SA-6 Gainful

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
2K12 Kub - SA-6 Gainful
Image illustrative de l'article SA-6 Gainful
Tracteur-érecteur-lanceur 2K12 de l'armée est-allemande
Présentation
Fonction missile sol-air
Déploiement Guerre du Kippour
Opération Manta
Guerre Iran-Iraq
Première Guerre du Golfe
Guerres de Yougoslavie
Caractéristiques
Envergure -
Vitesse Mach 2,8
Portée 24 000 m
Altitude de croisière 12 000 m

Le 2K12 Kub ou SA-6 Gainful selon son nom de code OTAN est un missile sol-air dont le développement a été initié à la fin des années 1950 et construit à plus de 500 exemplaires entre 1968 et 1985 par l'Union soviétique. Il est encore utilisé en 2012 dans de nombreuses armées du monde.

Engagement[modifier | modifier le code]

Guerre de Kippour : Le SA-6 Gainful a surpris les Israéliens lors de la guerre du Kippour en 1973. Ils ont été habitués à avoir la supériorité aérienne sur le champ de bataille. Les A-4 Skyhawk et les F-4 Phantom II ont payé un lourd tribut du à la mobilité du SA-6 et la non connaissance de la longueur d’ondes du radar d’acquisition du système d’armes.

Une fois les contre-mesures adéquates employées, les pertes israéliennes ont considérablement diminué. Les pilotes israéliens ont surnommé le SA-6 « Les Trois Doigts de la Mort » en référence à l'apparence du lanceur.

Libye : Le système a été déployé par la Libye lors du conflit tchado-libyen et s'est avéré une menace pour les avions français, mais le 7 janvier 1987, l’Armée de l’Air a réussi à détruire un site radar du SA-6 avec deux Jaguars de l'escadron de chasse 3/3 Ardennes armés avec des missiles anti-radar AS-37 Martel.

Plus tard, les rebelles tchadiens prennent la base aérienne Ouadi Doum et capturent pratiquement tout l'équipement lourd utilisé pour la défense de cette base libyenne intact. La plupart de ce matériel a été transporté en France et aux États-Unis dans les jours qui suivent[1], mais certains SA-6 sont restés au Tchad.

Pendant l’intervention militaire de 2011 en Libye, aucun appareil de l’OTAN ne fut abattu par des SA-6.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Alain Antoine, « Une histoire de la fin de la Guerre Froide », Rubrique Historique Guerrelec, no 11,‎ novembre 2007, p. 1 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :