Sénat galactique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sénat Galactique)
Aller à : navigation, rechercher

Sénat galactique

alt=Description de l'image Galactic senate.svg.
Type
Type Parlement monocaméral
Présidence
Chancelier suprême Varie selon le temps
Structure
Membres 1024 membres
Élection
Système électoral nomination ou élection
(selon les systèmes d'origine)
Divers
Voir aussi République galactique

Le Sénat Galactique, ou officiellement Assemblée Galactique du Sénat de la République, est le parlement monocaméral de la République galactique dans l'univers de Star Wars. Il siège sur Coruscant.

Il représente les entités fédérées de la République à niveau égal, quelle que soit leur population. Le Chancelier Suprême est placé à la tête de l'exécutif de la République galactique et est responsable devant le Sénat.

Origine[modifier | modifier le code]

La formation de la République débuta par une alliance mutuelle de protection et par des liens économiques entre plusieurs mondes (planètes ou lunes) proches du noyau de la galaxie. Chaque membre était représenté au Sénat par un sénateur. Ces sénateurs représentaient une vaste gamme de régimes allant de la monarchie aux tribus fonctionnant de manière eusociale, comme des ruches. Donc, dans certains cas le représentant était élu et dans d'autres il était désigné par les dirigeants, ce qui est le cas pour la monarchie de Naboo tandis que pour Alderaan c'est le Conseil des Anciens qui choisit son sénateur parmi ses membres.

Au fur et à mesure que la République s'agrandissait, beaucoup de nouvelles zones de la galaxie rejoignaient la République, ce qui demanda une réorganisation du Sénat vers 1000 Av.BY, à la même période que la Réformation de Ruusan.

La nouvelle organisation regroupait les nouveaux territoires en secteurs d'environ 50 mondes habités. Chaque secteur étant représenté par une Délégation Sénatoriale. Quand le nombre de ces secteurs devint trop important, ils furent réorganisés en à peu près 1000 régions, chacune représentée par une délégation.

Le Sénat servait de pouvoir législatif et exécutif alors que l'Ordre Jedi servait à assurer l'ordre.

Assez tôt le Sénat choisit de siéger sur Coruscant, planète centrale de la galaxie en bordure du noyau et par conséquent de coordonnées (0, 0, 0). Coruscant devint la capitale de la République galactique.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'intérieur du bâtiment du Sénat contenait 1 024 plates-formes flottantes, contenant chacune un sénateur qui représente une région/secteur de la galaxie. Les Sénateurs pouvaient être accompagnés de leur délégation (suppléants, membre du gouvernement local, etc.). Si une délégation avait une réclamation spéciale à faire au sénat, elle pouvait disposer d'une prise de parole supervisée par leur Sénateur. D'autres organisations non planétaires, comme la Fédération du Commerce, pouvait également siéger au Sénat. Ce dernier élément fut souvent critiqué sous l'ancienne République. En effet, certains Sénateurs reprochaient l'emprise de sociétés commerciales dans la vie politique (et dans le vote des lois).

Instances dirigeantes[modifier | modifier le code]

Les membres du Sénat élisaient un « Chancelier Suprême » parmi un des leurs et qui exerçait de facto la fonction de Chef d'État de la République galactique pendant un mandat de quatre ans renouvelable une fois (sauf cas exceptionnel permettant alors la prolongation du mandat avec l'accord du Sénat). Celui-ci était assisté par un Vice-chancelier nommé par le chancelier lui-même. Tout au long de la première trilogie, le Vice-chancelier reste la même personne : Mas Amedda.

D'après les films, nous pouvons déduire que le Sénat suivait en quelque sorte des règles parlementaires. Ainsi le Chancelier Finis Valorum fut forcé de quitter son poste suite à une motion de censure déposée par la reine Amidala de Naboo et approuvée par les membres du parlement. La reine Amidala démontra l'incapacité du chancelier à résoudre la crise du blocus que la Fédération du commerce avait imposée à la planète Naboo mais également l'emprise d'entreprises financières dans la vie politique et parlementaire[réf. souhaitée].

