Séisme et tsunami de 2004 dans l'océan Indien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien
Image illustrative de l'article Séisme et tsunami de 2004 dans l'océan Indien
Localisation de l'épicentre du séisme sous-marin, et des pays touchés par le tsunami en jaune.

Date 26 décembre 2004 à h 58 min 52 s, heure locale
Magnitude 9,1 à 9,3
Épicentre 3° N 96° E / 3.316, 95.854 ()3° Nord 96° Est / 3.316, 95.854 ()  
Hauteur maximale du tsunami 35 m
Régions affectées Sumatra, Indonésie (secousses)
Océan Indien, Phuket, Thaïlande (tsunami)
Victimes 216 000 à 235 500 morts

Le séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien s'est produit au large de l'île indonésienne de Sumatra avec une magnitude de 9,1 à 9,3[1],[2]. L'épicentre se situe à la frontière des plaques tectoniques eurasienne et indo-australienne[3]. Ce tremblement de terre a eu la quatrième magnitude la plus puissante jamais enregistrée dans le monde[4]. Il a soulevé jusqu'à 6 mètres de hauteur une bande de plancher océanique longue de 1 600 kilomètres.

Le tremblement de terre a provoqué vingt minutes plus tard un tsunami allant jusqu'à plus de 30 mètres de hauteur[5] qui a frappé l'Indonésie, les côtes du Sri Lanka et du sud de l'Inde, ainsi que l'ouest de la Thaïlande. Le bilan en pertes humaines est de 227 898 morts selon le United States Geological Survey[6] (entre 216 000 et 232 000 morts selon les différentes évaluations). Sur le plan des pertes humaines, c'est l'un des dix séismes les plus meurtriers et le plus grave tsunami de l'histoire. Il a fait des victimes sur l'ensemble du pourtour de l'océan Indien. La même région a été affectée par un nouveau tremblement de terre le 28 mars 2005.

Séisme[modifier | modifier le code]

Animation du tsunami (source : NOAA).
Localisation du séisme : épicentre (carré rouge) et répliques (en jaune) ; plaques tectoniques majeures et principales failles (en rouge), source IPGP[7],[8].

Le séisme s'est produit à h 58 min 53 s UTC (h 58 min 53 s heure locale à Jakarta et Bangkok). Le tremblement de terre a été initialement évalué à une magnitude de 8,5, révisée à 8,9, pour finir à 9,1 selon l'Institut géologique américain (USGS)[1]. En analysant les données sismologiques, en particulier la façon dont la terre s'est mise à résonner après le séisme, les sismologues ont même proposé une magnitude allant jusqu'à 9,3[2]. L'hypocentre fut localisé à 3,3° N, 96° E, soit à 160 kilomètres à l'ouest de Sumatra, à une profondeur de 30 kilomètres. L'origine du séisme est liée à la rupture de la zone de subduction entre deux plaques, la plaque indienne et la microplaque Andaman, sur une longueur d'environ 1200 kilomètres[2],[8]. La rupture sur cette faille chevauchante faiblement inclinée vers le nord-est et émergeant en surface au niveau de la fosse de subduction, a pris environ 18 minutes pour se propager du sud (au large de Sumatra) vers le nord (nord des îles Andaman)[9]. Aux endroits où le mouvement a été le plus fort sur la faille, les déplacements ont atteint 15 à 20 m[9]. L'énergie totale mise en jeu par le séisme, estimée par le moment sismique, a été de l'ordre de 5.1022 N.m (ou joule, J)[2],[9]. La partie de cette énergie dissipée sous forme d'ondes sismiques (énergie sismique ES), environ 2.1018J[10], est équivalente à l'explosion de 500 mégatonnes de TNT ou plus de 30 000 bombes de Hiroshima.

Malgré plusieurs séismes importants ces dernières années dans cette région : 7.9 en 2000 et 7.4 en 2002, il apparaît que le glissement de la plaque indienne sous la microplaque Andaman était bloqué. Ce blocage, du fait de la poussée continue de la plaque indienne, a accumulé des contraintes énormes et lorsque le verrou a fini par céder, le brusque réajustement a permis le déplacement de la plaque supérieure d'une quinzaine de mètres. Ce mouvement brutal et particulièrement énergique a donné une impulsion à toute la colonne d'eau située au-dessus, donnant naissance à une série d'ondes géantes (peu élevées en pleine mer, mais de grande longueur d'onde - plusieurs dizaines de kilomètres, et très rapides : entre 500 et 800 km/h). La longueur d'onde considérable de ces ondes géantes met en mouvement une masse d'eau colossale par rapport à des vagues ordinaires. Cette masse se déplaçant à très grande vitesse contient une énergie énorme, ce qui explique son pouvoir de destruction lorsqu'elle vient se heurter aux constructions du rivage. La grande longueur d’onde fait que la pente de la vague est très faible surtout lorsque la profondeur d’eau est importante. Ainsi, des pêcheurs au large des côtes n’ont même pas ressenti le tsunami lorsqu’il est passé sous leur navire. De retour à terre ils n’ont pas compris immédiatement ce qui avait pu dévaster la côte.

Le séisme proprement dit a été ressenti dans plusieurs pays de la région, dont les îles Maldives, le Sri Lanka, l'Inde, le Bangladesh, Myanmar (l'ex-Birmanie), la Thaïlande, la Malaisie et Singapour. Cependant, au-delà de ces pays, les raz-de-marée (ou « tsunamis » en japonais) qui ont suivi sont à l'origine du plus grand nombre de victimes, car leurs effets se sont fait sentir sur tout le pourtour de l'Océan Indien, jusqu'aux côtes est-africaines de Somalie et l'île française de la Réunion, ou les côtes nord-ouest de l'Australie (voir l'animation et la carte plus haut). Les populations locales auraient pu être prévenues du tsunami par un réseau de surveillance approprié. La propagation de l'onde de tsunami a en effet pris plusieurs heures pour atteindre certains des pays touchés[2]. Le phénomène se déplace à une vitesse importante, de l'ordre de cent à deux cents mètres par seconde, c'est-à-dire parfois jusqu'à 800 km/h. De plus, à l'approche des côtes, les masses liquides perdent de leur rapidité, mais leur taille augmente, pour atteindre 10, 20, voire 35 mètres de hauteur[11],[12]. Il est né au large de la côte nord-ouest de Sumatra, après une rupture soudaine et sur 1 600 km au fond de la mer, là où la croute océanique plonge sous l'Indonésie. Ce pays a souffert plus que tout autre, avec près de 170 000 morts. Mais 60 000 autres victimes ont péri au Sri Lanka, en Inde et jusqu'en Afrique.

