Saadane Benbabaali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saadane Benbabaali

alt=Description de l'image Benbabaali_Saadane.JPG.
Activités écrivain, traducteur
Naissance 6 juin 1948 (66 ans)
Médéa, Algérie
Langue d'écriture arabe, français
Genres Essai

Œuvres principales

  • Le monde où l'on vit, le monde d'où l'on vient, 1987,
* Nous sommes tous des idolâtres, Bayard, 1993
* La Plume, la voix et le Plectre, 2008
* La Joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous, ANEP, 2010

Saadane Benbabaali, né le 6 juin 1948 à Médéa en Algérie, est un écrivain, essayiste et traducteur [de langue arabe et française]. Il vit à Paris depuis 1976 et enseigne la langue et la littérature arabes à l'Université Sorbonne-Nouvelle (Paris 3).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été élève à l'École Vuichard puis au lycée Bencheneb (Médéa) où il a reçu une formation bilingue (français/arabe) dans le cadre de l'enseignement spécialisé dispensé dans la filière réservée aux futurs "médersiens"[1]. Deux maîtres marqueront durablement son parcours: les regrettés Hassan Zémirline et Abderezzak Benterkia.

Après une année en classe de philosophie au lycée El Mokrani à Ben Aknoun (Alger) et l'obtention du baccalauréat, il est admis au concours d'entrée à l'École normale supérieure de Kouba dans la section « Littérature française ». Avec un groupe de camarades normaliens actifs, il contribue à la vie culturelle et artistique à l'ENS : théâtre, cinéma, poésie, photographie, etc[2]...

Il obtient sa licence en lettres en 1971 à l'université d'Alger où il enseignera la grammaire et stylistique du français sous la direction de M. Malti Kamel (1971-1972). Il enseigne ensuite dans différents établissements secondaires (1974-1976) avant de quitter l'Algérie afin de poursuivre des études post-universitaires en France.

Stagiaire annuel au Centre de recherche et d''étude pour la diffusion du français (CREDIF) dépendant de l'École normale supérieure de Saint-Cloud puis étudiant en sciences de l'éducation, il soutient un mémoire sur « l'enseignement du français fonctionnel » (Sorbonne,1977).

Il entreprend ensuite une thèse de doctorat en lettres arabes à l'Université Sorbonne-Nouvelle - Paris 3 sur la poésie andalouse[3], sous la direction de R. Arié. Sa recherche sur la poésie strophique andalouse reste à ce jour la référence universitaire dans ce domaine de la poésie arabe médiévale.

Après l'obtention de son doctorat de 3e cycle en 1987, il enseigne la langue arabe dans plusieurs grandes écoles : École supérieure de commerce de Paris, École des cadres et à l'École supérieure d'interprètes et de traducteurs (ESIT).

Agrégé d'arabe (1991), il enseigne dans plusieurs établissements secondaires de la région parisienne : lycée Joliot-Curie (Nanterre), lycée Hoche (Versailles). Il participe également en tant que formateur aux stages organisés par l'Inspection générale d'arabe (Ministère de l'Éducation).

En 1997, il obtient un poste de Maître de Conférences à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 où il enseigne la littérature classique arabe jusqu'à ce jour.

Conférencier international, il a donné de nombreux séminaires et a participé à des colloques sur la littérature arabe classique au Portugal (Lisbonne, Faro et Mertola), Espagne (Loja/Grenade), à Londres, Damas et Alger.

Parallèlement à son métier d'enseignant, il soutient depuis plus de trente ans les associations et les interprètes de la musique arabo-andalouse en France. Il a contribué, par ses traductions du répertoire chanté andalou à faire connaître la poésie andalouse au grand public en France et en Algérie. Proche de la plupart des associations de musique andalouse : Nahdha, Chorale Amel, El-Mawsili, Es-Safina, El-Andalousiyya de Paris, Alhambra, Al-Andalus, Ibn Badja (Mostaganem), El Djenadia (Boufarik) etc..., il participe à leurs activités par ses traductions et ses conférences.

Il collabore activement au travail de la chanteuse Beihdja Rahal avec laquelle il a signé deux ouvrages sur la poésie chantée en Algérie :

  • La plume, la voix et le plectre, Alger, Barzakh, déc. 2008
  • Bahdjat al-Nufûs fî Bahâ'i Djannât al-Andalus (L'amour, la femme et les jardins dans la poésie andalouse), Alger, ANEP, 2010.

Il a traduit les poèmes chantés par Brahim Hadj Kacem, Lila Borsali et prépare des livrets accompagnant les futurs albums de Imène Sahir et Meriem Beldi. Il prépare un ouvrage sur le "Carpe Diem andalou" intitulé:"La poésie maghrébo-andalouse: une manière de vivre". Parution prévue en 2015.

Il collabore depuis de nombreuses années avec l'Institut du monde arabe (Paris) à l'organisation de programmes culturels et musicaux autour de la littérature arabe et de la musique maghrébo-andalouse.

