SHV Holdings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Préambule[modifier | modifier le code]

Primagaz est un entreprise de SHV Holdings, l'une des plus grandes entreprises au monde de distribution de gaz. Primagaz est un distributeur de gaz butane et de propane à travers tout le territoire français, belge, autrichien, hongrois, néerlandais, danois. Elle est une filiale en France, en Belgique du groupe néerlandais SHV Gas, n° 1 mondial de la distribution de GPL (Gaz de pétrole liquéfié). Elle assure le stockage, le conditionnement et la distribution de gaz butane et de propane.

Une entreprise familiale indépendante

Primagaz est solidement implanté en France depuis plus de 150 ans. Racheté en 1999 par SHV, société familiale hollandaise, elle-même fondée en 1886, avec une gouvernance familiale, sa structure est stable, permet de travailler dans une vision de long terme et de réinventer l'entreprise dans la durée.

Une culture de l’innovation

Primagaz dispose d'un patrimoine riche marqué par l’esprit d’entreprendre. De nombreuses inventions  : cocotte-minute, bouteille de gaz, citerne enterrée, Twiny bouteille au format 6kg, 1ère entreprise privée à obtenir le statut d’opérateur public pour la distribution du gaz en réseau (2003), 1ère entreprise à obtenir l’autorisation de livrer du GNL par camion, 1ère offre de comptage individuel de calorie : Caloon…

Une marque emblématique

La marque Primagaz crée du lien. Son évolution accompagne celle de la société française depuis le début du XX siècle. La marque évoque de bons souvenirs, de belles histoires, des anecdotes, des bons moments partagés : Fournisseur officiel des JO d’Albertville (1992); Sponsoring bateau avec Laurent Bourgnon, 2 fois vainqueur (1994, 1998) de la Route du Rhum; La Montgolfière aux couleurs de Primagaz...

Primagaz : plus de 150 ans d'histoire...[modifier | modifier le code]

En 1857, les frères Liotard donnent le coup d'envoie d'une extraordinaire épopée familiale et industrielle et fondent les Etablissements Liotard, aujourd'hui Primagaz. Au début du Second Empire, deux ans avant l'exploitation du premier puits de pétrole moderne, à une époque où tout semble possible et ou l'énergie devient un bien de consommation courante, l'entreprise est emblématique d'une idée forte : Le triomphe du progrès. Cela ne va pas sans heurts. La lutte est féroce entre les fournisseurs d'énergie et même entre les énergies ! Le bois, le charbon, le gaz, issu de leur distillation, l'acetylène, l'électricité, toutes ces solutions semblent à même de satisfaire la devise des deux frères : l'énergie "partout et pour tous".

L'époque est à la confiance dans les développements techniques. Et si le Suédois Arrhenius (Prix Nobel de chimie en 1903) énonce 1896 sa théorie sur l'effet de serre, ces travaux demeurent méconnus. D'autant que, Arrhenius a beau être visionnaire, il ne prévoit un doublement de la quantité de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère que plusieurs milliers d'années plus tard. En effet le savant suédois ne peut alors envisagé l'extraordinaire explosion de la consommation d'énergie qui caractérisera le XXe siècle : pas une année ne passant son lot d'innovations, aussi bien pour la production industrielle et les équipements collectifs que pour les particuliers. Transport, éclairage public, arts ménagers tout est a inventer. Fournisseur d'énergie, les frères du Liotard n'hésitent d'ailleurs pas à proposer directement des équipements au grand public.

Toutes les évolutions ont un point commun : leur soif d'énergie. Consommer plus signifie avant tout consommer plus d'énergie. L'entrée des populations des pays industrialisés dans la vie moderne, la démocratisation du confort, l'apparition de nouveaux besoins, tout cela doit être alimenté en énergie.

Les hydrocarbures supplante le charbon, le gaz apporte sa souplesse, le nucléaire la promesse d'une électricité à moindres frais et la consommation de cesse de croître. Les guerres et les crises la ralentissent mais elles sont suivies de période d'euphorie qui relance la machine. La "meilleure"s énergie et alors la moins chère, la plus facile à utiliser. Mais d'autres enjeux commencent à poindre.

Le climat  : une nouvelle donne pour Primagaz ...[modifier | modifier le code]

Les chocs pétroliers ont amené les sociétés industrialisées à prendre conscience de leur dépendance à l'égard des hydrocarbures. D'autant que, face à la frénésie de consommation, ces derniers ne paraissent plus inépuissables : les scientifiques soulignent désormais leur caractère non renouvelable. Les conséquences environnementales de la production d'énergie commence aussi à inquiéter une part croissance de l'opinion publique. Comment envisager un monde où l'ensemble de la population et non plus les seuls les habitants des pays développés, aurait accès à cette source incomparable de confort : une énergie souple et bon marché ? Surgit alors une nouvelle donne dans le débat énergétique : le climat.