Répliques et autres séismes[modifier | modifier le code]

Séismes du 26 décembre 2004 et 28 mars 2005 et répliques de décembre 2004 à début avril 2005 (points jaunes et violet), source IPGP[7],[8]

De très nombreuses répliques du séisme du 26 décembre ont été enregistrées pendant les mois qui ont suivi. Une quarantaine de ces répliques a dépassé la magnitude 6. Parmi elles, deux séismes de magnitude supérieure à 7 se sont produits au large des Îles Nicobar. Le premier a eu lieu 4 heures après le séisme de magnitude 9, le second environ 7 mois plus tard le 24 juillet 2005. En carte (voir figure ci-contre), la zone de répliques correspond en gros à la zone de faille qui a rompu lors du tremblement de terre du 26 décembre[2]. Les mécanismes et la localisation des répliques montrent qu'elles se sont produites aussi bien sur le plan de faille principal du 26 décembre que sur les nombreuses failles secondaires qui l'entourent[2]. En mars 2005, un séisme de magnitude 8,7 s'est produit un peu plus au sud, près de l'île de Nias. Il a rompu une autre partie de la zone de subduction, longue d'environ 300 km[2],[13]. Plus d'un an après, l'activité sismique continue à être élevée dans cette zone. En mai 2006, une violente secousse de magnitude 6,8 ébranlait à nouveau Sumatra et l'île de Nias.

Le séisme du 26 décembre s'est produit trois jours après un autre séisme de magnitude 8,1 dans une région océanique, au sud-ouest de la Nouvelle-Zélande (épicentre 50,15° S-160,36° E)[14]. Habituellement, on ne compte qu'un seul séisme de magnitude égale ou supérieure à huit par an en moyenne. Néanmoins, malgré cette proximité dans le temps, ces deux séismes sont indépendants et rien n'indique qu'ils puissent être reliés mécaniquement. On peut noter, de façon plus anecdotique, que ce séisme s'est produit un an jour pour jour (à une heure près) après le séisme meurtrier de Bam en Iran, de magnitude 6,6, et où 30 000 personnes avaient trouvé la mort[15].

Autres conséquences majeures[modifier | modifier le code]

L'énergie totale délivrée par un séisme de magnitude 9,0 est équivalente à celle de 500 mégatonnes de TNT, ou de l'ordre de l'exajoule[16]. La libération d'énergie, extrêmement rapide et localisée, a été absorbée par des déformations anélastiques de la Terre. Il y a eu, semble-t-il, un infime impact sur la position des pôles géographiques — phénomène rare observé la dernière fois en 1964 lors d'un séisme en Alaska. Richard Gross, géophysicien de la NASA au Jet Propulsion Laboratory de Californie, a indiqué que la durée des journées pourrait avoir diminué de trois microsecondes. Ceci viendrait d'un déplacement de masse vers le centre de la Terre. Cette nouvelle a été largement médiatisée. Cependant, les mesures sur la rotation de la Terre n'ont rien détecté. D'autre part, du point de vue géographique, ce séisme a eu des conséquences importantes : les cartes de la région étaient toutes à revoir, car les premières mesures montrèrent des changements importants, se traduisant par des déplacements d'éléments du relief (côtes, collines…). Selon la plupart des modèles sismiques, les déplacements sur la faille en profondeur ont été de 10 à 20 m vers le sud-ouest, impliquant des mouvements peut-être du même ordre des côtes de Sumatra et de certaines îles. À ces déplacements horizontaux se rajoutèrent des mouvements verticaux (soulèvement ou effondrement) de plusieurs mètres. Des mesures GPS devaient être réalisées sur place, pour déterminer l'ampleur des modifications.

Cette catastrophe a poussé plusieurs pays à collaborer pour généraliser le dispositif de détections des tsunamis. Celui-ci consiste en un instrument ancré au fond de la mer et qui mesure les changements de pression causés par le passage d'un tsunami. Ce tsunamètre envoie un signal à une bouée, en surface, laquelle relaie les données vers un satellite, qui diffuse l'information à des centres d'alerte dans le monde entier. En 2004, seuls six de ces détecteurs avaient été déployés, tous dans le Pacifique et aucun dans l'océan Indien. De toute façon, de nombreux pays de la région ne disposaient pas de centre d'alerte national susceptible d'avertir les populations. Erreur tragique: si à Sumatra, les habitants n'ont eu que quelques minutes pour fuir, le raz de marée a mis deux heures pour atteindre l'Inde, où 16 000 personnes ont péri. « Ces gens n'auraient jamais dû mourir, estime Paramesh Banergee, géophysicien à l'université de technologie de Nanyang, à Singapour. Techniquement, il aurait été assez aisé d'installer un système d'alerte aux tsunamis pour l'océan Indien. » Désormais, 53 bouées détectrices sont en service dans tous les océans, dont 6 dans l'océan Indien (sur les 27 prévues)[17].

Tsunami[modifier | modifier le code]

Arrivée du tsunami à Ao Nang, en Thaïlande.

Le tremblement de terre a engendré un tsunami qui s'est propagé concentriquement, depuis l'épicentre (à la verticale de l'hypocentre sous-marin), vers les côtes des pays de l'océan Indien et jusqu'en Afrique. Ce tsunami, constitué de plusieurs séries de vagues de très grande longueur d'onde, a été le plus meurtrier de ceux jamais relatés. Le dernier tsunami dans cette région du monde a été provoqué par l'éruption du Krakatoa en 1883. La ligne de la faille océanique où s'est produit le séisme est longue de 1 200 kilomètres et orientée nord-sud. De ce fait, la plus grande partie de l'énergie du tsunami s'est répartie dans les directions opposées est-ouest. Le Bangladesh, à l'extrémité nord de la baie du Bengale, n'a été que très peu affecté, du fait de sa position géographique. À l'inverse, l'île de Sumatra a été frappée de plein fouet par les vagues géantes. Des pays très éloignés, comme la Somalie (à un peu moins de 5 000 kilomètres du séisme, en Afrique), ont été sévèrement touchés. Le Sri Lanka a créé une barrière protectrice pour une petite partie des plages du sud de l'Inde ; toutefois, sur des distances plus longues, les vagues se sont diffractées autour des obstacles puis rejointes, comme un courant d'air autour d'un cylindre.

