SS Pasteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Bremen » redirige ici. Pour le paquebot allemand de 1929, voir SS Bremen (1929).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pasteur.

7° 35′ N 60° 12′ E / 7.583, 60.2 ()

Pasteur
Image illustrative de l'article SS Pasteur
Le Pasteur

Autres noms Bremen (1957-72)
Regina Magna (1972-77)
Saudi Phil (1977-80)
Filipina Saudia 1 (1980)
Type Paquebot
Histoire
Lancement 15 février 1938
Mise en service 19 au 20 août 1939
Statut coule le 9 juin 1980
Caractéristiques techniques
Longueur 212,60 m
Maître-bau 27,52 m
Tirant d'eau 8,30 m
Port en lourd 9 800 t
Tonnage 29 253 tonneaux
Propulsion 4 turbines Parsons
Puissance 60 000 ch
Vitesse 24 nœuds (maxi 26,5)
Ponts 9
Autres caractéristiques
Passagers 751
Équipage 382 dont 33 officiers
Chantier naval Ateliers et Chantiers de la Loire Saint-Nazaire
Armateur Sud Atlantique
Pavillon Drapeau de la France France (1939-1957)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (1958-1971)
IMO 5051145

Le SS[Note 1] Pasteur est un paquebot de ligne lancé le 15 février 1938 à Saint-Nazaire pour la Compagnie de navigation Sud Atlantique et destiné à la ligne d'Amérique du Sud.

Attention de ne pas confondre le SS Pasteur avec le MS Pasteur qui fut lancé en 1966.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le SS Pasteur est un paquebot de ligne de 29 253 tonneaux à turbines à vapeur construit en 1939 à Saint-Nazaire, chantiers de Penhoët, pour la compagnie de navigation Sud Atlantique, future filiale des Chargeurs réunis, et destiné à la ligne d'Amérique du Sud.

Sa silhouette est reconnaissable du fait de sa haute cheminée unique et de ses deux mâts situés à l'avant et à l'arrière du bateau.

Le lancement du navire a lieu le 15 février 1938, à Saint-Nazaire, en présence de madame Vallery-Radot, marraine du bateau et épouse du petit-fils de Louis Pasteur.

La croisière inaugurale s'effectue en Manche, du 19 au 20 août 1939, avec 500 passagers invités à bord.

Un timbre poste français Paquebot Pasteur a été imprimé pour la croisière inaugurale prévue en 1939[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Pasteur croisant le HMS Manchester en juillet 1941.

Le début des hostilités en Europe conduit à l'abandon des projets d'inauguration, le 9 septembre 1939, mais surtout de traversées transatlantiques et notamment des deux premières croisières sur l'Amérique du Sud, prévues respectivement du 14 septembre au 14 octobre et du 28 octobre au 27 novembre 1939.

Le bateau est réquisitionné et rejoint le « cimetières des navires » de Landévennec près de Brest le 4 septembre où il est repeint en gris clair et équipé à l'arrière de 2 canons de 90 mm (modèle Saint-Étienne 1892) et de 4 mitrailleuses antiaériennes disposées autour de la cheminée.

Sa première mission en tant que bâtiment de guerre auxiliaire est de convoyer jusqu'aux îles Orcades en avril 1940 une partie du corps expéditionnaire destiné à la Campagne de Norvège.

En juin de la même année, du 1er au 9, il transporte jusqu'à Halifax au Canada, 213 tonnes des réserves d'or de la Banque de France qui doivent être mises à l'abri à la Royal Bank of Canada à Ottawa[2].

Le 9 août 1940, à la suite de la capitulation de la France, le bâtiment est saisi par les Anglais et sa gérance est confiée à la compagnie britannique Cunard. Il devient HTMS (his Majesty troop ship) et son nouveau port d'attache est Liverpool.

Après quelques modifications l'été 1940, ajout de canons de DCA et de canots de sauvetage, puis d'un radar en juin 1942, il devient l'un des 7 sea Monsters Alliés[Note 2]. Sa mission est maintenant de transporter des troupes vers le front et de ramener les permissionnaires, les blessés et les prisonniers.

À la fin de la guerre il a parcouru 370 669 milles et transporté environ 300 000 personnes dont 250 000 militaires.

Le bateau repasse sous commandement française le 4 octobre 1945 mais n'est définitivement rendu à la France que le 12 avril 1946.

En décembre 1945, il retrouve ses couleurs d'origine : coque noire, superstructures blanches et cheminée chamois.

Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

Le Pasteur effectue son premier trajet vers l'Indochine, Marseille - Saïgon (Cap St-Jacques), en octobre 1945. Il a à son bord 4 700 hommes de la 9e DIC et 500 hommes d'équipages.

Jusqu'en février 1956, il relie les ports de Marseille ou Toulon à ceux de Saïgon, Tourane ou Haiphong. La durée des trajets est de 15 jours pour Saïgon et 20 jours pour Haiphong. Le navire effectue également des missions sur Casablanca, Dakar, Madagascar, Alger et Oran.

Démobilisé le 7 juillet 1956 le trooper a à son actif 750 000 passagers militaires et 1 250 000 milles parcourus. Au passage, il a obtenu la Croix de guerre 1939-1945 le 6 octobre 1947 et la Croix de guerre des TOE le 28 janvier 1952.

Affaire de Suez - Algérie[modifier | modifier le code]

Réarmé début août 1956, Le Pasteur reprend son rôle de transport de troupes et effectue, dès le 31, les traversées Marseille—Alger et Marseille—Mers el-Kébir.

Le 9 novembre 1956 à Alger, il embarque à son bord 4 000 hommes de la 7e division mécanique rapide (7e DMR du général Huet) destinés à renforcer les troupes à pied d'œuvre en Égypte. Après de multiples péripéties, il retourne finalement débarquer sa cargaison à Alger, puis repart à vide à Port-Saïd et évacue 1 200 civils et 800 parachutistes du général Massu.

Le Bremen[modifier | modifier le code]

Le Bremen, l'île Saint Thomas - 1968

À nouveau désarmé le 25 janvier 1957, le Pasteur séjourne à nouveau au « cimetières des navires » de Landévennec.

Vendu à la compagnie maritime allemande Norddeutscher Lloyd (NDL) le 18 septembre 1957, il quitte Brest le 26.

À partir du 8 janvier 1958 et pendant 16 mois, il subit d'importantes transformations aux chantiers Bremer Vulkan afin notamment d'augmenter ses capacités de transport. Les modifications les plus visibles sont un nouveau pont et surtout une nouvelle cheminée.

Renommé Bremen le 23 mai 1959 (5e du nom), il devient le paquebot de prestige allemand sur l'Atlantique Nord à partir du 9 juillet.

En un peu plus de 10 ans d'exploitation sous pavillon allemand, le Bremen transportera 360 000 passagers.

Le Regina Magna[modifier | modifier le code]

La Hapag-Lloyd, nouveau nom de la compagnie allemande, se sépare du bateau et le vend le 10 juillet 1971 à l'International cruises de l'armateur grec Chandris.

Renommé Regina Magna, il est repeint entièrement en blanc avec une cheminée bleue, surmontée d'une bande noire et une croix blanche aux couleurs de la nouvelle compagnie.

Le Saudi Phil et le Filipina Saudia 1[modifier | modifier le code]

En 1976, la compagnie Philippine Singapore Ports Corporation de Manille rachète le bateau afin de le transformer en navire-hôtel à Djeddah. Il s'appelle désormais le Saudi Phil et accueille 5 000 travailleurs philippins pendant environ deux ans.

En 1980, destiné à la démolition, il est vendu à la Philsimport International Ltd. Rebaptisé Filipina Saudia 1 il est remorqué vers Kaohsiung à Taïwan et fait naufrage le 9 juin 1980 dans l'océan Indien[3].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le bateau de luxe Pasteur[modifier | modifier le code]

Il s'agit des caractéristiques du bateau dans sa version initiale, c'est-à-dire en tant que paquebot de luxe (1939).

