SIGINT Activity Designator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Capture écran du système Boundless Informant en mars 2013

Un SIGINT Activity Designator (ou SIGAD) est un indicateur alphanumérique qui identifie une station d'écoute électronique, comme une base ou un navire, pour collecter du renseignement d'origine électromagnétique (ROEM ou en anglais : SIGINT).

Présentation[modifier | modifier le code]

Cet indicateur est utilisé pour désigner les installations appartenant essentiellement aux Five Eyes (Drapeau de l'Australie Australie - Drapeau du Canada Canada - Drapeau des États-Unis États-Unis - Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[1]; ces pays sont liés par des accords, dont le traité UKUSA, et fonctionnement de manière très coordonnée, à la fois pour mettre en œuvre un système de ROEM mondial (dit Echelon), partager les efforts en matière de cryptanalyse, partager les renseignements bruts et les analyses de renseignement qui en sont tirées.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, plusieurs milliers de SIGAD ont été assignés[1].

En mars 2013, selon des documents dévoilés par Edward Snowden, et en particulier ceux concernant le système Boundless Informant, 504 SIGAD étaient actifs et fournissaient de l'information à la NSA [2],[3].

Format général[modifier | modifier le code]

Un SIGAD est composé de cinq à huit caractères alphanumériques, non sensibles à la casse[1]. Il est habituellement normalement composé d'un préfixe de deux ou trois lettres suivies par un à quatre chiffres[1],[4],[5]:

  • Les deux premiers caractères indiquent le pays qui exploite l'installation de SIGINT. Une troisième lettre montre quel type d'organisation dirige la station d'écoute. Les SIGAD commençant par US sans une troisième lettre sont utilisés pour désigner des installations gérées par la NSA[1].
  • Souvent, un tiret est utilisé pour séparer les caractères alphabétiques et numériques dans la partie principale de l'indicatif, mais moins fréquemment un espace est utilisé comme un séparateur ou les caractères alphabétiques et numériques sont enchaînés ensemble.
  • Un caractère alphabétique supplémentaire peut être ajouté pour indiquer un sous-indicateur à un sous-ensemble de l'unité primaire, tel qu'un détachement.
  • Enfin, un caractère numérique peut être ajoutée après la alphabétique ci-dessus pour fournir un sous-sous-indicateur.
Code Pays Source Typologie d'Entité Source Séparateur Indicateur Sous-indicateur
-
x ou xn

Dans les exemples ci-dessous un X représente un caractère alphabétique et un N représente un caractère numérique qui font partie de l'indicateur principal. De même, un x représente un caractère alphabétique et un n représente un caractère numérique qui font partie d'un sous-indicateur.

Voici des exemples génériques de SIGAD :

  • XX-N
  • XX-NN
  • XX-NNN
  • XX-NNNN
  • XXX-N
  • XXX-NN
  • XXX-NNN
  • XXX-NNNN
  • XX-Nx
  • XX-Nxn
  • XX-NNx
  • XX-NNxn
  • XX-NNNx
  • XX-NNNxn
  • XX-NNNNx
  • XX-NNNNxn
  • XXX-Nx
  • XXX-Nxn
  • XXX-NNx
  • XXX-NNxn
  • XXX-NNNx
  • XXX-NNNxn
  • XXX-NNNNx
  • XXX-NNNNxn

Exemples de SIGAD[modifier | modifier le code]