Le bilan catastrophique peut s'expliquer en partie pour deux raisons. D'une part, la population et les autorités locales, n'ayant jamais été préparées à une telle éventualité, ont été prises par surprise — plusieurs personnes rescapées ont rapporté avoir d'abord été à la rencontre de la vague, « par curiosité », en constatant le retrait spectaculaire de la mer, qui annonce l'arrivée imminente de la première vague géante du tsunami. D'autre part, il n'existe pas de dispositif de surveillance des tsunamis dans l'océan Indien. Bien que l'alerte ait été donnée dans quelques régions de l'Inde par les télévisions locales, l'information est majoritairement très mal passée, et semble même avoir été souvent bloquée par crainte du désordre public.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Taille du tsunami comparée à celle d'un homme.
  • h 58 TU (h 58 heure locale) en Indonésie, le Bureau de géophysique de Djakarta détecte un séisme d'une magnitude estimée alors à 6,4 sur l'échelle ouverte de Richter sur le nord de l'île indonésienne de Sumatra. L'épicentre est localisé dans l'océan Indien, à 250 kilomètres au sud-ouest de Sumatra.
  • h 6 TU, le Centre d'alerte sur les tsunamis du Pacifique (PTWC) à Hawaii détecte les premiers signaux.
  • h 14 TU, le PTWC publie un bulletin dans lequel il fait état d'une secousse au large de Sumatra et affirme que il n'y aucun risque pour la région du Pacifique[18].
  • h 38 TU (8 h 38 heure locale), une première vague déferlante de 15 à 20 mètres (tsunami) s'abat sur les côtes de la province indonésienne d'Aceh (Atjeh) dans laquelle se déroule une guérilla séparatiste depuis trente ans. Au même moment, la vague touche les Îles Nicobar. C'est cette zone qui est la plus dévastée par le raz-de-marée, car proche de l'épicentre. Publication quelques minutes plus tard du bulletin faisant référence à un risque probable pour l'Océan Indien.
  • h 58 TU, le tsunami ravage les îles situées dans la mer d'Andaman et dans le golfe du Bengale, les côtes du sud de la Malaisie et du sud de Sumatra.
  • Vers h 43 TU, les côtes de la Thaïlande, de la Birmanie et du Sri Lanka (l'ancienne Ceylan) sont à leur tour frappées.
    • En Thaïlande, les plages touristiques du Sud, comme Phuket, Khao Lak (11 h 5 heure locale) ou Phi Phi, sont atteintes par les murs d'eau. La pointe méridionale de la Birmanie, frontalière de la Thaïlande, est touchée juste après. Les secousses du séisme sont ressenties dans le sud du Bangladesh. Dans ce pays, les autorités n'ont alors recensé que deux victimes.
    • En Inde, les raz-de-marée ont eu lieu au matin, notamment dans l'État méridional du Tamil Nadu (côte est). Les digues construites jadis par les Français à Pondichéry protègent cette ville avec une efficacité surprenante alors que les alentours sont dévastés.
    • Premier bilan, les raz-de-marée ont touché plus de 800 kilomètres de côtes, depuis le nord-est jusqu'au sud et ont détruit les zones (mal) construites.
  • Vers h 28 TU, la vague géante déferle sur les côtes du nord de l'Inde et sur celles du Bangladesh, au fond du golfe du Bengale. Singapour est touchée, des secousses y sont ressenties. La Malaisie est protégée par Sumatra.
  • Vers h TU : les Maldives sont touchées à leur tour. La capitale Malé est inondée et les 1 192 îlots que comptent l'archipel sont dévastés.
  • Vers h 21 TU : Un nouveau séisme de magnitude 5,7 est enregistré au sud de l'archipel indonésien.
  • Vers h TU, l'île Rodrigues, puis l'île Maurice, La Réunion et les Seychelles sont à leur tour touchées. Ces îles ont été atteintes par des vagues qui ont fait des dégâts mais aucune victime.
  • Vers 12 h TU, le tsunami parvient sur les côtes africaines de la Somalie et de la Tanzanie; les dégâts sont moindres que sur les côtes asiatiques. On recense neanmoins quelques victimes.

Pays touchés[modifier | modifier le code]

Pays ou territoires touchés par le tremblement de terre du 26 décembre 2004.

Les tsunamis provoqués par le séisme sous-marin ont touché l'Asie du Sud dans les heures qui ont suivi le séisme, plusieurs vagues de 3 à 15 mètres de hauteur ont déferlé suivant les endroits, emportant les personnes qui n'étaient pas du tout prévenues du danger. Les vagues ont aussi atteint l'Afrique de l'Est, où notamment une centaine de pêcheurs somaliens sont morts.

Indonésie[modifier | modifier le code]

Une zone dévastée de l'île de Sumatra.

Le ministre de la Santé indonésien a confirmé l'estimation temporaire de 166 320 morts (le 19 janvier 2005). 9 000 personnes seraient mortes dans la capitale de province Banda Aceh, sur l'île de Sumatra, et ses villes alentour, où les immeubles détruits par le séisme initial se comptent par douzaines. Ce chiffre n'inclut pas les victimes de la côte ouest de Sumatra. Un premier rapport officiel a estimé à 10 000 le nombre de morts pour la seule ville de Meulaboh (Nanggroe Aceh Darussalam), à 160 kilomètres au nord, a réévalué le chiffre à 40 000, soit un tiers de la population de la ville. Le nord de Sumatra a été particulièrement touché, car le séisme y avait déjà fait des dégâts importants. Des centaines de milliers de personnes y sont sans abri[19].

Les informations sur la myriade de petites îles à l'ouest des côtes de Sumatra sont pour le moment très maigres. Ces îles sont parmi les régions les plus pauvres d'Indonésie, avec Simeulue et Nias. Sur l'île de Nias uniquement, 122 victimes au moins sont à déplorer (source : Media Indonesia Online[20] via le ministère de la Santé[21]) ; il s'agit en fait de 600 morts ou plus, voire 1 000 selon certaines informations. La confirmation ne pourra se faire que lorsque les communications auront été rétablies : les lignes téléphoniques sont toutes coupées, la radio ne fonctionne plus (source : KCM[22], mises à jour sur The Jakarta Post[23]). Les derniers rapports ont établi que les îlots au large de l'île de Nias, dans la région du Sirombu, ont été relativement épargnés[24]. Cependant, l'accès à ces îles reste très difficile.

Embarcation dans une rue de Banda Aceh.

La plus grande partie des dégâts résulte des différents tsunamis ayant frappé les régions côtières d'Aceh et du nord de Sumatra. Des vagues de dix mètres de haut ont submergé l'île, allant jusqu'au détroit de Malacca et touchant les côtes les plus au nord vers Bireun. La côte ouest de Sumatra se situe à seulement 100 kilomètres de l'épicentre du séisme initial, c'est donc la première à avoir été touchée et certainement le plus violemment. Au moins cinq villages ont été complètement rasés ; le survol de la région a montré que des milliers de maisons restent sous les eaux. Dans les villes de la province d'Aceh, des personnes ont survécu aux premières heures de l'après catastrophe en se nourrissant de noix de coco et en restant perchées sur les toits des constructions encore debout. Le nombre très important de cadavres représente un défi humanitaire et sanitaire, pour l'identification et l'enterrement rapide des morts. Un des besoins les plus urgents est l'acheminement de sacs en plastique pour envelopper les corps[25].

