SEA IV C2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SEA IV C2
{{#if:
Constructeur Drapeau : France Société d'Études Aéronautiques
Rôle Biplan monomoteur de chasse
Statut Retiré du service
Premier vol mars 1918
Nombre construits 115
Équipage
2 (pilote et observateur)
Motorisation
Moteur Lorraine-Dietrich 12 D
Nombre 1
Puissance unitaire 400 ch
Dimensions
Envergure 14 0 m
Longueur 8 5 m
Hauteur 3 1 m
Surface alaire 37 5 m2
Masses
À vide 1 050 kg
Maximale 1 650 kg
Performances
Vitesse de croisière 175 km/h
Vitesse maximale 218 km/h
Plafond 6 500 m
Rayon d'action 700 km
Endurance 5
Armement
Interne 2 mitrailleuses synchronisées à l'avant avec 500 cartouches, jumelage arrière de mitrailleuses avec 10 chargeurs et fusil mitrailleur tirant par le dessous et l'arrière avec 100 cartouches

Le SEA IV C2 est un biplan monomoteur de chasse français conçu à la fin de la Première Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Le SEA IV C2 fut conçu par Marcel Bloch, Henry Potez et Louis Coroller dans le cadre de la Société d'Études Aéronautiques. Les prototypes sont construits à Suresnes. La structure du SEA IV est une ossature en bois entoilée et croisillonnée avec des cordes à piano. Le moteur est à l'avant et recouvert d'un capotage en aluminium. Le réservoir d'essence est protégé des balles.

Le premier vol a lieu aux environs de mars 1918. probablement sur le terrain du Plessis-Belleville. Il est d’abord essayé par Gustave Douchy, un des as de la guerre 1914-1918 (9 victoires), puis par les pilotes du Centre d’essais en vol de Villacoublay, et enfin par les pilotes du front.

La maniabilité, la stabilité et la visibilité sont considérées comme bonnes.

Un prototype est envoyé pour des essais en opérations sur le front et donne satisfaction. En conséquence, une commande massive de 1000 exemplaires est lancée par l'armée française. Louis Coroller, toujours militaire, est envoyé en mission auprès de la commission aéronautique française aux États-Unis, ce qui gêne le lancement de la construction en série. La société Le Meuble Massif, Bloch, Potez et Levy-Finger et la filiale Société Anjou Aéronautique sont créées à Angers pour faire face aux besoins[1].

À la suite de l'Armistice de novembre 1918, les commandes sont résiliées. Un total de 115 exemplaires est produit dont 65 auraient été pris en compte par les militaires français.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • La variante SEA IV-PM numéro constructeur 68 est destinée à des démonstrations de vol à longue distance.
  • Le SEA IV C2 numéro constructeur 69 est le prototype du Potez VII. 16 à 17 SEA IV sont transformés en Potez VII par la société des Aéroplanes Henry Potez à l'atelier d'Aubervilliers avec un nouveau numéro constructeur.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

  • Utilisateur : Potez, prototypes. Numéro constructeur : 1, 2, 58, 69.
  • Utilisateur : Armée française, régiments d'aviation du Bourget et de Tours. Numéro constructeur : 2 à 116

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Louis COROLLER, l'âme des avions Potez, SEA VI, Jean-Louis Coroller et groupe Histoire de l'Aéroscope [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Coroller et Michel Ledet (ill. Serge Jamois), Les avions POTEZ, Lela Presse, coll. « Histoire de l'Aviation » (no 20),‎ 2008 (ISBN 2914017499), p. 25-30
  1. Les avions POTEZ, p. 10