SIGAD Unité/service Localisation Date d'activité connue
USM-1 Unité de l'Army Security Agency (ASA) Vint Hill Farms Station, Virginie[6] Site créé en 1942, fermé en 1997[7]
USM-2 Unité de l'Army Security Agency « Two Rock Ranch », Petaluma, Californie[8] Site créé en 1942, fermé en 1971[7]
USM-2 Unité de l'Army Security Agency Ambassade américaine de Moscou 1977[9]
USM-4 1967[10]
USM-5 Helemano, Hawaï Fermé en 1958[11]
USM-7 Fairbanks, Alaska Fermé en 1953[11]
USM-7 7th Radio Research Field Station Ramasun Station, Udorn, Thaïlande[12] Créé en 1965[13], fermé en 1976[14]
USM-9 9th ASA Field Station puis 9th RRFS Les Pinas, Philippines 1946[15]
USM-9D Nha Trang, Viêt Nam du Sud Juin 1961[16]
USM-9K 3rd Radio Research Unit puis 175th Radio Research Company Davis Station, Tan Son Nhut AFB, Viêt Nam du Sud 1961-1967[17]
USN-12 1967[10]
USN-13 Adak, Alaska Fermé en 1996[11]
USN-16 Director Naval Security Group Atlantic (DIRNAVSECGRULANT) 1967[18]
USN-18 Dupont, Caroline du Sud 1949[19]
USN-18 Panama 1977[20]
USN-24 Director Naval Security Group (DIRNAVSECGRU) 1967[18]
USN-27 Naval Communications Station (NAVCOMMSTA) San Miguel, Luçon, Philippines 1959-1961[21]
USN-27J Phu Bai, Viêt Nam du Sud 1964-? (par la suite USN-842, fermée en 1971)[22]
USA-29 6994th Security Squadron, 7th Radio Research Field Station Ramasun Station, Udorn, Thaïlande Novembre 1967-?[23]
USA-30 Wakkanai, Japon 1969[24]
USA-31 Osan, Corée du Sud 1969[25]
USA-32 Detachment 2, 6925th Security Group Danang, Viêt Nam du Sud 1967-1970[26]
USA-34 3rd Radio Squadron Mobile Elmendorf AFB, Alaska 1955[27]
USM-35 60th Signal Service Company Corée 1951[28]
USA-36 1967[29]
USA-38 6920th Electronic Security Group Misawa AB, Japon 1983[30]
USN-39 Misawa AB, Japon 1956[31], 1969[32]
USN-39P 1969[24]
USA-50 6950th Security Group RAF Chicksands 1976[33]
USA-53 Bremerhaven, Allemagne de l'Ouest 1964[34]
USA-57 6925th Radio Squadron, Mobile Clark AFB, Philippines 1959-1961[35]
USA-57 6922nd Security Wing Clark AFB, Philippines Juillet 1965-?[36]
USA-58 Hakata 1969[37]
USA-70 Marienfelde, Berlin-Ouest 1964[34]
USA-73 Hof, Allemagne de l'Ouest 1964[34]
USM-76 Panama, détachement à Beacon Hill 1976[20]
CAF-90 Gander 1942-présent[38]
CAF-91 Masset 1944-1945 et 1949-présent[38]
CAN-92 Aklavik 1949-1961[38]
CAF-92 Inuvik 1961-1986[38]
CAM-93 Ladner 1949-1971[38]
CAN-94 Chimo, puis Frobisher Bay 1953-1967[38]
CAA-95 Whitehorse 1948-1968[38]
CAN-96 Coverdale 1942-1971[38]
CAN-97 Gloucester 1943-1972[38]
CAF-98 SFC Leitrim 1942-present[38]
CAN-99 Churchill 1948-1968[38]
CAF-99 Cryptologic Direct Support Elements (CDSE) [38]
UKC-102 GCHQ Chai Keng, Singapour ~1949-1971[39]
USD-110 Yakima, État de Washington (?) 1991[40]
UKC-201 GCHQ Hong Kong Fin années 1970-1994[41]
UKM-257 Unité de l'armée britannique Ayios Nikolaos, Chypre [40]
UKA-277B Teufelsberg, Berlin-Ouest 1964[34]
NZC-331 GCSB Waiouru, Nouvelle-Zélande Créé en 1948, fermé en 1982[42]
NZC-332 GCSB Tangimoana, Nouvelle-Zélande Créé en 1982[42]
NZC-333 GCSB Waihopai, Nouvelle-Zélande Créé en 1989[42]
NZC-334 GCSB Station mobile à bord de la frégate HMNZS Canterbury [43]
NZC-335 GCSB Station mobile à bord de la frégate HMNZS Wellington [43]
USN-413 2nd Marine Radio Battalion Détachement au Liban 1983[44]
USN-414 1st Composite Radio Company puis 1st Radio Battalion Kaneohe, Hawaï 1962[45]
USN-414A Détachement de la 1st COMRADCO auprès de la JTF-116 Créé en 1962[45]
USN-414J Danang, Viêt Nam du Sud Fermé en 1972[46]