Au vu des nombreux dégâts, des problèmes juridiques et de propriétés ont vu le jour.  De nombreux titres de propriété foncière ont disparu ou ont été endommagés dans la catastrophe. Avec la mort d'un grand nombre de propriétaires légaux, alors que seuls subsistaient, par exemple, des héritiers éloignés vivant dans un village de montagne, il était très difficile de statuer sur la possession de la terre[26].

Les conséquences de telles catastrophes s'inscrivent à la fois sur le court et moyen termes[27] (réorganisation du marché du travail autour des travaux de déblaiement, de tri des déchets et de reconstruction, destruction des structures sanitaires entraînant un risque d'épidémies et de contamination des nappes phréatiques) et sur le long terme (destruction des liens et structures).

Sri Lanka[modifier | modifier le code]

Victimes à Matara, sur la côte sud.

L’île du Sri Lanka possède un littoral long de près de 1340 kilomètres[28]. Alors que la densité globale de la population est de 288 habitants par kilomètre carré, celle de la zone côtière s’élève à plus de 310 habitants par kilomètre carré.

Lors du tsunami, la vague mit 2h17 pour atteindre l’île. Elle enroba l'île pour remonter sur la côte ouest, pourtant protégée en théorie par le reste de l’île et dévasta près de 800 kilomètres du littoral sri-lankais[29]. Lorsque la vague se retira, la zone inondée s'étendait sur plus d’un kilomètre à l'intérieur des terres. La puissance du courant combinée au relief plat des terres, permit également à l’eau de pénétrer profondément dans l’île. En plus de dévaster les villages de la côte ainsi que les installations touristiques massées au bord de mer, les courants dévastèrent les villages traversés ou à proximité de cours d’eau.

Cinq ans plus tard, bien qu’une grande partie des sinistrés aient reçu une aide pour se relocaliser, beaucoup de sans-abri[30] campent encore dans des camps de réfugiés.  

35 082 morts et 4 469 disparus. On a compté environ 250 000 sinistrés[31].

Au moment du tremblement de terre d'Haïti de 2010, 950 soldats sri-lankais étaient présents à Haïti dans le cadre de l’opération de maintien de la paix. Le président Mahinda Rajapakse a indiqué lors d’un message au président haïtien : « En tant que nation ayant été touchée par une tragédie de similaire amplitude il y a cinq ans, le Sri Lanka peut comprendre et ressentir votre souffrance et votre peine. On m’a indiqué que le bataillon de maintien de la paix sri-lankais est pleinement engagé dans les opérations de secours. Le Sri Lanka s'associe aux efforts de la communauté internationale pour aider le peuple d'Haïti en cette heure où il connait la dévastation. Le souhait de tous les Sri-lankais est que le peuple d'Haïti puisse surmonter cette tragédie et reconstruire son pays.»

Thaïlande[modifier | modifier le code]

Récession maximale des eaux du tsunami sur la plage de Kata Noi, Phuket, en Thaïlande, avant la 3e et plus forte des vagues.

La Thaïlande est un pays composé de 77 provinces regroupées en 5 régions géographiques : Nord, Isaan, Plaine centrale, Est et Sud. Cette dernière est composée de 13 provinces dont 6 furent les plus touchées par le tsunami, à savoir : Phuket, Krabi, Phang Nga (la plus touchée), Ranong, Trang et Satun. Lorsque la vague a frappé les côtes de la Thaïlande, en décembre 2004, les dégâts furent colossaux : 2.198 millions de dollars de dégâts, ce qui ne représente que 1,4 % du PIB du pays mais 50 % du PIB de la région touchée.

Lorsque le tsunami a frappé les cotes de la Thaïlande, en décembre 2004, les dégâts furent colossaux, que ce soit au niveau matériel ou humain. Près de 400 villages furent rayés de la carte, plus de 3 000 maisons furent démolies et 2 000 endommagées. Il y a eu 5 395 morts, 2 845 disparus et 8 457 blessés. Les impacts du tsunami en Thaïlande ne furent pas totalement les mêmes que dans les autres pays touchés, il y a beaucoup de similitudes mais quelques différences sont à soulever. La première grande différence se situe au niveau des victimes. Les zones touchées par la vague étaient des zones très touristiques et où il y avait donc de nombreux ressortissants étrangers. Le pourcentage de victimes étrangères sur le nombre total de victime s’élève à 7-10 %. Ces touristes n’ayant pas leur famille sur place pour les identifier, un grand nombre de personne n’ont malheureusement pas pu être reconnues. Une autre spécificité thaïlandaise est l’intervention du gouvernement. À cause du manque de moyens de prévention, il ne put presque rien mettre en action avant que la vague ne touche la côte. Après le séisme, le gouvernement a mis en place des politiques de reconstructions et de préventions (zones tampons, …). Des exonérations d’impôts ainsi que des réadaptations professionnelles ont également été mises en place afin d’aider les personnes se retrouvant sans emploi. Un des points faibles du gouvernement fût son manque de visibilité quant aux déplacements de masse de la population fuyant les zones côtières. Il y eut un important manque de coordination, entraînant des erreurs et des retards. Ceci fut accentué par le fait qu’il y avait des concurrences organisationnelles au lieu d’une cohésion au sein du gouvernement. Les multinationales ont également jouées un rôle dans tout cela en influençant les politiques internes afin de pouvoir étendre leurs projets.

Le tsunami eut également un impact important sur l’économie du pays. Beaucoup d’emplois furent perdus, entraînant une baisse de la production ainsi que du PIB car les zones les plus touchées furent celles des activités productrices. Les reconstructions ont coûté très cher, entraînant une hausse des prix des matières premières. La pêche fut l'un des secteurs les plus touchés. Bon nombre de bateaux ont été détruits et le nombre de victimes parmi les pêcheurs fût élevé car ils travaillaient à proximité des côtes. De plus, beaucoup d’entre eux eurent leurs habitations détruites, perdant par la même occasion leurs papiers et titres. Sans ceux-ci, ils ont été considérés comme squatteurs car ils n’avaient plus rien pour prouver que les terres endommagées étaient les leurs. Cette situation fut exploitée par les multinationales qui en profitèrent pour venir occuper les terrains qu’ils convoitaient depuis longtemps à proximité de l’océan. Le deuxième secteur fut celui du tourisme. Il y eu de nombreux dégâts dans les hôtels, diminuant le nombre de chambres disponibles. La médiatisation du tsunami a entraîné une baisse des réservations en destination de la Thaïlande pendant un certain laps de temps et donc une légère diminution du nombre de touristes : 150 000 touristes en moins sur un total de 12 000 000, pas de quoi inquiéter à l'échelle nationale. Cependant, l’échelle locale, ces chiffres s’avèrent être beaucoup plus catastrophiques. Phuket, deuxième ville la plus touristique de Thaïlande selon le routard, voit l’occupation de ses hôtels diminuer en flèche : 63 % d’occupation en 2004 pour seulement 27 % en 2005, soit une chute de 36 %.  Il en va évidemment de même pour Phang Nga (-45 %) ou Krabi (- 59 %)[32].