  • Longueur : 212,60 m
  • Largeur : 27,52 m
  • Jauge brute : 29 253 tonneaux de jauge brute (tjb)
  • Port en lourd : 9 800 tonnes de port en lourd (tpl)
  • Propulsion : 4 hélices propulsées par des turbines à vapeur Parsons, chauffées par 10 chaudières réparties en 3 chaufferies
  • Vitesse : 24 nœuds, maxi 26,5 nœuds lors des essais
  • Électricité : centrale électrique à 3 turbo-dynamos de 1 100 kW chacune. Alimentation de secours par 2 groupes électrogènes situés au-dessus du pont de surimmersion
  • Eau douce : 400 t/jour obtenues par des bouilleurs
  • Gouvernail : 26,20 m, 54 tonnes avec actionneur hydroélectrique
  • Cheminée : 1 cheminée unique dépassant de 19 m le plus haut pont, de section ovale (13 m × 8,5 m) et de couleur chamois comportant une large bande noire au sommet
  • Passagers : la capacité initiale du paquebot est de 751 passagers répartis ainsi :
    • 12 en cabine de luxe ;
    • 275 en cabine 1re classe ;
    • 126 en cabine de 2e classe ;
    • 338 en cabine de 3e classe.
  • Emménagements et distractions : suivant leur classe d'appartenance, les passagers disposent de bibliothèque, fumoirs, salons, billard, orchestre, cinéma, tennis, table de ping-pong, piscine, salle de mécanothérapie, hydrothérapie, salle d'armes et de culture physique, salle de jeu pour les enfants, magasins et boutiques
  • Autres équipements : une chapelle, une salle d'opération et une imprimerie destinée aux impressions des menus et du journal quotidien
  • Équipage : outre 4 médecins et 3 commissaires, l'équipage compte 382 hommes dont 33 officiers : 1 commandant, 6 officiers de pont, 22 officiers mécaniciens, 4 officiers radio
  • Couleur de la coque : noire
  • Couleur des superstructures : blanche
  • Port d'attache : Bordeaux

Le paquebot Bremen[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 212 m
  • Largeur : 26,8 m
  • Nombre de ponts : 12
  • Particularité : ajout d'un bulbe d'étrave et d'un bulbe de poupe en 1965-1966
  • Jauge brute ou tonnage : 32 336 tonneaux de jauge brute (tjb)
  • Propulsion : 4 turbines à vapeur chauffées par 4 chaudières
  • Vitesse : 23 nœuds
  • Puissance : 53 000 ch
  • Électricité : 6 génératrices (3 de courant continu et 3 en alternatif)
  • Eau douce : 200 t/jour obtenues par 2 bouilleurs
  • Cheminée : 1 cheminée de 16 m de haut et de section 15,8 m × 8 m (couleur chamois)
  • Passagers : 216 en cabine 1re classe et 906 en classe touriste
  • Équipage : 544
  • Emménagements : air climatisé, ascenseurs, stabilisateurs Denny-Brown
  • Navigation : 2 radars et un ensemble de radiotéléphonie et radiotélégraphie
  • Couleur de la coque : noire
  • Couleur des superstructures : blanche
  • Port d'attache : Brême

Philatélie[modifier | modifier le code]

En 1941, la poste émet un timbre postal de 1 franc surtaxé 1 franc au profit des œuvres de la mer, vert foncé, qui porte la référence YT 502. C'est un timbre surchargé sur le timbre non émis à 70 centimes. Des exemplaires de ce timbre sans surcharge sont régulièrement proposés à la vente. Il s'agit en général de timbres falsifiés[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. MS pour Motor Ship, est la désignation des navires propulsés par un moteur thermique, SS pour Steam Ship, est la désignation des navires à vapeur (Cf. article Liste des préfixes de navires).
  2. Sea Monster est le nom donné aux transports de troupes rapides et de grande capacité qui ne nécessitaient pas d'escorte pour la traversée de l'Atlantique. Les 6 autres bateaux étaient le SS Nieuw Amsterdam (en), l’Île-de-France, le Queen Elizabeth, l’Aquitania, le Mauretania et le Queen Mary.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le timbre poste du Paquebot Pasteur 1939
  2. « La guerre avait deux ans », sur Le Télégramme,‎ 18 juin 2010 (consulté le 13 mai 2011)
  3. « Der Untergang (Lien vers les photos du naufrage) », sur ts-bremen.de (consulté le 22 août 2014) (de).
  4. Catalogue Yvert et Tellier, Tome 1

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source bibliographique[modifier | modifier le code]

  • Jean Yves Brouard, Le Pasteur 1938-1980, Éditions JYB-aventures,‎ 2005 (ISBN 2-9515843-8-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]