Thèmes et sujets enseignés à La Sorbonne[modifier | modifier le code]

  • La littérature arabe classique : de la qasîda antique au muwashshah andalou
  • Panorama de la littérature arabe classique à l’époque abbasside
  • Le thème de la mort dans la poésie d’Abû al-‘Atâhiya
  • Les poètes d’al-Andalus dans l’anthologie d’Ibn Sa‘îd al-Maghribî : Kitâb al-Mughrib fî hulâ al Maghrib.
  • Amour profane et amour spirituel entre l’Orient et l’Occident musulmans dans la période classique : Ibn Arabi, Abû Hâmid al-Ghazâlî, Ibn Hazm
  • La poésie du tajdîd à l’époque abbaside : Abû Nuwâs et la poésie bachique
  • L’amour et la mort dans les Mille et une Nuits : le conte de Qamar et Budûr
  • Le genre « maqâma » et la question du savoir dans l’adab.
  • L'art du récit dans le texte coranique :Yusuf (Sourate 12), Maryam et Mûssa (Moïse)
  • Voyage et quête du savoir dans les Maqâmât d’al-Hamadhânî
  • Abû al-Fath al-Iskandarî: marginal et poète dans les maqâmât d'a-Hamadhânî
  • Turdjumân al-Ashwâq d’Ibn Arabî : étude poétique et thématique
  • Tawq al-Hamâma (Le Collier de la colombe) d’Ibn Hazm al-Andalusî : amour « andalou » et amour « courtois »
  • Les poètes andalous de l’époque classique : Ibn al-Labbâna, Ibn Khafâdja et Ibn Zamrak
  • La poésie florale (rawdiyyât) dans le répertoire chanté andalou
  • La vision du Paradis dans le hadith et le Coran selon Ibn Kathir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le monde où l'on vit, le monde d'où l'on vient : propositions méthodologiques pour des activités interculturelles, ENS de Saint-Cloud, 1987
Ce matériel pédagogique a été élaboré à partir des résultats des actions pilotes menées sur le terrain par le CREDIF en 1984 et 1985 dans le cadre du Projet F12 du programme Transition II (De l'école à la vie active) de la Commission des Communautés européennes. Destinés aux stages de formation, organisés à l'intention des jeunes après leur sortie du système scolaire, dans le but de favoriser leur insertion sociale et professionnelle, ces modules peuvent également être utilisés dans l'enseignement initial avec des adolescents en difficulté
  • Nous sommes tous des idolâtres, avec P. Levy et B. Ginisty, Paris, Bayard, 1993
« Les idoles n'existent pas seulement dans un lointain passé. Toujours prêts à la sécurité de l'adoration plutôt qu'à l'errance de la quête, nous continuons, aujourd'hui comme hier, de construire nos idoles : nation, communauté et économisme, Églises et même quelques-uns de leurs visages modernes. Judaïsme, christianisme et islam ne cessent au nom de la transcendance divine, de contester l'étau des certitudes mortelles. Patrick Lévy, issu du judaïsme (...) infatigable chercheur d'absolu (...) met au jour le mécanisme de toute idolâtrie. Bernard Ginisty, chrétien, proche des réalités sociales, voit dans l'économisme l'ultime idolâtrie. Saadane Benbabaali cherche pour sa part à dévoiler la richesse d'un passé idolâtre des Arabes de la période préislamique qui fut une étape de la marche de l'humanité vers elle-même.
Au delà des illusions contemporaines, trois formes de lucidité qui ouvre un chemin de plus grande liberté. »
  • La plume, la voix et le plectre, avec Beihdja Rahal, Alger, Barzakh, déc. 2008.
« La musique éveille l’âme par la joie qu’elle procure, mais aussi par le “spleen“ qu’elle fait naître dans le cœur en ravivant tous les souvenirs enfouis et les blessures accumulées. Les peines d’amour, les affres de la séparation et la douleur des attentes déçues refont surface. De même, on se souvient de l’innocence de l’enfance et des illusions de l’adolescence. Puis, comme par magie, la voix du chanteur, les sons des instruments ou les paroles d’un poème viennent panser les plaies et remplir de joie l’âme de celui qui est à l’écoute. »
  • La joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous (Bahdjat al-Nufûs fî Bahâ'i Djannât al-Andalus) (L'amour, la femme et les jardins dans la poésie andalouse), Alger, ANEP, 2010

« Après La plume, la voix et le plectre, paru en 2008 aux éditions Barzakh à Alger, nous poursuivons notre périple poético-musical avec ce deuxième ouvrage sur le thème des « Fleurs et jardins dans la poésie andalouse chantée ». L'importance de ce sujet dans les azdjâl appartenant à la Nawba maghrébo-andalouse est telle que nous avons eu la curiosité d'aller visiter l'univers poétique floral présent dans ces poèmes »

— Saadane Benbabaali

Articles et communications sur la littérature arabe[modifier | modifier le code]

  • Les poètes soufis et l'art du tawshih, Paris , 2002
  • Nawba andalouse et cantigas de Santa Maria, Faro (Portugal), 2003
  • Love and drunkennes in the muwashshah as sung in the Maghreb, Londres, SOAS, 2005
  • Images, symboles et métaphores dans les muwashshahât d'Ibn 'Arabî, Damas, 2006
  • Ibn al-Khatib et l'art du tawshih'', Grenade, Espagne, 2006
  • Les héritiers de Ziryâb à Paris/ The heirs of Ziryâb in Paris, Londres, SOAS, 2007
  • Le muwashshah : persistance et évolution d'un genre poétique, Paris 2007.
  • Abû al Fath al-Iskandarî, marginal et poète'', Paris, Université Paris 3,, 2010
  • Mohamed Bencheneb et la poésie populaire'', Médéa, Algérie, 2011

Notes et référence[modifier | modifier le code]

  1. Corps de fonctionnaires maitrisant la langue arabe et la langue française et destiné à servir d’intermédiaires entre l'administration coloniale et la population algérienne
  2. Trois d'entre eux (Abdelkrim Bahloul, Belkacem Hadjadj et Djamila Sahraoui) sont aujourd'hui des réalisateurs de cinéma reconnus.
  3. Poétique du muwashshah dans l'Occident musulman médiéval, Paris 3, 1987

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]