Le troisième secteur le plus touché fut celui de l’agriculture. Beaucoup de cultures ont été endommagées par les eaux salées. Il y eu une importante perte de surfaces exploitables et une diminution de la productivité. Beaucoup de matériaux ont également été détruits, rendant la replantation encore plus difficile. L’eau salée répandue sur la terre eue aussi d’autres impacts. Les ressources d’eau potable ont été polluées, obligeant les habitant à puiser dans les nappes phréatiques. Celles-ci furent consommées au point d’être presque asséchées. Le manque d’eau propre et potable eu également des conséquences sur l’hygiène. De nombreux égouts ont été bouchés par les boues, rendant les rues salles et difficile d’accès. Un certain nombre d’écosystèmes ont été bouleversés par le tsunami. L’eau salée a détruite beaucoup de végétation et le déplacement de la population a interféré dans les habitudes de vie des animaux, les mettant parfois en conflit. Quant aux récifs coralliens bordant les côtes de la Thaïlande, seul 13 % des 174 sites ont été légèrement endommagés (soit 5 % des récifs thaïlandais), ne perturbant pas trop fortement cet écosystème qui ne mettra d'ailleurs pas plus de trois ans pour se régénérer.

Le dernier point développé ici est l’aide étrangère dont a bénéficié la Thaïlande. Des plans de prêts à faible taux d’intérêt furent octroyés afin de permettre de relancer au plus vite les petites entreprises et ainsi relancer l’économie locale. La Thaïlande pu également bénéficier d’une aide des ONG ainsi que de dons. Ces derniers furent malheureusement souvent détournés, ne permettant pas à la population de bénéficier de cette aide financière ou ne recevant pas les vêtements, vivres envoyés.

La Thaïlande a donc souffert du tsunami du 26 décembre 2004 et essentiellement au niveau économique de par le secteur du tourisme qui fut le plus touché mais le pays s’est vite redressé grâce à son secteur du bâtiment florissant et à ses nombreux atouts (climat, paysages, etc.). Les touristes sont de retour et le nombre de réservations dans les hôtels recommence à croître. Le bilan des morts est moindre que dans les autres pays principalement touchés (Inde, Indonésie et Sri Lanka) et l’impact sur le travail et l’environnement, bien que non-négligeable, ne fut que provisoire.

Inde[modifier | modifier le code]

À Chennai (Madras, Inde) la force des vagues a déplacé les voitures.

Les îles Andaman-et-Nicobar, situées non loin de l'épicentre du premier séisme, sont les régions les plus touchées par la catastrophe en Inde. Le premier tsunami y a atteint les côtes sous la forme d'une vague de 15 mètres de haut, au sud des îles Nicobar. On estime à 7 000 le nombre de victimes pour ces deux seules îles et à peu près autant de disparus. Un cinquième de la population des îles Nicobar a donc été touché par la catastrophe, que les personnes soient mortes, blessées ou portées disparues[33]. L'île Chowra dans les Nicobar a perdu les deux tiers de sa population, soit 500 personnes. Les communications ont été coupées avec l'archipel du Nan Kauri, parmi lequel certaines îles ont été entièrement submergées ; 18 000 personnes y sont portées disparues. La base de l'Armée de l'air indienne à Car Nicobar a été elle aussi sévèrement touchée, ce qui entrave le déploiement des secours dans cette région[34]. Sur le territoire continental de l'Inde, c'est toute la côte est qui a été touchée par les raz-de-marées : on compte au moins 5 000 morts et des milliers de blessés et sans abris[35]. Dans l'État du Tamil Nadu, le plus sévèrement touché, il y a au moins 3 200 victimes, dont 487 à Pondichéry. On en compte 89 dans d'État de l'Andhra Pradesh. Dans le Kerala, État du sud de la côte ouest, on dénombre 174 morts et des milliers de sans-abris. La plupart des victimes étaient des pêcheurs.

Dans le Tamil Nadu, ce sont surtout des femmes et des enfants qui sont au nombre des victimes. Dans la ville de Nagapattinam, plus de 1 700 personnes sont mortes ; plus de 400 à Cuddalore, plus de 525 à Kânyâkumârî et plus de 200 à Chennai. Les hélicoptères de secours ne pouvaient pas se poser sur place dans les heures qui ont suivi le passage des tsunamis, les environs de Nagapattinam et de Cuddalore étant encore entièrement submergés. De nombreux pèlerins ont été tués dans la catastrophe, alors qu'ils prenaient un bain sacré dans l'océan. Environ 700 personnes se sont retrouvées piégées au mémorial de Vivekânanda sur un îlot près de Kânyâkumârî, parmi lesquelles 650 purent heureusement être sauvées. À Chennai, le long de Marina Beach, la plupart des personnes se trouvant sur les plages, très fréquentées le dimanche matin, se sont noyées. On dénombre déjà au moins 5 000 familles de pêcheurs disparues pour cette seule baie. L'eau s'est également infiltrée dans le complexe nucléaire de Kalpakkam, dont le fonctionnement a été immédiatement stoppé. On ne rapporte aucun dommage ni fuite radioactive[36]. L'armée indienne, la Marine et les garde-côtes ont été mis à contribution pour commencer les opérations de sauvetage et les livraisons de nourriture aux victimes.

Maldives[modifier | modifier le code]

Située à 2 000 kilomètres de l’épicentre, l’archipel des Maldives a été submergé par une première vague atteignant en moyenne 1,4 mètre de hauteur, enregistrée 3 heures après le séisme par trois marégraphe. Lorsqu'elle s’est enfoncée dans les terres, elle a atteint jusqu’à 3 mètres de haut. C’est peu comparé aux vagues qu’ont subi les autres pays mais l’altitude maximale des Maldives est de 1,8 mètre donc toutes les îles furent fortement touchées. Le bilan de la catastrophe est donc de 82 morts et 26 disparus (le 1/04/2005), 4 000 bâtiments endommagés et 12 000 sans-abris. Lors de la catastrophe, 30 000 des 290 000 habitants ont dû être évacués. Les pertes totales sont estimées à 62 % du PIB des Maldives[37]. Il existe deux caractéristiques fondamentales qui font que les Maldives ont fortement subis cette catastrophe. D’un point de vue de son environnement, le pays est tout d’abord vulnérable à ce genre de catastrophe car la surface des îles très faibles, l’altimétrie est faible, le territoire est fragmenté et ce sont des atolls isolés dans l’océan qui subissent donc les vagues fortes. L’autre problème du pays est son sous-développement, ou plutôt sa dépendance économique à trois secteurs (tourisme, agriculture et pêche), tous, fortement touchés par la catastrophe. Voilà pourquoi la catastrophe a affecté le pays dans l’espace et le temps sur le matériel, l’économie et la population. En effet, du fait d’être un archipel éclaté et indépendant, les évacuations ont été très complexes et mal organisées. Il n’y a pas de plan d’évacuation à l’échelle nationale et un gros manque de soutien logistique. Les bâtiments administratifs détruits ont empêchés un retour à la normale rapide et une mise en place efficace de l’aide. L’évacuation des populations s’est faite sur des îles refuges improvisées mais sans logistique et avec une forte augmentation de la densité de population, il y eu rapidement des problèmes d’hygiène[38].

