Sabine Huynh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sabine Huynh

Activités Écrivain, traductrice littéraire
Naissance 1972
Saigon
Langue d'écriture Français, anglais
Genres Poésie, prose, essais

Œuvres principales

  • pas d'ici, pas d'ailleurs (anthologie, 2012)
  • La migration des papillons (poésie, avec R. Sibille, 2013)
  • La mer et l'enfant (roman, 2013)
  • En taxi dans Jérusalem (récit, 2013, 2014)
  • Les colibris à reculons (poésie, 2013)
  • Tel Aviv / ville infirme / corps infini (poésie, 2014)

Sabine Huynh est un écrivain de langue française et d'origine vietnamienne qui vit en Israël depuis 2001. Elle est née en 1972 à Saigon, a grandi à Lyon, a vécu en France, en Angleterre, aux États-Unis, en Israël et au Canada. Elle vit actuellement à Tel Aviv. Précédemment enseignante et linguiste-chercheur, elle se consacre depuis 2010 entièrement à l'écriture (fiction, poésie, chroniques) et à la traduction littéraire. Elle traduit notamment de l'anglais, l'hébreu et l'italien[1].

Le parcours universitaire et la linguistique[modifier | modifier le code]

Elle a obtenu en 1992 un DEUG en langues, civilisation et littérature anglaise (Université Lumière Lyon 2), en 1994 une Licence d'anglais (Université Lumière Lyon 2), a préparé en 1994-1995 le CAPES d'anglais (Université Lumière Lyon 2, IUFM de Lyon), obtenu une Licence en sciences du langage en 1997, une Maîtrise de Français Langue Etrangère (Université Lumière Lyon 2) en 1998, ainsi qu'un PGCE en sciences de l'éducation (Homerton College, Université de Cambridge, Bourse d'études du Cambridgeshire County Council). En 2001 elle part vivre en Israël et obtient un Doctorat en linguistique de l'université hébraïque de Jérusalem en 2007.

Elle y enseigne de 2002 à 2008, années durant lesquelles elle publie des articles scientifiques en linguistique et en littérature dans diverses revues universitaires francophones, dont Langage et Société[2], Éducation et Sociétés Plurilingues[3], Cahiers de linguistique[4], Arena Romanistica[5] et les Cahiers de Linguistique-Asie Orientale[6].

Sa thèse de doctorat, Les Mécanismes d'intégration des mots d'emprunt français en vietnamien, considérée par Y. Vincent comme étant "une étude quasi exhaustive d'un des aspects les plus passionnants de la linguistique vietnamienne : les emprunts au français (héritage de la période coloniale essentiellement). Lecture passionnante illustrée de nombreux exemples. Une plongée dans l'histoire récente du Vietnam et de son peuple. Un ouvrage à conseiller !"[7] est publiée en 2010[8].

En 2008 elle reçoit une Bourse de recherche de la part du Halbert Centre for Canadian Studies et une Bourse postdoctorale de la Chaire de recherche du Canada : elle part vivre au Canada et faire de la recherche en tant que chercheur postdoctoral au laboratoire de sociolinguistique du département de linguistique de l'Université d'Ottawa[9] de l'Université d'Ottawa[10]

Le parcours littéraire et l'écriture[modifier | modifier le code]

Elle écrit en français depuis qu'elle est enfant[11] et ses toutes premières publications remontent à des poèmes parus dans le journal réalisé par sa classe de CM2 pour récolter des fonds pour construire un puits au Bangladesh. Plus tard, au fil des lectures, elle sera marquée par l'œuvre de Colette[12], de Prévert, de Barjavel et de Duras, puis par celle d'Allen Ginsberg, pour elle le summum de la liberté en écriture. Viendront se greffer Paul Auster et Bernard Malamud.

Ses études de littérature anglaise et américaine à l'université Lumière Lyon 2 lui font découvrir et aimer profondément Virginia Woolf, Shakespeare, D.H. Lawrence, Henry James et Jane Austen, qu'elle continuera à lire et relire.

Elle commence à écrire de la poésie en anglais au début des années 1990, quand elle part vivre à Londres, où elle enseigne le français à l'école pour filles Elisabeth Garrett-Anderson School (dans le quartier d'Islington, Londres). Ses poèmes en anglais sont publiés pour la première fois en revue en 2000 et 2001, par The Dudley Review, la revue littéraire de la faculté de lettres de l'Université de Harvard (États-Unis)[13]. Elle vit alors dans l'état du Massachusetts, à Cambridge. C'est là qu'elle découvre les écrits de Sylvia Plath et d'Emily Dickinson.