Comités et commissions[modifier | modifier le code]

Le Sénat est divisé en plusieurs groupes de sénateurs qui ont pour tâche de proposer des lois spécifiques dans leurs domaines de compétences respectives (culture, commerce, économie, etc.).

Bien que le Sénat rédige des lois globales de la République, chaque monde dispose aussi de ses propres lois. Ces dernières s'alignent souvent sur le modèle de la République, sont adaptées aux spécificités locales, mais peuvent tout de même différer. Le modèle de la République galactique, et par conséquent du rôle de Sénat, peut être comparé à une fédération voire à une confédération d'États que nous connaissons dans notre monde contemporain[réf. souhaitée].

La vie du Sénat est également régie par l'existence de Commissions et de groupes de travail dédiés à des thèmes particuliers. Les membres de droit sont tous les Sénateurs qui souhaitent y participer. Les sénateurs membres de ces commissions ou groupes de travail jouent un rôle clé (rédaction de la feuille de route, des propositions de lois, etc.). D'autres membres, de la "société civile", peuvent également participer à ces groupes sur invitation des Sénateurs (diplomates, personnalités civiles, etc.). Quant aux Jedi, ils peuvent participer de droit aux travaux des Sénateurs[réf. souhaitée], apporter des conseils mais en aucun cas prendre part activement à la conduite des travaux.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Les fonctions principales du Sénat restent avant tout la votation des lois, la médiation des conflits entre ses membres, la régulation du commerce entre les systèmes et assurer la sécurité de tous les citoyens de la République, même si cette dernière ne bénéficie pas d'armée. De facto, la résolution des conflits revint aux Jedi, agissant sous les ordres de la Chancellerie (Chancelier Suprême et Sénateurs délégués par le Chancelier). Ils étaient responsables de la sécurité et devinrent les représentants de la République et plus particulièrement du Sénat à travers la galaxie, assurant le rôle de médiateurs en cas de conflit.

La Délégation des 2000[modifier | modifier le code]

La Délégation des 2000 est un groupe politique fondé au Sénat de la République galactique en l'an 19 av. BY. Ce groupe rassemble l'ensemble des sénateurs s'opposant aux manœuvres liberticides et anti-démocratiques du Chancelier Suprême Palpatine.

Ce groupe peut être considéré comme étant l'ancêtre de l'Alliance rebelle.

Fondation[modifier | modifier le code]

Fondée durant les derniers jours de la Guerre des clones, la Délégation des 2000 est née d'une initiative commune des sénateurs Bail Organa et Mon Mothma, tous deux inquiets devant les positions de plus en plus anti-démocratiques du Chancelier Suprême.

Au cours d'une première réunion dans les appartements officiels de Bail Organa, les deux sénateurs exposèrent leur point de vue à quelques représentants de confiance : Padmé Amidala, Fang Zar, Giddean Danu et Terr Taneel. Au cours de cette réunion, il fut décidé de rédiger un manifeste dans lequel les signataires réclameraient au Chancelier Suprême de cesser d'amender la Constitution de la République ainsi que la recherche d'une solution diplomatique à la guerre.

La Pétition des 2000[modifier | modifier le code]

Après que Padmé Amidala s'est chargée de la rédaction du manifeste, ce dernier fut mis en circulation au Sénat de façon plus ou moins informelle et recueillit la signature de près de 2000 sénateurs et politiciens galactiques. Dès lors, le manifeste prit le nom de « Pétition des 2000 ». Lors d'une seconde réunion entre les leaders de l'opposition naissante dans les appartements de la Sénatrice Amidala, décision fut prise que Bail Organa et Mon Mothma ne signeraient pas la pétition de façon à ce qu'ils puissent se consacrer clandestinement à la fondation d'une forme plus radicale de résistance sans pour autant être soupçonnés par les services du Chancelier… Le soir même, ce fut Padmé Amidala qui présenta la pétition au Chancelier Palpatine qui lui opposa élégamment mais fermement une fin de non-recevoir...