USN-414J4 Khe Sanh, Viêt Nam du Sud Créé en août 1967[47]
USN-414T Détachement de la 1st COMRADCO Pleiku puis Phu Bai, Viêt Nam du Sud Créé en 1962[48]
USN-467 SIGAD générique pour les unités SIGINT navales [49]
USN-467N Détachement du Naval Security Group USS Maddox, Golfe du Tonkin 1964[50]
USN-467Y Détachement du Naval Security Group USS Pueblo, mer du Japon 1967-1968[51]
USA-516 Eielson AFB, Alaska Fermé en 1973[11]
USA-522J Cam Ranh Bay, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[52]
USA-556 1967[10]
USA-561 Tan Son Nhut, Viêt Nam du Sud Fermé en 1972[52]
USA-562 Phu Cat, Viêt Nam du Sud Fermé en 1972[52]
USA-563 Danang, Viêt Nam du Sud Fermé en 1972[52]
USM-604 330th Radio Research Company Pleiku, Viêt Nam du Sud 1966-1971[53]
USM-605 Camp Eagle, Viêt Nam du Sud Fermé en 1971[52]
USM-607 Can Tho, Viêt Nam du Sud Fermé en 1971[52]
USM-613 313th Radio Research Battalion (HHC) Nha Trang, Viêt Nam du Sud 1966-1970[54]
USM-614 303rd Radio Research Battalion (HHC) Bien Hoa, Viêt Nam du Sud 1966-1970[55]
USM-615 335th Radio Research Company [56]
USM-616 856th Radio Research Detachment Xuan Loc, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-617 408th Radio Research Detachment [57]
USM-620K Berlin-Ouest 1964[34]
USM-624 244th Radio Research Battalion (Aviation) Long Thanh, Viêt Nam du Sud Fermé en 1973[56]
USM-624A 138th Radio Research Company (Aviation) [57]
USM-624B 144th Radio Research Company (Aviation) [57]
USM-624C 146th Radio Research Company (Aviation) [57]
USM-624D 156th Radio Research Company (Aviation) Can Tho, Viêt Nam du Sud [58]
USM-625 Helemano, Hawaï Fermé en 1967[11]
USM-626 175th Radio Research Company Bien Hoa, Viêt Nam du Sud 1967-1971[59]
USM-626J Phu Bai, Viêt Nam du Sud 1964[60]
USM-628 404th Radio Research Battalion Bien Hoa, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-629 337th Radio Research Company [57]
USM-630 406th Radio Research Battalion [57]
USM-631 371st Radio Research Company Phouc Vinh, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-633 372nd Radio Research Company Cu Chi, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-634 374th Radio Research Company Pleiku, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-636 409th Radio Research Detachment Di An, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-636 Helemano, Hawaï Fermé en 1976[11]
USM-638 Cam Ranh Bay, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[52]
USM-645 407th Radio Research Detachment Quang Tri, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-649 328th Radio Research Company Chu Lai, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-653 403rd Radio Research (Special Operations Detachment) Nha Trang, Viêt Nam du Sud Fermé en 1970[56]
USM-704 509th ASA Group Saigon, Viêt Nam du Sud 1964-1973[61]
USM-794 Saigon, Viêt Nam du Sud Fermé en 1975[52]
USF-778 Bad Aibling, Allemagne [40]
USM-801 370th ASA Operations Company Vint Hill Farms Station, Virginie Etablie à la fin des années 1960[62]
USM-808 8th Radio Research Unit puis 8th RRFS Phu Bai, Viêt Nam du Sud 1964-1973[63]
USM-818 Lié à la CTF-76 ? 1964[64]
USN-842 Phu Bai, Viêt Nam du Sud Fermé en 1971[52]
USN-843 Danang, Viêt Nam du Sud Fermé en 1972[52]
USN-855 USS Liberty 1967[65]
US-987L Site de la République Fédérale d'Allemagne 1964[34]
UKC-1000 British Telecom sous direction du GCHQ 8 Palmer Street, Londres 1991[66]
USD-1000 Menwith Hill, Angleterre [40]
USD-1025 Officier de liaison de la NSA au GCHQ Cheltenham, Angleterre [40]

