Sœurs du Bon Secours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bon Secours.

Les sœurs du Bon Secours (dont le nom complet est Sœurs du Bon Secours de Notre-Dame Auxiliatrice de Paris) forment une congrégation religieuse féminine catholique fondée à Paris en 1824 par l'archevêque de Paris de Quélen, autour de Joséphine Potel, 25 ans, et ses onze compagnes. Les religieuses se consacrent au soin des malades à domicile. En 2010 la congrégation compte 277 membres réparties en 64 communautés[1].

Historique[modifier | modifier le code]

À l'origine, en 1821, un groupe de jeunes filles réunies à Paris soignait les malades à domicile, quelle que fut leur situation sociale, et les accompagnait plus particulièrement dans leurs derniers moments, voulant leur révéler ce qu'elles estiment être le charisme et la bonté du Christ. Joséphine Potel fut la première supérieure de la congrégation, sous le nom de Sœur Marie-Joseph.

Rapidement, dès 1825, en plus de leurs activités auprès des malades, on leur demanda de veiller à l'éducation des jeunes filles pauvres (à Lille notamment).

Dans un ancien couvent irlandais à Tuarn, 800 corps de nourrissons ont été découverts dans une fosse septique. Il s'agit d'enfants nés hors de mariage lors de la période d'ouverture du couvent, de 1925 à 1961. Les jeunes filles venaient y accoucher discrètement. Les bébés confiés aux sœurs étaient négligés, se retrouvant très exposés aux maladies et privés de soin[2].

Apostolat[modifier | modifier le code]

Ces religieuses veulent soulager la souffrance humaine, en solidarité avec les pauvres et les plus démunis, notamment dans les hôpitaux, les cliniques, les écoles et les paroisses.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les religieuses sont présentes en France, en Irlande, en Angleterre, en Écosse, aux États-Unis, au Pérou, en Équateur et au Tchad. Elles sont en 2010 au nombre de 277 religieuses dans 64 maisons.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuario pontificio 2010, Città del Vaticano, p.1511
  2. 800 cadavres de bébés découverts dans un ancien couvent irlandais, Le Soir, 3 juin 2014

Lien externe[modifier | modifier le code]