D’un point de vue environnemental, le tsunami a aussi fait de nombreux dégâts. Le premier point est la contamination des sols et de l’eau. L’impact de l’eau salée sur les eaux souterraine fut très fort car les nappes phréatiques ne se trouvent qu’à 1,5 ou 2 mètres de la surface. En plus des eaux salées, les déchets organiques provenant des fosses septiques ont aussi contaminée les eaux souterraines et les puits. Des dommages ont aussi été faits aux systèmes d’égout et de distribution d’eau ainsi qu’aux déchetteries et autres centres de traitement des déchets. En plus de cela, des réservoirs de carburant ont été endommagés ce qui a relâché du pétrole et des déchets dans la nature[39]. Un autre impact de l’eau sur l’environnement est l’érosion. La puissance de la vague a érodé les plages d’une hauteur de 0,25 à 0,5 m. Dans les terres, le flux-reflux de l’eau ont creusé des trous grands de 1 mètre sur 4 ; et des ravines incisées de 1 mètre sur 30; tous ces phénomènes pouvant aussi causer, à terme, des affaissements de terrain. D'un point de vue de la flore, l’impact du tsunami est assez important car les arbres côtiers furent arrachés par la vague et ceux à l’intérieur des terres sont morts à cause de l’eau salée[40]. La salinisation des sols est un problème car cette dernière a fortement diminué la fertilité des sols, ce qui a un effet sur l’agriculture et un retour à la normal n’est prévu qu’après 5 ou 6 ans[38],[39]. Mais le plus important problème engendré par cette catastrophe, est la destruction d’un modèle presque exclusivement axé sur le tourisme. Les Maldives présentent un développement considérable des activités liées au tourisme et dépendent fortement de ces activités. La preuve étant que, ayant tout intérêt à relancer l’économie le plus vite possible après la catastrophe, 74 des 84 Île-hôtel que compte l’archipel étaient à nouveau opérationnels dès la fin du mois de mars 2005[41].

Ces îles sont en autonomie totale : elles possèdent l’électricité, l’eau dessalée et épurée, leurs propres employés mais sont dépendantes à cause du ravitaillement et de l’apport de touristes par bateaux. Mais si ce secteur est très avantageux pour l’économie du pays, il l’est moins pour la population car le tourisme n’est avantageux que pour 20 % des habitants. Enfin, notons dans les avantages que, d’un point de vue de la qualité de vie, du social et de la culture, l’État redistribue équitablement les bénéfices du tourisme par l’amélioration des conditions de vies (création d’écoles et d’hôpitaux et d’infrastructures)[42]. Mais les deux autres piliers de l’économie des Maldives qui sont aussi les principaux revenus de sa population (agriculture et pêche) se sont trouvés très affectés et pour un plus long terme que le tourisme, ce qui rend les populations locales très vulnérables[41]. Les habitants les plus touchés par cette catastrophe ce sont les jeunes (les moins de 25 ans représentent 62 % de la population) qui sont pauvres et vivent dans un pays non-démocratique qui respecte peu les droits de l’homme. Le président en place a été élu en 1978 et a progressivement mis un pouvoir totalitaire en place. Ce qui maintient le pouvoir en place ce sont les revenus du tourisme qui sont correctement redistribué à la population par la mise en place d’infrastructures de santé et d’éducation. Mais la population ne profite pas des revenus du tourisme, le revenu annuel étant de 2 350 dollars par habitant en 2005. La pauvreté alliée à une meilleur éducation ont permis l’éveil des jeunes à partir des années 2000 ce qui entraîna un durcissement du régime en 2001. En 2005, le pouvoir en place accumulait les entraves aux droits de l’homme : partis interdis, parlement contrôlé par l’arrestation des opposants, presse censurée, etc. Mais cette instabilité de l’État en place n’a pas entravé la reconstruction du pays après le tsunami[43],[41].

D’un point du vue des infrastructures qui pourraient être placées aux Maldives pour prévenir ce genre d'évènements à l’avenir, c’est très difficile car, à cause des récifs, il est impossible de créer des digues. Les bâtiments sont construits trop bas au niveau de la mer et les quais pas assez hauts. La seule solution serait de consolider les bâtiments car les seuls qui sont restés vraiment intact sont les mosquées et les bâtiments sur pilotis qui sont plus solide et protégés d’un tsunami[37]. De plus, un bon moyen de lutter contre la pénétration des eaux salées dans l’intérieur des terres est la mise en place de mangroves qui ont prouvé lors de ce tsunami qu’elles étaient une très bonne barrière protectrice mais sont malheureusement des plantes envahissantes qui empêche l’accès à la mer pour l’homme[40]. La solution trouvée par l’État pour mieux organiser les évacuations à l’avenir, est la création d’ « îles refuges » équipées, surélevées, protégées par une dune, etc[38],[39].

Malaisie[modifier | modifier le code]

La Malaisie a été protégée par Sumatra, l'île étant dans la ligne droite entre le pays et l'épicentre du séisme, à la verticale duquel le tsunami s'est formé. Les télévisions locales malaisiennes ont également donné l'alerte dans l'heure qui a suivi le séisme. 63 morts sont recensés : soit 49 (2 non identifiées) à Penang, 10 à Kedah, 3 à Perak et une à Selangor. Parmi les victimes de Penang se trouvent des personnes qui pique-niquaient et des enfants qui jouaient sur la plage ; aucun touriste étranger n'est décédé. Le 28 décembre à midi sont recensés 275 blessés et 4 000 sans-abri, principalement des familles établies le long des côtes de Penang, Kuala Muda à Kedah. Pour l'heure, les risques principaux sont liés à l'après catastrophe, du fait des eaux stagnantes et du manque de nourriture. Le choc du séisme initial avait été ressenti dans les tours jumelles Petronas. Le Premier ministre malaisien Dato' Seri Abdullah Ahmad Badawi a écourté ses vacances en Espagne pour rentrer au pays. Le gouvernement malaisien a annoncé que 1 000 MYR (194 euros environ) seraient attribués au familles des victimes, tandis que 200 MYR (38,80 euros) seraient donnés aux personnes ayant été blessées par le tsunami. Un dédommagement du même montant sera perçu par les personnes déplacées ; 2 000 MYR (388 euros environ) seront versés par maison endommagée, 5 000 MYR (970 euros environ) par maison détruite, et de 1 000 à 3 000 MYR seront versés aux pêcheurs ayant vu leur bateau détruit dans la catastrophe.

