Série 20 (SNCB)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Série 20 (SNCB)

La 2005 à Luxembourg.

La 2005 à Luxembourg.

Identification
Exploitant(s) SNCB
Désignation 2001-2025
Construction 1975-1977
Constructeur(s) BN/ACEC
Nombre 25
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Co'Co'
Écartement standard
 Captage Pantographes
 Tension ligne de contact 3 V
 Hacheurs à thyristors
 Tension moteurs 950 kV
 Puissance continue 5150 kW
 Effort de traction 314 kN
Masse totale 110 t
Vitesse maximale 160 km/h

La locomotive électrique série 20 de la SNCB est une puissante motrice à six essieux (disposition CC) conçue pour la traction de convois lourds sur la ligne du Luxembourg (L 162) qui relie Namur à Arlon et Luxembourg (ville).

Un premier lot de 15 machines fut livré en 1975/1976, suivi de 10 machines complémentaires en 1977. La 2020 a été ferraillée, à la suite d'un accident à Hatrival le 13/05/1992. Elle fut avant cela cannibalisée pour remettre la 2010 - également victime d'un accident - en état.

Caractéristique[modifier | modifier le code]

Cette petite série de machines est la première à être équipée de hacheurs à thyristors pour moduler la puissance au démarrage, à la place d'un système à résistances (JH ou manuel). Cela induisit une mise au point laborieuse, émaillée de multiples problèmes de jeunesse. Leur taux d'utilisation est également limité (moins de 20 machines utilisées simultanément), afin de faire face aux indisponibilités consécutives aux pannes. Cependant, les dispositifs techniques validés sur cette série permirent de dériver les très fiables séries 21 et 27.

Leur puissance est telle qu'il est interdit de faire circuler un couplage de deux machines à pleine puissance, au risque d'arracher les attelages. On les voit toutefois occasionnellement circuler en double traction avec une machine des séries 21, 23 ou 26.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Fin des années '60, la SNCB conçoit une locomotive polytension lourde qui ne verra finalement pas le jour, à la suite de l'acquisition des locomotives de la (première) série 18 développée par GEC - Alsthom. De ces plans sera toutefois dérivé une locomotive monocourant : la série 20.
  • Vu leur utilisation, ces motrices sont affectées à l'atelier de Stockem (MKM) après un court séjour de réception à Ronet. Elles sont initialement revêtues d'une livrée verte intégrale, à l'exception des deux dernières machines qui recevront directement une livrée à dominante jaune.
  • Elles seront repeintes en livrée bleue au gré de leurs révisions, dans les années '80 et '90.
  • Jusqu'en juin 2001, elles sont omniprésentes sur les rames voyageurs tractées (trains internationaux et trains de pointe) ainsi qu'en trafic marchandise, à destination des triages de Stockem et de Luxembourg ville.
  • En juin 2001, les rames de voyageurs tractées se font rares et le trafic marchandise est repris par la série 13 qui transitent majoritairement par la ligne "Athus - Meuse" (L 165 et L 166). Une majorité de série 20 est réaffectée en priorité au sillon marchandise entre le port d'Anvers - Montzen où leur puissance est la bienvenue.
  • En juin 2003, le nombre de machines affectées à la ligne du Luxembourg augmente afin d'assurer la traction de voitures à deux niveau de type M6 en heure de pointe. Cette affectation sera régulièrement remise en cause par les CFL qui les trouvent peu fiables, ce qui constitue un problème car les capacités d'accueil de la gare de Luxembourg (ville) sont limitées à la suite d'un ambitieux plan de restructuration. Ce service est donc partagé avec la série 13 et ses consœurs de la série 3000 des CFL.
  • En 2007, le système de signalisation Memor II+ devient obligatoire pour circuler sur le réseau ferré luxembourgeois (RFL). les 7 premières machines de la série sont dotées de l'équipement nécessaire, et deviennent les seules autorisées à circuler au Luxembourg.
  • En 2008, l'électrification de la jonction Montzen - Aix-la-Chapelle (Aachen) voit l'arrivée de la (seconde) série 28 entre les ports Belges et les gares de triage allemandes de Aix la Chapelle et Cologne (Gremberg) qui permettent d'économiser un relais de traction, mais impliquent des motrices polytension. Les locomotives de la série 20 libérées sont réaffectées aux navettes entre le port d'Anvers et celui de Zeebruges.
  • En 2010, Elles assurent journellement (N7) aussi 4 trains (aller,retour) entre Kinkempois et Anvers (54200 , 52400 , 54201 et 52401). elles roulent également régulièrement entre Anvers et les gare de formation hennuyères de Monceau et Châtelet.
  • Fin 2011, elles profitent de la mise à la retraite des série 26 pour reprendre certains roulements marchandise de ces dernières. Mais la mise en service des série 18 pousse de plus en plus de série 13 vers le fret, et la SNCB a donc décidé de suspendre les révisions de la série 20 (la 2024 est la dernière à avoir été révisée), avec une mise à la retraite envisagée à l'horizon 2014-2015, soit au terme des 40 ans de carrière réglementaires. Le parc de B-Logistics sera alors ramené à 3 types d'engins de traction : les séries 13, 28 et 77/78. Seule une recrudescence de la demande en fret pourrait leur valoir quelque répit...
  • Début 2013, elles perdent leurs services marchandises et sont progressivement retirées du service. Quelques machines sont maintenues tant bien que mal vu l'absence d'entretien. Elles tirent encore quelques rames tractées à destination du Luxembourg (car les motrices de la série 13 qui assurent ces trains perdent leur agrément sur le réseau luxembourgeois lorsqu'elles sont équipées pour la signalisation TBL 1+). Le retrait définitif de la série 20 fut planifié pour le nouvel horaire (du 15 décembre 2013).
  • C'est finalement le 31 décembre 2013 que la 2003 assure un dernier aller-retour Luxembourg - Bruxelles (trains IC 2127/2108). La SNCB aura ainsi tenu son engagement (découlant de l'accident ferroviaire de Buizingen) de disposer d'un parc de traction totalement équipé du système anti franchissement de feux rouges TBL 1+ (dont la série 20 est dépourvue) avant fin 2013.
  • Le 1 janvier 2014, radiation de la série (à l'exception de la 2005 qui est conservée en parc). La 2001 semble promise à conservation par le patrimoine historique de la SNCB alors que l'association PFT envisage d'en acquerir également une.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]