SIGAD dévoilés dans les documents d'Edward Snowden[modifier | modifier le code]

SIGAD Description Localisation Dévoilé par
US-985D inconnue inconnue Le Monde
US-987LA Station de Bad Aibling Bad Aibling Der Spiegel[67]
US-987LB Station du BND Inconnue Der Spiegel
US-3136 SIGAD générique pour la collecte « Close Access » domestique Sur le territoire américain[68] Le Monde
US-3136OF Collecte depuis des implants informatiques (HIGHLANDS) Mission permanente de la France auprès des Nations Unies, New York[68] Der Spiegel
US-3136VC Collecte d'écrans d'ordinateurs (VAGRANT) Mission permanente de la France auprès des Nations Unies, New York[68] Der Spiegel
US-3136UC Collecte depuis des implants informatiques (HIGHLANDS) Ambassade de France, Washington DC[68] Der Spiegel / Le Monde[69]
US-3136LO Collecte via le Public Branch Exchange Switch (PBX) Ambassade de France, Washington DC[68] Der Spiegel / Le Monde[69]
US-3136SU Image disque dur (LIFESAVER) Ambassade d'Italie, Washington DC[70]
US-3136MV Collecte depuis des implants informatiques (HIGHLANDS) Ambassade d'Italie, Washington DC[70]
US-3136PD Collecte avec une technique appelée COOP Objectif inconnu, à New York[70]
US-3136BE Image disque dur (LIFESAVER) Ambassade du Brésil, Washington DC[71]
US-3136SI Collecte depuis des implants informatiques (HIGHLANDS) Ambassade du Brésil, Washington DC[71]
US-3136VQ Collecte depuis des implants informatiques (HIGHLANDS) Mission du Brésil auprès des Nations Unies, New York[71]
US-3136HN Collecte d'écrans d'ordinateurs (VAGRANT) Mission du Brésil auprès des Nations Unies, New York[71]
US-3136IJ Image disque dur (LIFESAVER) Mission du Brésil auprès des Nations Unies, New York[71]
US-3137 SIGAD générique pour la collecte « Close Access » à l'étranger En-dehors du territoire américain[68] Le Monde
US-3138 STARRUBY (trashint)[70]
  1. a, b, c, d et e Top Level Telecommunications: SIGINT Activity Designators
  2. (en) NSA, « Boundless Informant: NSA explainer – full document text », sur guardian.co.uk, The Guardian,‎ 9 juin 2012 (consulté le 2 juillet 2013)
  3. « Bataille d'informations autour de l'outil de surveillance "Prism" », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 10 juin 2013 (consulté le 30 juin 2013)
  4. (en) « SIGINT Activity Designators (SIGADS) », buggedplanet.info,‎ 28 décembre 2013 (lire en ligne)
  5. (en) « Introduction to SIGADs », blogspot.ca,‎ 3 octobre 2013 (lire en ligne)
  6. (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. I : The Struggle for Centralization, 1945-1960, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1995 (lire en ligne), p. 8, 135
  7. a et b (en) « SIGINT Activity Designators (SIGADs) », sur electrospaces.blogspot.fr/,‎ 22 mars 2014 (consulté le 17 avril 2014)
  8. (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. II : Centralization Wins, 1960-1972, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1995 (lire en ligne), p. 306, 638
  9. (en) James Bamford, The Puzzle Palace : Inside the National Security Agency, America's Most Secret Intelligence Organization, New York, Penguin Books,‎ 1983 (1re éd. 1982), 655 p. (ISBN 0-14-006748-5), p. 360, 591, d'après Ernest Volkman, « U.S. Spies Lend an Ear to Soviets », Newsday, 12 juillet 1977, p. 7
  10. a, b et c « USS LIBERTY Torpedoed » 8 juin 1967, [lire en ligne]
  11. a, b, c, d, e et f « Closed SIGINT Field Sites on U.S. Soil »
  12. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness: American SIGINT and the Indochina war, 1945-1975, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 2002 (lire en ligne) p. 422, 483
  13. (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. II : Centralization Wins, 1960-1972, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1995 (lire en ligne), p. 500
  14. (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. III : Retrenchment and Reform, 1972-1980, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1998 (lire en ligne), p. 36
  15. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 24, 73, 499
  16. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 126
  17. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 123, 128, 289, 499
  18. a et b « CONMSG NR 23: NMSDA/B Tasking for USN-855 MED Deployment » 2 juin 1967, [lire en ligne]
  19. (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. II : Centralization Wins, 1960-1972, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1995 (lire en ligne), p. 621
  20. a et b (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. III : Retrenchment and Reform, 1972-1980, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1998 (lire en ligne), p. 200
  21. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 73, 184, 292
  22. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 292, 399, 500
  23. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 294, 442
  24. a et b (en) Thomas P. Ziehm, The National Security Agency and the EC-121 Shootdown, p. 29
  25. (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. II : Centralization Wins, 1960-1972, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1995 (lire en ligne), p. 638
  26. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 294, 399
  27. (en) Michael L. Peterson, « Maybe You Had to Be There : The SIGINT on Thirteen Soviet Shootdowns of U.S. Reconnaissance Aircraft », Cryptologic Quarterly, Fort Meade, National Security Agency, vol. 12, no 2,‎ été 1993 (lire en ligne) p. 21
  28. (en) Matthew M. Aid, « US Humint and Comint in the Korean War: From the Approach of War to the Chinese Intervention », Intelligence and National Security, vol. 14, no 4,‎ Hiver 1999, p. 17-63 (p. 63 note 131)
  29. (en) Thomas R. Johnson, American Cryptology during the Cold War, 1945-1989, vol. II : Centralization Wins, 1960-1972, Fort Meade, Center for Cryptologic History, National Security Agency,‎ 1995 (lire en ligne), p. 605
  30. (en) Seymour M. Hersh, “The Target Is Destroyed” : What Really Happened to Flight 007 and What America Knew About It, New York, Random House,‎ 1986, 282 p. (ISBN 0-394-54261-4), p. 66
  31. (en) Michael L. Peterson, « Maybe You Had to Be There », p. 23
  32. (en) Thomas P. Ziehm, The National Security Agency and the EC-121 Shootdown, Fort Meade, National Security Agency, coll. « Special Series, Crisis Collection » (no 3),‎ 1989 (lire en ligne) p. 15
  33. (en) Duncan Campbell, « The Eavesdroppers », Timeout,‎ mai 1976 (lire en ligne)
  34. a, b, c, d, e et f (en) Michael L. Peterson, « Maybe You Had to Be There », p. 36
  35. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 73
  36. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 166
  37. (en) Thomas P. Ziehm, The National Security Agency and the EC-121 Shootdown, p. 17
  38. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) « Introduction to SIGADs », sur http://luxexumbra.blogspot.ca/,‎ 3 octobre 2013 (consulté le 25 avril 2014)
  39. (en) Nicky Hager, Secret Power : New Zealand's Role in the International Spy Network, Nelson, Nouvelle-Zélande, Craig Potton Publishing,‎ 1996 (ISBN 978-0-908802-35-7, lire en ligne) p. 70, 73, 149
  40. a, b, c, d et e (en) Nicky Hager, Secret Power, p. 149
  41. (en) Nicky Hager, Secret Power, p. 32-33, 149
  42. a, b et c (en) Nicky Hager, Secret Power, p. 63, 81-82, 149
  43. a et b (en) Nicky Hager, Secret Power, p. 149, 192-193
  44. (en) The $5 Billion Misunderstanding : The Collapse of the Navy's A-12 Stealth Bomber Program, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press,‎ 2001 (ISBN 1-55750-777-5), p. 39n ; (en) Matthew M. Aid, The Secret Sentry : The Untold History of the National Security Agency, New York, Bloomsbury Press,‎ 2010 (1re éd. 2009), 426 p. (ISBN 978-1-60819-096-6), p. 179, 377n28
  45. a et b (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 137, 500
  46. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 323, 399
  47. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 323
  48. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 138, 500
  49. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 224
  50. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 184, 500
  51. (en) « USS Pueblo AGER-2 », [lire en ligne] p. 10
  52. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 399
  53. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 288, 291, 399
  54. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 291, 399, 499
  55. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 291, 483, 499
  56. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 291, 399
  57. a, b, c, d, e et f (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 291
  58. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 288, 291
  59. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 289, 399, 499
  60. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 184, 499
  61. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 392, 399, 499
  62. (en) David P. Mowry, « Vint Hill Farms Station: 1942-1945 (USM-1) », Cryptologic Almanac 50th Anniversary Series, Center for Cryptologic History,‎ janvier-mars 2003 (lire en ligne)
  63. (en) Robert J. Hanyok, Spartans in Darkness, p. 285, 399, 499
  64. « SIGINT Report Dissemination List from San Miguel, Philippines (USN-27) », 1er février 1964 [lire en ligne]
  65. (en) Transcription de l'interview de Richard W. Hickman, 30 avril 1980, [lire en ligne] p. 8
  66. (en) Nicky Hager, Secret Power, p. 51, 149
  67. (en) Hubert Gude, Laura Poitras et Marcel Rosenbach, « Mass Data: Transfers from Germany Aid US Surveillance », Der Spiegel,‎ 5 août 2013 (lire en ligne)
  68. a, b, c, d, e et f Jacques Follorou, « Espionnage de la NSA : la diplomatie française était sur écoute aux Etats-Unis », Le Monde,‎ 22 octobre 2013 (lire en ligne)
  69. a et b Le Monde avec l'AFP, « La NSA a aussi espionné la diplomatie française », Le Monde,‎ 1 septembre 2013
  70. a, b, c et d (it) « Nsa, ecco i documenti », sur L'Espresso,‎ 5 décembre 2013 (consulté le 26 avril 2014)
  71. a, b, c, d et e (pt) Roberto Kaz et José Casado, « Uma base espiã em Brasília », O Globo,‎ 8 juillet 2013, photo vue sur la page web [NSA Close Access Sigads for European Targets]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]