Séléki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séléki
Un marigot
Un marigot
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Ziguinchor
Département Ziguinchor
Arrondissement Nyassia
Géographie
Coordonnées 12° 31′ 37″ N 16° 27′ 56″ O / 12.5269, -16.465612° 31′ 37″ Nord 16° 27′ 56″ Ouest / 12.5269, -16.4656  
Altitude 24 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Séléki

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Séléki

Séléki (ou Seleki) est un village du Sénégal situé en Basse-Casamance, à courte distance de la rive gauche de l'estuaire du fleuve Casamance. Il fait partie de la communauté rurale d'Enampore, dans l'arrondissement de Nyassia, le département de Ziguinchor et la région de Ziguinchor. La présence de quelques cases à impluvium, typiques de l'architecture diola, contribue grandement à sa notoriété.

Histoire[modifier | modifier le code]

Séléki est aussi le nom d'un ancien royaume et d'un groupe ethnique de la région qui constituait un foyer de résistance à la pénétration française. Plusieurs militaires français furent tués lors de la bataille de Séléki le 1er décembre 1886, notamment le lieutenant Truche[1].

Le 17 mai 1906, alors que Djignabo Badji, chef charismatique et responsable des fétiches (bëkin) à Séléki – donc réputé invulnérable –, dirigea l'assaut contre les troupes françaises conduites par le lieutenant Lauqué, il fut tué et entra alors dans la légende[2].

Le boukout, ou cérémonie rituelle d'initiation, eut lieu à Séléki en 1972[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Etama, Enampore, Essyl et Batinière.

Le village est entouré d'une luxuriante végétation, notamment constituée de rôniers et de manguiers.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du dernier recensement (2002), Selecky Bahimbane comptait 135 personnes et 19 ménages[4] ; Selecky Bakene Eboha : 114 personnes et 16 ménages[5] ; Selecky Bakene Kahindoa : 100 personnes et 14 ménages[6] ; Selecky Diouloughene : 104 personnes et 15 ménages[7] ; Selecky Diouloulou : 45 personnes et 6 ménages[8].

C'est l'un des quelques villages où l'on parle encore le bandial.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Le village vit principalement de la riziculture et s'ouvre un peu au tourisme de découverte.

Un dossier de candidature pour l'inscription de l'ensemble des cases à impluvium du royaume Bandial (architecture rurale de Basse-Casamance) sur la Liste du patrimoine mondial a été déposé auprès de l'UNESCO le 18 novembre 2005[9].

Partenariat et jumelage[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La voix de la Casamance : une parole diola », Politique africaine [1]
  2. Catherine et Bernard Desjeux, Casamance, Brinon-sur-Sauldre, Grandvaux, 2007, p. 87
  3. (en) Peter Mark, « Ejumba: The Iconography of the Diola Initiation Mask », Art Journal, vol. 47, n° 2, été 1988
  4. PEPAM [2]
  5. PEPAM [3]
  6. PEPAM [4]
  7. PEPAM [5]
  8. PEPAM [6]
  9. Fiche sur le site de l'UNESCO [7]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Roche, Histoire de la Casamance : Conquête et résistance 1850-1920, Karthala, 2000, 408 p. (Thèse Université de Paris I, remaniée) (ISBN 2865371255)
  • Muriel Scibilia, La Casamance ouvre ses cases. Tourisme au Sénégal, L’Harmattan, 2003, 174 p. (ISBN 2-85802-676-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :