Saafi (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saafi

Populations significatives par région
Sénégal Sénégal 114 000 (2007)[1]
Population totale 114 000 (2007)
Autres
Langues

Saafi

Religions

Religion sérère

Ethnies liées

Sérères

Articles connexes : Saafi (langue) et Sérères.

Les Saafi – ou Sereer-Safèn, Safènes, etc. – sont un groupe ethnique du Sénégal. Ethniquement, ils font partie du groupe sérère, cependant ils ne parlent pas la langue sérère ni un dialecte de cette langue, mais le saafi, qui est rattaché aux langues cangin[2],[3]. Au Sénégal, ils sont établis à Dakar et dans la région de Thiès.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion sérère.

Les Saafi se conforment principalement aux préceptes de la religion sérère[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saafi (langue).
Symboles sérères
De gauche à droite : « mort » + « homme » + « agriculture » + « chasse » + « pêche » signifie « L'honorable défunt a consacré sa vie à l'agriculture, la chasse et la pêche

Ils parlent la langue saafi qui fait partie de la famille des langues nigéro-congolaises. Parmi toutes les langues cangin, c'est celle qui compte le plus grand nombre de locuteurs. C'est aussi la plus proche du palor et du laalaa.

Dans symboles sérères et le symbolisme, les gens Saafi ont contribué à bon nombre de ces symboles pour qu'ils appellent Raampa dans leur langue. Bien que n'étant pas la « véritable écriture » dans la définition du mot, Henry Gravrand pose que, la communication est possible entre ceux qui peuvent le déchiffrer, le plus souvent initiés[5]. Dans le contexte général de symboles sérères et le symbolisme, certains acceptent assez bien avec ce point de vue, qui postule que, le simple fait de venir d'un patrimoine sérère ne correspond pas nécessairement à avoir la capacité de deciper les symboles, mais nécessitent d'initiation et de la patience[6].

« [...] la capacité à déchiffrer un symbole sérère, par exemple, ne découle pas automatiquement de l'appartenance à ce groupe, ni d'avoir tout simplement vécu avec ces gens, la connaissance des signes n'est ni inné, ni acquis par simple association, mais plutôt le résultat d'une longue et patient apprentissage[6] ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James F. Searing, « No kings, no lords, no slaves : ethnicity and religion among the Sereer-Safen of Western Bawol, 1700-1914 », in Journal of African History (Cambridge), 43 (3) 2002, p. 407-429
  • (en) James F. Searing, « Conversion to Islam: Military Recruitment and Generational Conflict in a Sereer-Safèn village (Bandia), 1920-1938 », in Journal of African History, 44, 2003, p. 73-94
  • (fr) Papa Samba Diop, « Saafi, Safen, Safene », in Glossaire du roman sénégalais, L'Harmattan, Paris, 2010, p. 483 (ISBN 978-2-296-11508-8)
  • (fr) Jean-Marc Gastellu, L'égalitarisme économique des Serer du Sénégal, ORSTOM, Paris, 1981, 808 p. (ISBN 2-7099-0591-4) (texte remanié d'une thèse de Sciences économiques)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  2. (en) Frawley, William J., International Encyclopedia of Linguistics, vol. 1, Oxford University Press, 2003, p. 170 (ISBN 0195139771) [1]
  3. (en) Diallo, Ibrahima, The Politics of National Languages in Postcolonial Senegal, Cambria Press, 2010, p. 20(ISBN 1604977248) [2]
  4. (fr) Religion en Afrique, Volumes 15-17, E.J. Brill, 1985, p. 203-205
  5. (fr) Gravrand, Henry, « Le Symbolisme sereer : Mythe du Saas et symboles », « Revue de Psycho-Pathologie » vol. 9 No 2 Dakar (1971); "Symbolique et représentation serer traditionnelles", Publié sous le titre "le symbolisme serer" [in] Psychopath. Afric (1973), IX, 2, 237-265 [in] Pyschopathologie africaine
  6. a et b (en) Madiya, Clémentine Faïk-Nzuji, "Canadian Museum of Civilization", Canadian Centre for Folk Culture Studies, "International Centre for African Language, Literature and Tradition", (Louvain, Belgium), p 5, ISBN 0-660-15965-1