Sabarat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sabarat
L'Arize à Sabarat
L'Arize à Sabarat
Blason de Sabarat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Ariège
Arrondissement Arrondissement de Pamiers
Canton Canton du Mas-d'Azil
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arize
Maire
Mandat
Laurent Milhorat
2014-2020
Code postal 09350
Code commune 09253
Démographie
Gentilé Sabaratois
Population
municipale
347 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 06′ 02″ N 1° 23′ 23″ E / 43.1006, 1.389743° 06′ 02″ Nord 1° 23′ 23″ Est / 43.1006, 1.3897  
Altitude Min. 265 m – Max. 510 m
Superficie 9,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Sabarat

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Sabarat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sabarat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sabarat

Sabarat est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Sabaratois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Sabarat s’étale au nord de la chaîne du Plantaurel. Le bourg se développe de part et d’autre de l’Arize, au niveau d’un méandre de cette rivière venant de traverser le massif calcaire du Plantaurel.

Sur la rive gauche de l’Arize se trouve le noyau ancien du village ; un noyau plus récent, sur la rive droite, s’est formé autour du carrefour de la D119 avec la D628. Dix sept fermes sont disséminées sur les coteaux environnants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Existence d’un dolmen au Peyré. Découvertes en ce lieu de haches polies, de ciseaux, de couteaux polis, de meules, de percuteurs, de burins, de grattoirs. Découverte de «  la cachette du Peyré » contenant boucles, rouelles, tubes en spirale et des objets en bronze indéterminés.

Le 1er septembre 1625, les habitants incendièrent le village et, à l’approche du Maréchal du Thémines, se réfugièrent au Mas d’Azil. L’église fut détruite (on signale qu’en 1623 se trouvait encore un cloître, en l’emplacement de l’église actuelle). L’église fut reconstruite et la date de 1688 gravée sur le portail marque certainement l’achèvement de la remise en état des lieux. L’église fut dédiée, à ce moment-là, à sainte Anne, elle était auparavant dédiée à sainte Marie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sabarat Blason D'or, à sept sabres de gueules posés en pal et rangés en orle.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Laurent Milhorat    
mars 2001 2008 Bernard Fraisse    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 347 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
629 608 636 622 699 785 800 830 800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
823 725 714 679 696 678 622 600 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
517 456 508 432 443 438 434 395 374
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
348 327 305 279 304 284 337 351 347
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Commerces :
Vente de carrelages.

Principales exploitations :
entreprise de maçonnerie, entreprise de transports, exploitations agricoles, menuiseries, carrosserie.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Principales associations : Comité des fêtes, foyer rural, pétanque, chasse, observatoire, moto courses.

Principaux services : Administration municipale, école primaire (regroupement pédagogique intercommunal avec les Bordes sur Arize), bibliothèque.

Transports en commun : Navette Mûnoz : Mas d’Azil à Montesquieu Volvestre rejoignant le service Semvat (Montesquieu Volvestre à Toulouse).

Culte : catholicisme et protestantisme

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Sur la rive gauche de l’Arize, au plan semblable à celui des bastides on remarque des maisons à colombages construites en encorbellement, de vastes demeures de maîtres, un mail au bout duquel se trouve le temple, une fontaine imposante au fond de la Promenade de l’Ario.
  • Sur la rive droite, à l’extrémité est, une belle église romane, datée du XIIe siècle, s’élève entourée de cyprès séculaires (elle est classée, ainsi que son site)
  • Un solide pont en pierre enjambe l’Arize où viennent se refléter les façades anciennes qui la surplombent
  • Un peu plus loin, à l'ouest du village, rive gauche se trouve un temple protestant datant certainement de la fin du XVIIIe siècle
  • Le dolmen du Peyré
  • L’Observatoire astronomique, dont le fondateur est le pasteur Richardot. Depuis son inauguration en avril 1991, l’observatoire astronomique accueille groupes pour soirées d’observations, stagiaires, élèves allant des classes primaires à l’université, grand public.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

L’abbé Pouech, chanoine titulaire de la cathédrale de Pamiers est né à Sabarat en 1814. Auteur de nombreux travaux sur les principaux saints du diocèse, il fut surtout connu comme géologue. Il étudia spécialement les terrains tertiaires de l’Ariège, les poudingues dits de Palassou, auxquels il attribue une origine lacustre ou marine et non glaciaire. Il fut un collaborateur assidu du Bulletin de la société géologique de France. En paléontologie, il se signala par la découverte d’ossements fossiles (hippopotame à Caoué, près du Mas d’Azil, grand saurien à Bédeilhe) et aussi par ses études sur la grotte de Lherm et les dolmens du Mas d’Azil (surtout ceux du Bidot et du Cap Del Pouech).

Il fut le premier à découvrir les œufs de dinosaures. Il a laissé une collection (ossements, poteries, colliers, monnaies, pistolets du temps de Louis XIII) malheureusement quelquefois en partie perdue et de nombreux écrits non publiés. Aujourd’hui, les restes de ces richesses sont jalousement gardés dans les locaux du collège Jean XXIII à Pamiers. On a pu les voir lors du colloque organisé pour le centenaire de la mort du chanoine les 16 et 17 octobre 1992. Pour ce centenaire, la place du village a été dénommée place du Chanoine-Pouech.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :