Système intégré de gestion de bibliothèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis SIGB)
Aller à : navigation, rechercher

Un système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB) est un logiciel destiné à la gestion informatique des différentes activités nécessaire au fonctionnement d’une bibliothèque (gestion des collections et des usagers, de la circulation des documents, des acquisitions, édition de rapports statistiques).

Un SIGB repose en général sur une base de données relationnelle, un logiciel pour interagir avec cette base de données, une interface graphique destinée aux professionnels, et une destinée au public.

Fonctions[modifier | modifier le code]

La plupart des SIGB sont organisés en modules distincts. On retrouve souvent :

  • un module d'acquisitions : suggestions, commande, pré-catalogage, réception, facturation
  • un module de gestion et de contrôle des périodiques: abonnements, relances, bulletinage des numéros reçus, génération d'un état de collection ; ce module est étroitement lié au module acquisitions pour tout ce qui concerne la gestion des abonnements
  • un module de gestion et de contrôle bibliographique : création par catalogage de notices décrivant les documents, ou récupération depuis des réservoirs de notices accessibles notamment grâce à la norme Z39.50
  • un module de circulation : prêts, retours, renouvellements, réservations de documents, traitement des retards (relances, suspensions ou ou amendes pour les lecteurs en retard), gestion des fichiers d'usagers
  • un module de statistiques
  • un catalogue public (couramment appelée OPAC, de l'anglais Open Public Access Catalog). Ce dernier est de plus en plus souvent intégré au sein d'un portail documentaire et multimédia Web, dit aussi bibliothèque en ligne. Le SIGB est donc devenu un outil presqu'uniquement professionnel..

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'informatisation[modifier | modifier le code]

Avant l’informatisation des bibliothèques, toutes les tâches étaient réalisées manuellement, et indépendamment les unes des autres. Les acquéreurs rédigeaient des bons de commande, les documents reçus étaient signalés sur un registre d'inventaire manuscrit, puis les catalogueurs rédigeaient (au moins) une fiche cartonnée par document, qui ne quittait plus le meuble destinée à la conserver. Enfin, lors des prêts, le nom des lecteurs était inscrit sur une fiche conservée au bureau de circulation. Aux Etats-Unis, une première étape vers la mécanisation fut franchie en 1936 avec l'utilisation de cartes perforées par la bibliothèque de l'Université du Texas.

Les années 1960: les premiers pas de l'informatisation[modifier | modifier le code]

L'innovation capitale dans les années 1960 fut l'invention des formats MARC qui permirent de stocker et d'échanger des notices catalographiques. Aux Etats-Unis, la fin des années 1960 vit l'émergence de grands services bibliographiques, comme Ohio College Library Center (en 1967), le Research Libraries Group ou le Washington Library Network (qui fusionnèrent tous deux avec OCLC).

Les années 1970-1980: les premiers SIGB[modifier | modifier le code]

Le développement des capacités de stockage et des télécommunications dans les années 1970 permirent l'émergence des premiers SIGB, sous le nom de systèmes automatisés. D'abord centrés sur les principales opérations de circulation, ils se complexifièrent dans les années 1980 pour intégrer des fonctions auparavant séparées (acquisitions, catalogage, gestions des périodiques, réservations de documents, etc.)

Dans les années 1990, de plus en plus d’applications liées au réseau Internet apparaissent : catalogage en ligne, portail internet, etc.

Certaines compagnies commercialisent plusieurs SIGB, notamment à l'issue de rachat ou de fusions avec des sociétés concurrentes[1]. C'est ainsi que SirsiDynix, issu de la fusion en 2005 de Sirsi et Dynix commercialise en 2013 trois SIGB[2]: Unicorn, développé par Sirsi, Horizon, développé par Dynix, et Symphony, développé ultérieurement et censé remplacer ces deux produits.

Exemples de SIGB[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

  1. Pour le marché mondial, voir le graphique dressé par Marshall Breeding: History of library automation, consulté le 27 décembre 2013. Pour le marché français, voir le graphique de Tosca Consulting [1], consulté le 28 décembre 2013
  2. Home | SirsiDynix.com, consulté le 27 décembre 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]