S. Corinna Bille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bille.

S. Corinna Bille, née le 29 août 1912 à Lausanne et morte le 24 octobre 1979 à Sierre[1], est une écrivaine suisse. De son vrai nom Stéphanie, elle adopte le nom Corinna en hommage à Corin, village natal de sa mère. Elle est la sœur de René-Pierre Bille, photographe et cinéaste animalier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'Edmond Bille et de Catherine Tapparel (1891 - 1974), Corinna épouse en 1934 un acteur de la troupe de Dullin, Vital Geymond, vit à Paris (1934-1936) et voyage en Espagne et en Italie, un mariage blanc[1]. De retour en Valais, elle rencontre Maurice Chappaz en 1942 et de 1943 à 1947 année du mariage, le couple s'installe dans le Haut-Valais près de Rarogne[2]. De son second mariage, elle a eu trois enfants, Blaise, Achille et Marie-Noëlle. Ils emménagent à Veyras en 1957.

Corinna Bille passe la majeure partie de son enfance en Valais, région qui va fortement influencer son œuvre. Elle accomplit ses études dans un pensionnat de Dominicaines à Lucerne (1926 à 1927) puis en 1930, elle obtient son diplôme de commerce à Sierre. Elle poursuit des études à l’Institut supérieur des jeunes filles de Zurich ainsi qu'à l'École polytechnique fédérale de Zurich (1930-1931)[3].

À vingt ans, elle est script-girl du film Rapt du réalisateur Dimitri Kirsanoff[4] tiré du livre de Ramuz La séparation des races[1].

Après un séjour à Paris, elle publie son premier recueil de poèmes (Printemps, 1939)[4] et son premier roman (Théoda, 1944), suivi du Sabot de Vénus (1952) et de plusieurs recueils de nouvelles.

C'est avec La demoiselle sauvage (1974, bourse Goncourt de la nouvelle 1975) que son talent est reconnu à l'étranger.

Corinna Bille réalise un premier voyage officiel en URSS en 1974 et elle y retournera à deux reprises en 1979 avant sa mort. Elle séjourne aussi au Liban et en Afrique. Elle est décédée d'un cancer non détecté à temps à l'Hôpital de Sierre[5]. Son fonds d'archives se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne. Une biographie lui a été consacrée par Gilberte Favre en 1981 aux Editions 24 Heures. Celle-ci a été rééditée en 1999 aux Éditions Z et en 2012 aux Editions de L'Aire (collection L'Aire bleue).

Plusieurs des livres de Corinna Bille ont été traduits en allemand, italien, anglais et russe. D'autres sont encore en voie de traduction.

Citation[modifier | modifier le code]

À la question « Pourquoi écrivez-vous ? » Corinna Bille répond : « On ne peut pas supporter le bonheur, on ne peut pas supporter la souffrance. L'écriture c'est un remède à l'insupportable. Mon travail seul me donne l'équilibre, la cohérence nécessaire, que ni le social, ni le religieux, ni l'aventure, ni même la maternité ne peuvent m'assurer »[1].

