Sérum anti-lymphocytaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le sérum anti-lymphocytaire (SAL) est un sérum produit par le sang du cheval mis au contact de lymphocytes humains. Il est utilisé en injection pour lutter contre le rejet lors des greffes. Il fut mis au point par le professeur Jules Traeger.

À l’aube des transplantations rénales, le drainage du canal thoracique était une pratique habituelle, en vue d’améliorer la tolérance du greffon. On disposait par là même de quantités importantes de lymphocytes humains. Il était facile d’utiliser ce sous-produit pour immuniser les animaux. Avec l’apparition de nombreux médicaments immunosuppresseurs cette pratique est tombée en désuétude. Il est donc difficile de disposer de lymphocytes humains. En revanche à l’occasion d’intervention de chirurgie cardiaque chez les jeunes enfants en vue de pallier des malformations congénitales, le chirurgien est amené à procéder à une exérèse du thymus. On dispose ainsi de cellules thymiques. C’est la raison pour laquelle le sérum anti-lymphocitaire est aujourd’hui un sérum anti cellules thymiques, dont les propriétés sont similaires. Il n’existe plus en France de sérum préparé sur cheval. En effet l’administration de globulines de cheval donne lieu à la maladie sérique. En revanche un sérum préparé sur lapin est toujours disponible sous le nom de Thymoglobulines initialement préparé à Lyon par l’Institut Mérieux, aujourd’hui exploité par le laboratoire Genzyme.

Le sérum anti-lymphocytaire ou globulines polyclonales anti-tymocytaire contient de nombreux anticorps ciblant différentes populations cellulaires, au premier rang les lymphocytes T porteurs de la glycoprotéine CD4, mais aussi les lymphocytes B, les plasmocytes et les plaquettes. Le sérum anti-lymphocytes est adsorbé sur des érythrocytes humains jusqu'à disparition complète de toute activité contre les globules rouges.

Les sérums anti-lymphocytaires sont généralement utilisés à la phase toute initiale d'une transplantation d'organe (rénale par exemple) en traitement dit d'induction, pour une durée de quelques jours.