Elle n'écrit pratiquement que de la poésie en anglais pendant de longues années et voit ses textes publiés dans des revues et magazines littéraires anglophones. Elle recommence peu à peu à écrire en français durant ses années de thèse. Elle vit alors à Jérusalem.

Son premier roman, La Mer et l'enfant, est publié aux éditions Galaade en mai 2013 alors qu'elle vit déjà à Tel Aviv depuis quelques années[14]. L'ouvrage est salué par la critique, dont une pleine page dans la Quinzaine littéraire du 1er juillet 2013 (article de Marie Étienne)[15].

Son recueil de nouvelles En taxi dans Jérusalem, paru chez publie.net en juillet 2013, avec des photographies d'Anne Collongues, est décrit par l'écrivain suisse Philippe Rahmy (Béton armé, Eds. de la Table ronde, 2013) comme étant un "texte d’autant plus juste et tranchant, d’autant plus tendre et désespéré, qu’il dit la blessure d’exister sans se défendre du vertige, sans chercher aucun surplomb, mais se tenant au contact de ce qu’il dit, agissant de l’intérieur à la manière d’un prisme, déchirant non pas la lumière mais l’inconnu, en faisant jaillir le texte, le corps et la ville."[16]

Son recueil de poèmes Les Colibris à reculons, une topologie de l'exil, publié chez Voix d'encre en septembre 2013, parle, selon la poète Sabine Péglion, qui l'a chroniqué pour la revue de poésie et de critique littéraire Terres de femmes de "l’être, ce qui le fonde, ce qui l’ancre au monde, du lien, de l’attachement, de la re / co / naissance"[17]

Parmi les ouvrages qu'elle a traduits, l'on remarque Les Poèmes écrits à Bergen-Belsen en 1944 en sa treizième année, de l'écrivain israélien Uri Orlev (Prix Hans Christian Andersen Award, 1996), publié aux éditions de l'éclat en 2011. Cette traduction de Sabine Huynh de l'hébreu vers le français a fait l'objet de nombreuses recensions, entre autres dans Le Point du 28/06/2012 (par le journaliste, écrivain et traducteur français François-Guillaume Lorrain)[18], dans Le Monde des Livres du 20/10/2011 (par l'auteur et cinéaste libano-canadien Wajdi Mouawad), dans L'Express du 29/11/2011 (par Marianne Payot)[19], et dans Le Figaro littéraire du 01/12/2011 (par le journaliste Bruno Corty).

En septembre 2012 est parue aux éditions de poésie Voix d'encre une anthologie mondiale de voix poétiques féminines contemporaines en langue française, l'anthologie pas d'ici, pas d'ailleurs[20], un projet initié et dirigé par Sabine Huynh, avec des textes réunis par Sabine Huynh, la poète canadienne Andrée Lacelle, la poète et critique française Angèle Paoli, lauréate du Prix européen de la critique poétique francophone Aristote 2013, et Aurélie Tourniaire, professeur de littérature et de langue française dans des établissements d'enseignement supérieurs de la ville d'Istanbul. Gabrielle Bonifaci parle de cette anthologie dans ces termes dans la revue Voix plurielles, de l'Association des Professeurs de français des universités et collèges canadiens : "Trois-cent trente-trois pages - c’est-à-dire deux-cent vingt-deux textes - de poésie contemporaine francophone et féminine à lire ; une ronde d’inédits - en soi, une très belle initiative et, pour les lectrices et lecteurs, une véritable trouvaille - à couper le souffle tant leur rythme emporte l’imagination. Cette anthologie est un tour du monde et une ouverture aux quatre vents ; les voix réunies nous viennent du Canada, de l’Afrique, du pourtour méditerranéen, des îles de l’un ou l’autre continent, de l’Amérique du Sud, de l’Asie, de toute l’Europe."[21]

Elle travaille souvent en collaboration avec des revues, des artistes et des poètes. Revues (et journaux) : Terre à ciel, Recours au poème, Terres de femmes, Retors, International Literary Quarterly, Carnets du Viêt Nam, Jerusalem Post, Temporel, etc. Artistes et poètes : Anne Collongues (écrivain et photographe), Christine Delbecq (peintre et plasticienne), Déborah Heissler (poète)[22], André Jolivet (peintre), Paul Sanda (poète et directeur des éditions Rafael de Surtis, Roselyne Sibille (écrivain et poète)[23], Jean-Claude Terrier (peintre), etc.