Bibliographie (non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • Théoda, roman. Porrentruy, Portes de France, 1944. Réédition Éditions Plaisir de Lire et Éditions Empreintes.
  • Douleurs paysannes, nouvelles, Lausanne, Guilde du livre, coll. La Petite ourse, 1953 et Éditions Plaisir de Lire.
  • Le Sabot de Vénus, roman, Lausanne, Rencontre, 1952 et Éditions Plaisir de Lire. Prix Bock-Eisenwein.
  • Emerentia 1713, postf. de Maryke de Courten, Éditions Zoé, 1994
  • Chants d'amour et d'absence, préf. de Maurice Chappaz, Éditions Empreintes, 1996
  • À pied du Rhône à La Maggia, Genève, La Joie de Lire, 1999.
  • Abîme des fleurs, trésor des pierres, Briançon, Passage, 1985.
  • Biographie de Gilberte Favre, Le vrai conte de sa vie, Lausanne, Éditions Z (176 pages illustrées); réédition à L'Aire (collection L'Aire bleue), 2012.
  • Cent petites histoires cruelles suivi de Trente-six petites histoires curieuses. Albeuve, Castella et Éditions Plaisir de Lire, 1985.
  • Cent petites histoires cruelles, Lausanne, Bertil Galland, 1973.
  • Cent petites histoires d'amour, Lausanne; Paris, Bertil Galland; Gallimard, 1978.
  • Chant d'amour et de mort, poèmes. St-Pierre-de-Clages: Octogone, 1979. Lithographies d'Yvonne Duruz.
  • Chant pascal des Cent Vallées suivie de Dix poèmes d'amour. Saint-Maurice, Éditions Saint-Augustin, 1997.
  • Chants d'amour et d'absence, Lausanne, Éditions Empreintes, 1996.
  • Correspondance, 1923-1958, avec Edmond Bille et Catherine Bille. Cossonay, Éditions Plaisir de Lire, 1995.
  • Deux maisons perdues, Neuchâtel, La Baconnière, 1989.
  • Deux passions, récits, Lausanne; Paris, Bertil Galland; Gallimard, 1979.
  • Entre hiver et printemps, nouvelles, Lausanne: Payot, 1967.
  • Florilège alpestre, Lausanne, Payot, coll. Orbis Pictus, 1953. Dessins de Pia Bosshard.
  • Forêts obscures, roman, Lausanne, 24 heures, 1989.
  • Jour de foehn, Genève, Collection Écriture, La Joie de Lire, 1995.
  • Jours de foehn, Lausanne, Éditions de l'Aire, 1981.
  • Juliette éternelle, nouvelles, Lausanne: La Guilde du livre et Éditions Plaisir de Lire, 1971. Préface de Pierre Jean Jouve, illustrations de René Auberjonois.
  • La Demoiselle sauvage, nouvelles, Lausanne, Betil Galland, 1974. Paris: Gallimard, 1975. Prix Goncourt de la nouvelle, 1975
  • La Fraise noire, nouvelles, Lausanne: La Guilde du livre, 1968.
  • La guirlande de Noël, Genève, Éditions La Joie de lire, 1995.
  • La Maison musique, contes pour enfants, Lausanne, Ex-Libris, 1977.
  • La Montagne déserte, poèmes, Genève, Eliane Vernay, 1978.
  • La Rus, Russie, poèmes et petites histoires, Lausanne, Éditions Empreintes, 1995.
  • Le Bal double, nouvelles. Vevey; Paris: Bertil Galland; Gallimard, 1980.
  • Le fleuve un jour, Genève, Slatkine, coll. Traces, 1997.
  • Le Grand tourment, nouvelles, Lausanne, Ed. des Terreaux, 1951. Illustration d'Edmond Bille
  • Le Mystère du monstre, récit, Lausanne: Ed. du Verdonnet, 1966. Lithographies de Robert Hainard, Lausanne: Cahiers de la Renaissance vaudoise, 1968
  • Le Pantin noir, Lausanne, L'Aire, 1981.
  • Le Partage de minuit, avec Maurice Chappaz, Lyon, Les Éditions Fédérop, 1984.
  • Le Pays Secret, poèmes et comptines, Sierre: Schoechli, 1961. Aquarelles d'Edmond Bille.
  • Le Salon ovale, nouvelles et contes fantastiques, Lausanne, Bertil Galland, 1976.
  • Le Sourire de l'araignée, contes, Lausanne: L'Aire, 1979.
  • L'enfant aveugle, contes et nouvelles, Lausanne, Aux Miroirs partagés, 1955.
  • Les étranges noces et autres inédits, Lausanne, Éditions l'Âge d'homme, coll. Poche Suisse, 1996.
  • Les Invités de Moscou, Lausanne, Bertil Galland, 1977.
  • L'Inconnue du Haut-Rhône, théâtre, Lausanne: Rencontre, 1963.
  • L'ours rose. Zurich, Œuvre suisse des lectures pour la jeunesse, 1990.
  • Œil-de-mer, roman, Lausanne, 24 heures, 1989.
  • Printemps, poèmes. La Chaux-de-Fonds, Nouveaux Cahiers, 1939.
  • Soleil de la nuit suivi de Un Goût de rocher, poèmes, Genève, E. Vernay, 1980.
  • Soleil de nuit, poèmes, Genève, Eliane Vernay, 1979.
  • Vignes pour un miroir, Lausanne, Éditions Gonin, 1985.
  • Correspondance 1923-1958, Cossonay, Éditions Plaisir de Lire, 1995
  • Le Vrai conte de ma vie, écrits autobiographiques, Lausanne, Empreintes, 1992.
  • Un goût de rocher : le lys a blanchi sous les pins noirs, poèmes, Lausanne, Éditions Empreintes, 1997.
  • Œuvres complètes pour la jeunesse, en trois volumes, Genève, La Joie de Lire, 1999
  • ACEL, Cippe à Corinna Bille: Un recueil d'hommages, Bienne-Gollion/Paris, ACEL-Infolio éditions, coll. « Le cippe », 2012 (Présentation en ligne)

Avec les contributions inédites, entre autres, de Patrick Amstutz,Edmond Bille,Nicolas Bouvier, Raymond Bruckert, Sylviane Chatelain, Germain Clavien, Martine Clerc, Stéphanie Cudré-Mauroux, Jean-Noël Cuénod, Anne Cuneo,Patrice Duret, Claudine Houriet, Roger-Louis Junod, Jérôme Meizoz, Pierre-François Mettan, Corine Renevey, Géraldine Savary, Jean-Marc Theytaz, Pierre-André Thiébaud, Markus Traber, Nina Traber, Jehan Tremblay, Nicolas Verdan, Eliane Vernay, Michel Viegnes, Fanny Voélin ou Raymond Vouillamoz.

Monographie – étude[modifier | modifier le code]

  • Pierre-François Mettan, Théoda de Corinna Bille, Bienne-Gollion/Paris, ACEL-Infolio éditions, collection Le cippe, 2012

Prix[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Tribune de Genève 26.10.1979
  2. Construire 10.06.1992
  3. Encyclopédie Valais
  4. a et b 24 Heures 12.06.1979
  5. L'Hebdo 30.09.1999

Liens externes[modifier | modifier le code]