Sénènmout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Senmout / Sénènmout
sn
n
mwt
sn-Mw.t
Statue cube de Sénènmout et de la princesse Néférourê - Musée égyptien de Berlin

Sénènmout (noté également Senmout) est né à Hermonthis (actuelle Erment, environ à trente kilomètres au sud de Louxor). Son père, Ramosé, et sa mère, Hatnéfer (surnommée Tioutiou), probablement déjà au service de la reine Ahmès, mère d'Hatchepsout, étaient probablement originaires du pays de Ouaouat. Il est vraisemblable qu'ils firent partie d'un groupe d'anciens notables, prisonniers de guerre sous Thoutmôsis Ier.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Sénènmout
Naissance Décès
Père Ramosé Grands-parents paternels
Grand-père paternel inconnu
Grand-mère paternelle inconnue
Mère Hatnéfer (Tioutiou) Grands-parents maternels
Grand-père maternel inconnu
Grand-mère maternelle inconnue
Fratrie Fratrie inconnue
1re épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
2e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
3e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
4e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
5e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
6e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
7e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
8e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
Mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
2e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
3e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
4e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu

On ne connaît pas grand-chose de son enfance ni de sa jeunesse. On sait uniquement que jeune militaire, il a participé à trois campagnes contre les Nubiens et qu'il s'y est illustré. Il fut remarqué par Ahmès Pen-Nekhbet qui se l'adjoint dans sa fonction de « père nourricier » de Néférourê, la fille de Thoutmôsis II et Hatchepsout.

Relations avec la famille royale[modifier | modifier le code]

Sénènmout vit à Thèbes où ses qualités personnelles le conduisent à une carrière fulgurante auprès de la famille royale. Les titres qu'il porte sont nombreux (on en cite une soixantaine) et le couple royal le nomme précepteur et père nourricier de leur fille Néférourê (il succède ainsi à Ahmès Pen-Nekhbet). Il va exercer cette fonction avec l'aide de Senmèn (peut-être son propre frère) qui est nommé Gouverneur de la maison de la princesse. Il aurait également été le précepteur de la deuxième fille des souverains Mérytrê-Hatchepsout[1]. De plus, il est nommé Intendant en chef de la Maison d'Hatchepsout.

Après le décès de son époux, la reine confie à son intendant la tâche de poursuivre le projet ébauché par le défunt : ériger une paire d'obélisques à Karnak, en l'honneur d'Amon. Pour réaliser ce projet délicat, on procède à l'extraction des deux "aiguilles solaires", dans une carrière de granit rose à el-Mahatta, près d'Assouan. Sénènmout est également l'architecte responsable de la construction du temple funéraire d'Hatchepsout, à Deir el-Bahari.

En tant que Grand Majordome de la reine, Sénènmout l'appuie dans son ascension vers le trône. Il exerce son autorité sur les hauts fonctionnaires tant dans le domaine civil que sacerdotal. Certains ont voulu voir dans la dévotion qu'il vouait à sa reine, les indices d'une relation plus intime. Rien n'est certain et il est possible que cette relation particulière soit tout simplement un signe de gratitude pour le rôle éducateur très important que Sénènmout tenait auprès de Néférourê.

Sénènmout, soutenu par la reine, jouera un rôle important dans l'apparition d'une nouvelle forme de statuaire plus inspirée par le mouvement, la poésie, l'anecdote. Le Grand Intendant de la reine occupe une place prépondérante auprès de la famille régnante. Sur une statue conservée à Berlin, on lit ce texte qu'il eut l'autorisation de faire graver :

« Je suis un noble, aimé de son seigneur, et je suis entré dans les vues du maître des Deux Pays. Il m'a fait devenir Grand Administrateur de sa Maison et Juge du pays tout entier. J'ai été au-dessus des plus grands, Directeur des directeurs de travaux. J'ai agi, dans ce pays, sous son ordre jusqu'au moment où la mort arriva devant lui. (Maintenant) je vis sous l'autorité de la Maîtresse des Deux Pays, Maâtkarê, qu'elle vive éternellement ! »

Sépulture[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : TT71 et TT353.
Sarcophage de Sénènmout conservé au Metropolitan Museum of Art de New York
Sénènmout
Type tombeau
Emplacement nécropole thébaine (Gournah), tombe TT71
tombe TT353 près de Deir el-Bahari
Date de découverte
Découvreur
Fouilles
Objets découverts

Deux tombeaux ont été préparés pour Sénènmout, le premier (TT71, jamais terminé) dans la nécropole thébaine à Cheikh Abd el-Gournah, le second (TT353) près du temple d'Hatchepsout à Deir el-Bahari.

La tombe TT71 aurait été commencée lors du retour d'expédition au pays de Pount. En 1920, Norman de Garis Davies découvre, sur le parvis devant la tombe, un ostracon mentionnant :

« la 7e année, 4e mois de Peret, et 2 jours : début des travaux de ce tombeau. »

Sénènmout, architecte d'Hatchepsout, a imaginé le fameux temple funéraire de Deir el-Bahari. Pour rester à proximité de sa reine, il a fait construire pour son propre usage une tombe (répertoriée TT 353) qui recèle un document historique de première importance : son plafond astronomique.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Si celle-ci est bien de naissance royale. Voir l'article Mérytrê-Hatchepsout qui rapporte les deux principales hypothèses sur les origines de cette reine.