Publications[modifier | modifier le code]

Textes de fiction[modifier | modifier le code]

Romans, nouvelles, récits[modifier | modifier le code]

Publications en revues[modifier | modifier le code]

  • Continuum (Israël): 2010-2011 (7)
  • Le Jérusalem Post (Israël) : 2005
  • Nerval.fr (France) : 2013[24]
  • Virages (Canada) : 2009-2010[25]
  • Zinc (Québec) : 2008 (14)[26]

Poésie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

En anthologies[modifier | modifier le code]

  • Dogs Singing (Salmon Poetry, Ireland) : 2010
  • pas d'ici, pas d'ailleurs (Voix d'encre, France) : 2012
  • Soul Feathers (Indigo Dreams, U.K.) : 2011
  • The Last Stanza (Danscribe Books, Israël) : 2011
  • Voices Israël (Voices Israël Group of Poets in English, Israël) : 2009, 2010, 2011, 2012, 2013

En revues[modifier | modifier le code]

  • arc (Israël) : 2008, 2014
  • Art le Sabord (Québec) : 2010 (85)
  • Cyclamens and Swords (Israël) : 2008, 2009, 2010, 2011
  • Danse Macabre (États-Unis) : 2010
  • d'ici là (France) : 2011 (7), 2012 (8), 2012 (9), 2013 (10)
  • Dissonances (France) : 2011 (20)
  • El Tecolote (États-Unis): 2010
  • DiptYque (Belgique) : 2011, 2012
  • Helicon (Israël) : 2001 (95)
  • Homerton College Roll News (University of Cambridge, U.K.) : 2009
  • Microbe (Belgique) : 2013 (75)
  • Odissea (Italia) : 2012
  • Poetica Magazine (États-Unis) : 2007
  • Recours au poème (France) : 2013
  • Remue.net (France) : 2012 (1), 2012 (2), 2013
  • Terres de femmes (France) : 2010
  • Terre à ciel (France) : 2012
  • The Dudley Review (États-Unis) : 2000, 2001
  • The Ilanot Review (Israël): 2013
  • Traduzionetradizione (Italia) : 2012

Traductions littéraires[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits[modifier | modifier le code]

  • On the Cusp / Albores / À l'orée, Seymour Mayne (Universidad Nacional de la Plata, 2013). Volume de poésie trilingue. Traduction espagnole : Maria Laura Spoturno et al., traduction française (de l'anglais) : Sabine Huynh.
  • Poèmes écrits à Bergen-Belsen en 1944 en sa treizième année, Uri Orlev (éditions de l'éclat, 2011). Traduit de l'hébreu vers le français[30].
  • Ricochet, Seymour Mayne, poèmes traduits de l'anglais vers le français (Presses de l'Université d'Ottawa, 2011).
  • Ba Gia Voi Cay Kim Dan ("An Old Woman with Knitting-Needles"), (Kim Dong Publishing House, Hanoi, Viêt Nam, 2008), Uri Orlev. Le premier livre pour enfants traduit de l'hébreu vers le vietnamien.

Traductions publiées dans des revues[modifier | modifier le code]

  • Hermēneus (España) : núm. 15, año 2013 : Seymour Mayne[31]
  • Nu(e) (France) : décembre 2013 : Richard Berengarten
  • Recours au poème (France) : novembre 2013 : Dara Barnat, à paraître décembre 2013 : Sarah Wetzel, janvier 2014 : Marcela Sulak
  • Retors (France) : 2008 (7) : Seymour Mayne, Claudia Azzola
  • Temporel (France) : 2010 : Seymour Mayne
  • Terre à ciel (France) : 2012 : Leah Goldberg, Mehrdad Arefani, Claudia Azzola, Kyoko Uchida, Mehrdad Arefani - 2013 : Iris Dan
  • Terres de femmes (France) : 2013 : Richard Berengarten
  • The Ilanot Review (Israël) : 2012 : Colette Leinman
  • The International Literary Quarterly (U.K.) : 2010 (10) : Richard Berengarten
  • Traduzionetradizione (Italia) : 2011 : Richard Berengarten

Traductions publiées dans des anthologies[modifier | modifier le code]

  • L'Enfant et le Génocide, Paris : Robert Laffont, 2007 : poèmes d'Uri Orlev traduits de l'hébreu vers le français.

Autres[modifier | modifier le code]

Juillet 2011 : Participation au projet de traduction fait en collaboration "Planting Seeds Together" (Semer des graines ensemble), inspiré par le discours prononcé par l'écrivain japonais Haruki Murakami lors de la remise du Prix international de Catalogne 2011. Traduction française du discours d'Haruki Murakami, "Rêveurs idéalistes".