Des effondrements côtiers se sont produits pendant les trois jours qui ont suivi le premier tremblement de terre ; ce phénomène est peut-être annonciateur de nouvelles secousses.

Autres pays[modifier | modifier le code]

En bout de course, toujours dans l'océan Indien, le tsunami a touché l'île de la Réunion, située à 7 000 km au sud-ouest de l'épicentre, le lendemain matin vers 10 h (heure de Paris) – soit environ huit heures après le tremblement de terre – où il n'a provoqué cependant quelques dégâts excédant des millions d'euros mais se limitant à la destruction d’embarcations de pêche ou de plaisance et à des dommages aux infrastructures portuaires[44].

Un homme qui se baignait à Malindi, au Kenya, s'est noyé lorsque la vague a atteint la côte d'Afrique de l'Est. Trois autres personnes ont été portées disparues dans ce secteur[45][réf. insuffisante].

Bien que très éloigné, l'archipel des Îles Crozet a été touché par ce tsunami. Sur l'île, la population humaine dépassant rarement plus de 20 personnes, on ne déplora donc aucune perte humaine. En revanche, la vague s'est engouffrée dans les manchotières, entraînant avec elle des centaines d'œufs et de jeunes manchots[46].

De nombreux pêcheurs ont été portés disparus. De plus, ce tsunami a fait resurgir sur les côtes Somaliennes des fûts de déchets toxiques abandonnés dans la ZEE par des entreprises étrangères peu scrupuleuses[47]. Dénoncés en sourdine par le PNUE en 1992, ces faits ont été avérés par un rapport du PNUE de 2005[48].

Bilan[modifier | modifier le code]

Train renversé au Sri Lanka.

Pour toute catastrophe d'envergure, le bilan des victimes est donné à titre indicatif, les chiffres étant des estimations globales certainement inexactes. Une distinction entre les pays directement touchés par la catastrophe a été établie, et les pays ayant perdu des ressortissants présents dans ces pays au moment du drame.

Pays touchés Morts Blessés Disparus Déplacés
Confirmés Estimés1
Indonésie 130 736 167 736 37 063 +500 000
Sri Lanka2 35 322[49] 21 411[49] 516 150[49]
Inde 12 405 18 045 5 640 647 599
Thaïlande 5 3953[50] 8 212 8 457[51] 2 817[50] 7 000
Somalie 78 289[52] 5 000[53]
Birmanie 61[54] 400–600[55] 45 200[56] 3 200[57]
Maldives 82[58] 108[59] 26 15 000+
Malaisie 68[60] 75 299[61] 6
Tanzanie 10[62] 13
Seychelles 3[63] 3 57[63] 200
Bangladesh 2[57] 2
Afrique du Sud 24[64] 2
Yémen 2 2
Kenya 1 1 2
Madagascar +1 000[65]
Total ~184 168 ~230 210 ~125 000 ~45 752 ~1,69 million

Note : Ces chiffres restent approximatifs.
1 Incluant les « confirmés ». S'il n'y a pas de différences entre les deux colonnes, le chiffre dans cette colonne est le même que celui de la colonne « confirmés ».
2 N'inclut pas les 19 000 personnes disparus déclarés par les Tigres tamouls dans les régions qu'ils contrôlent.
3 Incluant au moins 2 464 étrangers.
4 N'inclut pas les Sud-Africains morts en dehors de l'Afrique du Sud.

De nombreux étrangers ont été tués, blessés ou ont disparu dans le séisme ou à la suite du raz-de-marée, en particulier de nombreux Européens (Allemagne, Suède, plus de 500 morts ou disparus ; Grande-Bretagne, Finlande, entre 100 et 200 ; France, Suisse, Norvège, Autriche, de l'ordre de la centaine ; nombreuses victimes originaires d'Italie, Danemark, Japon, Pays-Bas, Hong Kong, Australie, États-Unis, Corée du Sud, Canada, Afrique du Sud, Belgique). Un an après la catastrophe, le 26 décembre 2005, de nombreuses cérémonies du souvenir se sont tenues dans les pays touchés et le chiffre global et définitif des victimes retenu est de 232 000 environ pour les médias, au moins 216 858 selon les gouvernements des pays côtiers de l'océan Indien et 223 492 pour les Nations unies.

Situation humanitaire[modifier | modifier le code]

Compte tenu de l'ampleur des destructions, un grand effort d'aide humanitaire est à fournir — le plus important de l'histoire selon les Nations unies. Des épidémies sont redoutées dans ces difficiles conditions d'humidité et d'hygiène ; les destructions matérielles entravent l'arrivée des secours et l'accès à certaines régions sinistrées. De plus, certaines régions comme l'est du Sri Lanka sont sous contrôle rebelle, ce qui est facteur de désorganisation potentielle de l'aide étrangère.

Risques épidémiques[modifier | modifier le code]

Les priorités des agences gouvernementales et humanitaires sont l'identification et l'enterrement rapide des victimes, avant qu'elles ne deviennent un problème de santé majeur (développement du choléra, de la diphtérie, de la dysenterie…), ainsi que le déploiement de dispositifs d'assistance et de personnels médicaux pour aider les hôpitaux et les cliniques, établir des abris et fournir en vivres, protection et habits les populations touchées. La majorité des sources en eau potable ayant été souillées par la boue salée déposée par les tsunamis, ou contaminées par les corps des victimes, elles doivent être purifiées en urgence. Tout cela nécessite des équipements lourds et la mise en place de distribution d'eau potable en attendant un rétablissement des sources naturelles, ce qui n'interviendra pas avant plusieurs mois.

Le déplacement des populations et la promiscuité sont en outre deux facteurs à risque qui font craindre le développement d'épidémies à grande échelle. Il est donc primordial de s'assurer de la fourniture d'eau potable, de l'acheminement de nourriture et de la mise en place d'abris secs. Par la suite, il faudra également prendre garde aux modifications de l'écosystème : certains terrains se sont déplacés à la suite du séisme, de vastes étendues sont recouvertes d'eau stagnantes, le tout constituant de nouveaux milieux favorables au développement de bactéries, de bacilles et de moustiques vecteurs de la dengue ou du paludisme. Finalement, aucune grave épidémie ne fut signalée.

