · Downs (10-1639) · Ille-sur-Têt (09-1640) · Montjuïc (01-1641) · Marfée (06-1641) · Saint-Vincent (11-1641) · Perpignan (11-1641) · Honnecourt (05-1642) · Barcelone (06-1642) · 1er Lérida (10-1642) · Leipzig (10-1642) · Rocroi (05-1643) · Carthagène (09-1643) · Tuttlinghem (11-1643) · Fribourg (08-1644) · Jüterbog (11-1644) · Jankau (03-1645) · Alerheim (08-1645) · Orbetello (06-1646) · Mardyck (08-1646) · Dunkerque (09-1646) · 2e Lérida (11-1646) · 3e Lérida (05-1647) · Cavite (06-1647) · Zusmarshausen (05-1648) · Lens (08-1648)
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 52° 08′ N 11° 37′ E / 52.13333333, 11.61666667 ()52° 08′ Nord 11° 37′ Est / 52.13333333, 11.61666667 ()  

Le sac de Magdebourg désigne la conquète et le pillage de la ville de Magdebourg, le 20 mai 1631 (selon le calendrier grégorien) par les troupes de la Ligue catholique. Il s'agit d'un des plus importants massacres de la guerre de Trente Ans tant par l'étendue des pertes humaines que par la cruauté de la tuerie.

Contexte et déroulement[modifier | modifier le code]

Comme ville protestante et ville hanséatique, Magdebourg, aujourd'hui capitale de la Saxe-Anhalt, est assiégée par l'armée impériale de novembre 1630 jusqu'au 10 mai 1631. Celle-ci résiste, bien fortifiée, et attend les renforts du roi de Suède, Gustave-Adolphe.

La ville de Magdebourg était placée depuis novembre 1630 sous le blocus du comte de Pappenheim. Le 3 avril 1631, Tilly, à la tête des troupes de la Ligue catholique, entreprit de s'en emparer. Gustave Adolphe qui s'était déclaré protecteur de la cité envoya un de ses officiers, Dietrich von Falkenburg prendre le commandement de la garnison. Les troupes de Tilly pourvues d'un important matériel de siège entreprirent d'abord d'investir les défenses extérieures, chose faite le 1er mai, puis les faubourgs deux jours plus tard. La ville protestante espèrant l'arrivée des troupes de secours de Gustave Adolphe refusa cependant de capituler.

Le 20 mai 1631, le comte de Pappenheim et le comte de Tilly s'emparent de la ville. Les soldats impériaux, échappant rapidement à leur commandement, massacrent les habitants et incendient la ville. Les actes de guerre et de pillage durent jusqu'au 24 mai. Des 30 000 habitants (ce qui caractérise une ville majeure pour l'époque), seuls 5 000 survivent.

À la fin de la guerre de Trente Ans (en 1648, dix-sept ans plus tard), la ville ne compte plus que quelques centaines d'habitants. La ville de Magdebourg perd toute importance pendant des décennies. Ce n'est qu'au XIXe siècle que la ville retrouve un nombre d'habitants identique à celui d'avant le sac.

Postérité et expressions[modifier | modifier le code]

Le sac de Magdebourg est désigné en allemand sous le terme de « mariage de Magdebourg » et est censé décrire le mariage forcé entre l'Empereur et la Vierge de Magdebourg, qui est représentée sur le blason de la ville.

La dévastation est si grande que l'expression « magdebourisation » Magdeburgisieren reste pendant des décennies synonyme de destruction, de viol et de pillage. Pour les catholiques, elle est la manifestation de la colère divine. Les termes « justice de Magdeburg » et « pitié de Magdeburg » ont également longtemps servi de prétexte aux protestants pour justifier l'exécution de catholiques.


Sources[modifier | modifier le code]

  • R.G Grant, Les 1001 Batailles qui ont changées le cours de l'Histoire, Flammarion, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]