Sabine Hettner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sabine Hettner dans son atelier à Paris

Sabine Hettner (née le 4 octobre 1907 à Florence et morte en octobre 1985 à Paris) était femme peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sabine Hettner a peint depuis son enfance. Elle a acquis ses aptitudes artistiques et artisanales en grandes parties par son père Otto Hettner, peintre et sculpteur, et par les amis de ce dernier, Oskar Kokoschka et Otto Dix, qui tous étaient professeurs à l’Académie de Dresde. Son frère aîné, Roland Hettner, était élève d’Otto Dix et vivait en Italie en tant que peintre et céramiste. Sa mère était d’origine française. Sabine Hettner a passé la majeure partie de sa vie à Paris. Elle était la filleule de Gerhart Hauptmann. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s’est mariée avec un juif français qui a adopté son nom à elle et qui a ainsi pu échapper à la poursuite des Nazis.

Après la guerre, le mariage fut dissous et Sabine Hettner a reçu le droit de résidence à vie dans un atelier situé dans le quartier parisien Saint-Germain-des-Prés dans la rue de Saint-Simon où elle a habité jusqu’à la fin de ses jours, allant passer ses étés à Ramatuelle (Var)[1]. Elle était liée d’amitié avec les peintres Sonia et Robert Delaunay qui vivaient dans la même maison parisienne. À partir de 1946, elle avait de façon régulière des expositions en France[2], mais aussi en Italie, en Espagne et an Allemagne, par exemple au musée ethnologique (Museum für Völkerkunde) de Hambourg (1960), à Gronau-Epe (1980, 1983)[3] et au Salon für Abstrakte Kunst (Salon de l'art abstrait) de Hambourg (1981).

Signature

Sabine Hettner a créé de nombreuses œuvres (à l’huile, à la gouache, des dessins). Après une courte période figurative, elle s’est orientée vers l’abstraction de l’univers, tels que mer, terre, ciel et le monde des minéraux. Ses peintures indiquent la communion panthéiste avec la nature, un monde imprégné de mystique.

Ses œuvres ne portent pas de titre. Au début, elle signait ses peintures « S. Hettner ». Après une rencontre avec Pablo Picasso, elle signera de son nom complet. Picasso avait été enthousiasmé par ses œuvres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Prou: Sabine Hettner dans: Galerie du Sénat (Tome 1: Les artistes de l'année 1990), Imprimerie Montibus, Saint-Léonard de Noblat, 1991.
  • Gérald Schurr: Le guidargus de la peinture, Editions de l'amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit: Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 7.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Millon SVV, 5 avenue d'Eylau, Paris XVIe: Catalogue de la vente de l'atelier Sabine Hetnner, Hôtel Drouot, vendredi 25 avril 2008.
  2. Lucien Barroz, « Sabine Hettner a installé une exposition de ses peintures » Le Dauphiné libéré, 24 juillet 1963 ; Le Nouveau Journal, 18 juin 1982.
  3. Bilder des Mysteriösen, Ausstellung in der Galerie van Almsick. Westfälische Nachrichten, 17 mai 1980