Séminoles noirs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abraham, un chef des Séminoles noirs[1].

Les Séminoles noirs (en anglais Black Seminoles) sont des descendants d'esclaves échappés de la partie côtière de la Caroline du Sud et de la Géorgie pour le désert de Floride dès la fin des années 1600. Les esclaves fuyards se sont joints à divers groupes indiens déjà réfugiés en Floride. Ensemble, les deux groupes ont formé la tribu Séminole, une alliance multi-ethnique et bi-raciale. Aujourd'hui, leurs descendants vivent toujours en communautés rurales de l'Oklahoma et du Texas, aux Bahamas ainsi qu'au nord du Mexique. Au XIXe siècle les Séminoles noirs de Floride étaient appelés Séminoles nègres par leurs ennemis blancs américains et Estelusti ou Peuple noir par leurs alliés indiens. De nos jours, les Séminoles noirs sont appelés « Seminole Freedmen » en Oklahoma, « Seminole scouts » au Texas, « Indiens noirs » aux Bahamas, et « Mascogos » au Mexique.

Origines[modifier | modifier le code]

La stratégie espagnole de défense de la Floride s'est assise au début, sur une organisation des indigènes en système de missions : les Indiens d'une mission servant de milice protectrice d'une colonie contre les incursions anglaises du nord. Mais les incursions de colons venus de Caroline du Sud comme les maladies tropicales introduites par les esclaves issus d'Afrique occidentale suffirent à décimer la population indigène de Floride. Lorsque ces premiers résidents furent presque éteints, les autorités espagnoles encouragèrent les Indiens renégats et les esclaves fuyards des colonies anglaises du Nord de l'Amérique à se déplacer vers le sud. Les Espagnols espéraient ainsi que ces ennemis traditionnels des anglais contribueraient à l'arrêt de l'expansion anglaise. Dès 1689, les esclaves africains fuirent les basses contrées de Caroline du Sud pour chercher liberté en Floride espagnole. Par un édit de Philippe V d'Espagne, ces fugitifs noirs recevraient la liberté en échange de leur engagement à défendre les colons espagnols à St. Augustine. Les Espagnols ont organisé ces volontaires noirs en milice ; leur colonie de Fort Mose fondée en 1738, est historiquement la première ville noire officiellement libre d'Amérique du Nord.

Mais les esclaves réfugiés au sud n'ont pas tous apprécié le service militaire à St. Augustine. Il est probable que beaucoup plus d'esclaves échappés ont cherché refuge dans des contrées désertiques du nord de la Floride, où leur bonne connaissance de l'agriculture tropicale et leur résistance aux maladies tropicales les ont servi. La plupart des noirs qui se sont frayé un chemin en Floride étaient du peuple Gullah qui s'étaient échappés des plantations de riz en Caroline du Sud (et plus tard de Géorgie).Ils avaient conservé une bonne part de leur mode de vie et de leur héritage linguistique et culturel africains. Ces pionniers Gullah ont établi leurs propres colonies basées sur la culture du riz et du maïs et se sont avérés être les alliés efficaces des Indiens s'échappant à la même époque de Floride.

Un nouvel afflux de noirs se produit pendant la Guerre d'Indépendance des États-Unis d'Amérique (1775-83), lorsque plusieurs milliers d'esclaves américains s'engagent à combattre au côté des Anglais pour gagner leur liberté : ce sont les loyalistes noirs. (La Floride étant sous le contrôle britannique durant tout le conflit). Pendant la révolution, les Indiens Séminoles étaient alliés avec les Anglais et, en conséquence, des contacts rapprochés se sont produits entre les deux groupes. Les membres des deux communautés ont encore resserré leurs lien en combattant avec les Anglais pendant la Guerre de 1812, suscitant la colère du général et héros américain Andrew Jackson. Quand Africains et Séminoles se sont croisés pour la première fois, les Séminoles étaient eux-mêmes des immigrés récents en Floride. Leur communauté a évolué à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle lorsque des vagues d'indiens Creek quittèrent les actuels États de Géorgie et d' Alabama. Quand le naturaliste américain William Bartram les visite en 1773, les Séminoles ont acquis leur propre nom tribal, dérivé de cimarron, le mot espagnol pour fuyard, qui a suggéré le statut de réfugiés de la tribu des Creek.

Le mot espagnol cimarron est également la source du mot français marron (en anglais maroon) employé pour désigner un esclave qui s'est enfui pour vivre en liberté, en Floride, aux Caraïbes, et dans d'autres parties du Nouveau monde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Titcomb Sprague, The origin, progress, and conclusion of the Florida war... New York, D. Appleton & Co.: Philadelphia, G.S. Appleton, 1848. (OCLC 1846069)

Liens[modifier | modifier le code]