Désormais, même si le coût reste un élément fondamental, tout comme les réserves, il n'est plus possible de penser l'énergie sans inclure dans l'équation toutes les données environnementales ou sociétales. Comment cette énergie est-elle produite ? La matière première est-elle renouvelable ? Quel est le bilan carbone de l'extraction, de la transformation et du transport ? De nouvelles questions s'ajoutent aux problématiques classiques de la stabilité de l'approvisionnement, de la sécurité des installations ou des pollutions potentielles. Ce basculement a essentiellement lieu au cours de la première décennie du IIIe millénaire, et ses conséquences sont redoutables pour les acteurs de ce secteur, politiques comme industriels.

Le problème est devenu si complexe que trouver une réponse parfaite c'est-à-dire une énergie qui ne représenterait aucun défaut serait illusoire. C'est à un changement de paradigme que tous doivent faire face. Produire mieux, diversifier les sources d'approvisionnement, se tourner vers "un mix énergétique" sans tabous, du pétrole au nucléaire en passant par l'éolien et le gaz, tout cela ne suffira sans doute pas. Il va falloir se concentrer aussi sur les modes d'utilisation, sur l'optimisation des consommations, bref, sur de l'efficacité énergétique.

En ce sens, Primagaz s'engage activement dans le développement durable et prend en compte tous les points de vue qui représentent tous les moyens nécessaires face aux mutations énergétiques.

L'entreprise se donne comme ambition de relever le défi de la transition énergétique dans l'objectif de réduire d'1/3 son impact carbone d'ici 2020, en respectant l’environnement et en sensibilisant ses clients au "Consommer mieux - Consommer moins".

Les activités et métiers de Primagaz[modifier | modifier le code]

Primagaz vit son activité autour de 3 métiers complémentaires  :

Fourniture d’énergies toujours plus propres (énergie)

Conception et prescription d’équipements de pointe (matériel)

Facilitation d’une consommation raisonnée (service)

Ces métiers de Primagaz s'adressent à une population de Particuliers, de Professionnels et Collectivités locale dans tous les territoires et villages français. L'entreprise fournit du gaz en bouteilles, en citernes ou en réseau pour les 27 000 communes non raccordées au réseau de gaz naturel et pour plus de 2 000 000 de clients dont 129 000 clients particuliers servis par Primagaz France et 32 000 clients professionnels dans différents secteurs d’activités (agriculture, hôtellerie, industrie, tertiaire...).

Primagaz alimente en gaz propane (GPL) en réseau environ 2 500 sites publics et privés et dessert 11 000 foyers situés dans des zones rurales non raccordées au gaz naturel.

Les femmes, les hommes et les engagements de Primagaz[modifier | modifier le code]

Des équipes et des infrastructures décentralisées pour une couverture géographique étendue : 70 % des communes françaises ne sont pas desservies par le gaz naturel de ville. Pour fournir de l'énergie à tous ceux qui habitent et travaillent en zones rurales, Primagaz s'appuie sur des femmes et des hommes au service des utilisateurs. Avec 200 conseillers, 85 techniciens, 110 conseillers Service Clientèle, un réseau de 6 000 partenaires professionnels, 5 agences commerciales, un réseau de 20 000 points de vente... les utilisateurs de Primagaz ont un distributeur à moins de 5 kilomètres de leur domicile. 

Les infrastructures de Primagaz couvrent l’ensemble du territoire sur toute la chaîne de production, depuis l’acquisition du produit jusqu’à la livraison chez l'utilisateur : Maillage du territoire avec  3 terminaux maritimes d’importation, 6 usines de conditionnement bouteilles, 43 entrepôts bouteilles, 17 sites de stockage GPL.

Primagaz est acteur de l’initiative FREE – Future of Rurale Energy in Europe.

Une organisation agile : Autour de 700 collaborateurs sur le territoire français, favorise la proximité entre collaborateurs et circuits de décision courts, rapides.

Des experts métiers et conseillers de proximité  : Plus de 200 conseillers énergie Primagaz soutiennent les utilisateurs dans leur choix d’énergie. Primagaz, c’est aussi 300 chauffeurs chargés de distribuer les produits partout en France.

Des standards de sécurité élevés : Suivi et audit des fournisseurs et certification ISO 9001 en 2015.

Des installations sous surveillance : Par des inspecteurs périodiques, par le suivi Qualigaz et la surveillance des sites industriels afin de répondre à la réglementation.

Liens externes[modifier | modifier le code]