Chute et héritage…[modifier | modifier le code]

L'Ordre 66 puis l'octroi au Chancelier Palpatine du titre d'Empereur Galactique par le Sénat mirent fin aux illusions idéalistes des membres de la délégation des 2000… Après une arrestation temporaire de certains membres de la délégation lors de la promulgation de l'Ordre 66, ce fut la totalité de la délégation qui fut déclarée "ennemie d'État" et traquée par les services de renseignements impériaux dirigés par le redoutable Armand Isard.

Bail Organa et Mon Mothma, qui ne furent pas inquiétés dans la mesure où ils n'avaient pas signé la Pétition des 2000, s'attelèrent dès lors à fonder une organisation ayant pour but de mettre fin à l'oppression de Palpatine et de rétablir la République… Ainsi furent jetées les bases de l'Alliance rebelle.

Le démantèlement du Sénat[modifier | modifier le code]

Les gouvernements de coalition étaient également monnaie courante et faisaient passer des lois selon leurs intérêts. Le Sénat était donc divisé entre les corrompus et les honnêtes politiciens rêvant de voir s'imposer les idéaux de justice et de paix de la République.

Après une série de Chanceliers inefficaces et une crise causée par l'invasion de la planète Naboo par la Fédération du commerce suite à une nouvelle réglementation sur le commerce, le temps était venu pour un Chancelier puissant qui mettrait fin à la corruption.

Le nouveau Chancelier Palpatine, anciennement sénateur de Naboo, augmenta ses pouvoirs de chancelier en se faisant accorder par le Sénat les pleins pouvoirs et créa une Grande Armée de la République dont il s'octroya le commandement. Les droits des citoyens et des sénateurs furent bafoués au nom de sa politique sécuritaire. Ainsi des caméras furent installées sur chaque plateforme du Sénat, empêchant que le vote des sénateurs reste secret. Il y eut également une baisse du nombre de sessions au sénat, au fur et à mesure que les pouvoirs du Chancelier augmentèrent[réf. souhaitée].

Quand Palpatine s'autoproclama Empereur en 19 Av. BY, l'institution gouvernementale du Sénat constituait la dernière relique de la glorieuse époque de l’Ancienne République. Le Sénat, autrefois « Galactique Interracial », fut qualifié de « Sénat impérial » après sa prise de pouvoir. Tous les mondes membres de l’Empire envoyèrent des politiciens au Sénat afin de créer les lois, les pactes, les traités et pour gouverner l’union galactique, comme on l'avait toujours fait. Dans un Empire se faisant de plus en plus dictatorial, le Sénat représentait une anomalie. Le Sénat resta en fonction apparente pendant presque tout le règne de Palpatine, et ce n’est que lorsque l’Étoile noire fut déclarée opérationnelle que l’Empereur se décida à démanteler le Conseil Permanent du Sénat pour « toute la durée de l’urgence galactique », instituant sa doctrine de règne par la terreur.

Toutefois, bien avant, les Sénateurs n’avaient déjà plus réellement de pouvoirs. En fait ils n’en avaient plus qu’un seul : gêner les gouverneurs Impériaux régionaux dans leur tâche. Ces gouverneurs régionaux furent placés à la fin de la Guerre des clones, avec pour consigne de stimuler les planètes et de collecter les ressources pour l'effort de guerre. Ils auraient dû disparaître avec le conflit. Mais la dissolution du Sénat avant la destruction de la première Étoile Noire leur laissa définitivement les mains libres.

La dernière chose que le sénat ait vraiment voté, avec une majorité de sénateurs humains (les autres ayant été tués) partisans de l'Empire ou trop couards, fut le Décret A-SL-4557.607.232 qui légalise l’acquisition d’esclaves, à certaines conditions. De ce fait, des guildes d’esclavage autrefois secrètes et petites devinrent publiques et prééminentes.

Sénateurs et politiciens connus[modifier | modifier le code]

Les politiciens regroupent les Sénateurs, les Chanceliers et les Vice-chanceliers accompagnés de leurs aides/conseillers, les représentants de divers systèmes et certains Jedi principalement ceux membres du Conseil Jedi. Celui-ci dispose en effet d'un certain pouvoir moral.

Chancelier suprême[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]