Essais, chroniques culturelles, critiques de livres[modifier | modifier le code]

  • AdLib (États-Unis)
  • Continuum (Israël)
  • European Journal of International Law (Italy)
  • Inferno (France)
  • Le Jérusalem Post (Israël)
  • Les Carnets du Viêtnam (France)
  • Recours au poème (France)
  • Terre à ciel (France)
  • Terres de femmes (France)
  • The Jerusalem Post (Israël)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. presque dire : site de l'auteur
  2. Quand le pourboire français est réservé à l'entraîneuse : un cas de péjoration sémantique en vietnamien. Langage et Société, no 115, mars 2006, p. 77-101.
  3. Plurilinguisme autour d'une table israélienne et apprentissage des langues par une Franco-vietnamienne, Éducation et Sociétés Plurilingues, no 20, juin 2006.
  4. Constitution et analyse d'un lexique de mots vietnamiens d'origine française. Blanco Xavier, L'Homme Marie-Claude et Van Campenhoudt Marc, dir., Lexique, dictionnaire et connaissance dans une société multilingue, Cahiers de linguistique, 2008, vol. 33, no 1, p. 41-62.
  5. Quête et fuite identitaire : une lecture poscoloniale du roman Les Aubes de Linda Lê, Arena Romanistica, 2, 2008, p. 64-82.
  6. L’assimilation des mots d’emprunts français à la langue vietnamienne : la question des tons. Cahiers de Linguistique-Asie Orientale, 37(2), 2009, p. 223-240.
  7. Evaluation d'Y. Vincent
  8. Les Mécanismes d'intégration des mots d'emprunt français en vietnamien, L'Harmattan, 2010, collection Sémantique, 280 p.
  9. Présentation au colloque international de sociolinguistique variationniste NWAV38 en 2009
  10. Supervisor: Professor Shana Poplack
  11. Voir l'entretien accordé à la poète Cécile Guivarch, pour la revue Terre à ciel
  12. Voir article dans la revue Remue.net, "Tout ce dont on manque", 11/07/2013
  13. The Dudley Review 6 (2000), "Meta-Morphology", p. 61-66 ; The Dudley Review 7,1 (Spring 2001), "State of grace", p. 9-14, avec son propre travail photographique -- photographies en noir et blanc : "Saint-Ives" (p. 60), "Mount Auburn Cemetery" (p. 61), "The biter bitten" (p. 62), "Les jardins de la fontaine" (p. 63), "Régis et Sophie" (p. 64), "Empire State Building" (p. 65)
  14. Voir l'article en deux parties dans la revue Remue.net (décembre 2012), "La vie de nos yeux" : partie 1, partie 2
  15. La faute des mères, par Marie Étienne, La Quinzaine littéraire, 1-8/07/2013.
  16. Sabine Huynh, En taxi dans Jérusalem, par Philippe Rahmy, Remue.net, 03/09/2013
  17. Sabine Huynh, Les Colibris à reculons, par Sabine Péglion, Terres de femmes, octobre 2013.
  18. "Poète et déporté", par François-Guillaume Lorrain, Le Point - Publié le 28/06/2012
  19. "Poèmes écrits à Bergen-Belsen en 1944 , par Uri Orlev", par Marianne Payot (L'Express), publié le 29/11/2011
  20. pas d'ici, pas d'ailleurs, anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines, présentation et choix de Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire, préface de Déborah Heissler (en partenariat avec la revue Terres de femmes. Ouvrage publié avec le concours de la Région Rhône-Alpes. 2012, 336 p.)
  21. Huynh, Sabine, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire, dirs. Pas d’ici, pas d’ailleurs : anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines, par Gabrielle Bonifaci, pour la revue Voix plurielles, de l'Association des Professeurs de français des universités et collèges canadiens (vol. 9, No. 2, 2012).
  22. Chiaroscuro, de Déborah Heissler, avec une préface de Sabine Huynh et des peintures d'André Jolivet (2013, Éditions Æncrages & Co)
  23. La migration des papillons, coécrit avec Roselyne Sibille (poèmes écrits à deux voix, éditions La Porte, 2013)
  24. Sabine Huynh, « Ma », Nerval.fr, 25/07/2013
  25. Revue Virages, numéro 50, hiver 2009-2010
  26. « Passeport de vie », nouvelle publiée dans la revue Zinc, numéro 14, 2008, spécial. Littératures migrantes.
  27. pas d'ici, pas d'ailleurs, anthologie poétique de voix féminines contemporaines, dirigée par Sabine Huynh, préfacée par Déborah Heissler. Textes réunis par Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire, en partenariat avec la revue Terres de Femmes.
  28. Introduction par Sabine Huynh
  29. La Migration des papillons : quand poésie rime avec amitié (la mise en œuvre d’un recueil à quatre mains, par les auteurs)
  30. Préface de l'ouvrage
  31. Hermēneus, revista de traducción e interpretación de la Universidad de Valladolid

Liens externes[modifier | modifier le code]