Autres conséquences[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Des organisations ont profité du tsunami pour s'enrichir. Tout d'abord, de très nombreuses[précision nécessaire] personnes ont été arrêtées, souvent in-extremis lors de leur départ par l'aéroport, en train d'essayer d'emmener des enfants séparés de leurs parents par le tsunami. Il est probable que d'autres ont réussi à s'enfuir avec les enfants.[citation nécessaire] Par exemple, dans la semaine qui suivit la vague[évasif], un homme a été arrêté [Où ?] alors qu'il tentait de rapatrier avec lui 40 enfants à qui il avait dit qu'il les ramenait à leurs parents. Il est probable que[évasif] ces enfants étaient destinés à la vente, à l'adoption illégale ou encore à la prostitution. Il semble que[évasif] des organisations illégales comme des mafias soient derrière ces manœuvres. À peine deux jours après la catastrophe, de nombreux marchands de souvenirs proposaient aux touristes des T-Shirts imprimés « I survived to the tsunami » (J'ai survécu au tsunami). Le temps ayant passé, on trouve désormais de nombreux « souvenirs » commémorant le tsunami. Cette façon de tirer profit du drame, aussi rapidement, est souvent perçue comme un manque d'éthique et de compassion.[évasif]

Une conséquence heureuse de ce drame a été la conclusion d'un accord de paix pour Aceh conclu en août 2005 entre le Mouvement pour un Aceh libre et le gouvernement indonésien.

Logo de l'opération Unified Assistance sous supervision américaine d'aide au victimes du désastre.
Aéroglisseur de l'US Navy apportant des secours dans la ville de Meulaboh sur l'île de Sumatra.

De nombreux dons ont rapidement émané des gouvernements, des organisations humanitaires et des particuliers de l'ensemble du globe, afin d'offrir une aide financière et matérielle. La Banque mondiale estime le coût de l'aide humanitaire à 5 milliards de dollars US[66]. Les Nations unies ont critiqué les mauvais choix de mobilisation de fonds venant de l'Europe et des États-Unis, le sous-secrétaire général aux affaires humanitaires Jan Egeland qualifiant d'abord les pays occidentaux de « pingres », bien qu'il s'en soit par la suite défendu, en estimant que ses propos avaient été « mal interprétés ». À une conférence de presse ultérieure, M. Egeland a précisé que son commentaire ne s'appliquait pas à un pays en particulier, et que la réponse avait été en fait « extraordinairement positive ». Jan Egeland parlait en fait de l'aide publique au développement (APD), point noir de la générosité des pays développés.

Quoi qu'il en soit, le grand nombre de pays touchés par la catastrophe, directement ou indirectement, fait de la coordination de l'aide humanitaire un point crucial de la gestion de la crise. L'assistance humanitaire est un véritable défi, compte tenu du nombre de pays et de personnes impliquées, ainsi que des conditions de vie locales (politiques et sociales). La plupart des gouvernements et organisations non-gouvernementales se sont regroupés sous l'égide des Nations unies pour mettre en place des dispositifs de secours centralisés. Le portail humanitaire du collectif ASAH a ouvert un dossier spécifique[67] pour faciliter la coordination et la collaboration entre ONG francophones. La gravité de ce désastre a déclenché une opération militaire d’aide humanitaire sans précédent, avec un volume global que l’on peut estimer en mi-janvier 2007 à environ à 80 000 hommes, 100 navires, 180 hélicoptères et 80 avions de transport, sans compter un pont aérien qui a impliqué près de 75 avions de transport supplémentaires (premier contributeur : les forces armées des États-Unis avec 16 500 hommes)[68].

Pays Aide publique
(millions $)
Aide privée
(millions $)
Total
(millions $)
Allemagne 521 652 1 170
Australie 760 118 878
États-Unis 350 350 700
Union européenne 617 617
France 456 136 592
Japon 500 500
Canada 348,5 123 471,5
Pays-Bas 305 159 464
Royaume-Uni 141 183 324
Norvège 175 68 243
Italie 141 56 197
Suède 94,5 77 171,5
Espagne 78 87 165
Thaïlande 134 134
Arabie saoudite 30 82 112
Koweït 100 8 108
Tableau des dons selon une source de l'ONU à fin janvier 2005.
Navire-hôpital USNS Mercy (T-AH 19) du Military Sealift Command de retour à San Diego en juin 2005 après être resté 6 mois sur la zone du désastre, avoir traité 100 000 patients et pratiqué 400 interventions chirurgicales.

Voici une liste non exhaustive des aides des autres pays non représentés sur le tableau ci-dessus :

Des contributions privées se joignent à ces aides des États, comme en France où les mairies sont ouvertes aux citoyens et des entreprises envoient des médicaments, ou à Hong Kong, où le magnat Li Ka-Shing a annoncé un don de 3,1 millions de dollars US (2,2 millions d'euros), et la vedette de films de kung fu Jackie Chan et d'autres stars du cinéma ont promis 1,5 million de dollars de Hong Kong (147 000 euros). En Suisse, la collecte nationale de la Chaîne du bonheur en faveur des victimes du séisme en Asie a battu mercredi 5 janvier 2005 tous les records, avec plus de 62 millions de francs de promesses de dons. Le président George W. Bush a fait un don personnel de 10 000 dollars US. Au total, plus de 227,2 millions de francs suisse (~180 484 000 €) ont été récoltés depuis le 26 décembre.

Médias[modifier | modifier le code]

L'un des personnages du film Au-delà interprété par Cécile de France est une rescapée du tsunami de 2004.

Dans le film The Impossible, basé sur l'histoire vraie de María Belón (interprétée par Naomi Watts), un couple et leurs enfants en vacances en Thaïlande sont séparés par le tsunami du 26 décembre 2004. Au milieu de centaines de milliers d’autres personnes, ils vont tenter de survivre et de se retrouver.

La catastrophe est racontee dans un episode de la serie televisee la minute de verité.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dossiers du CNRS, de l'IPGP[70], de l'USGS[71], et du CEA[72].
  • Catalogue de la sismicité de l'USGS[73]
  • Articles publiés dans Science[74] (Science vol.308 20 May 2005): Lay et al., The great Sumatra-Andaman earthquake of 26 December 2004 (pages 1127-1133); Ammon et al., Rupture process of the 2004 Sumatra-Andaman earthquake (pages 1133-1139); Park et al. Earth's free oscillations excited by the 26 december 2004 Sumatra-Andaman earthquake (pages 1139-1144).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « USGS: Magnitude 9.1, 2004 December 26 earthquake » [1]
  2. a, b, c, d, e, f, g et h « The Great Sumatra-Andaman earthquake of 26 December 2004. », Lay et al., Science, vol. 308, 20 mai 2005, p. 1127-1133
  3. 3° 30′ 00″ N 96° 00′ 00″ E / 3.5, 96 (), USGS: Magnitude 9.1, 2004 December 26 earthquake [2]
  4. 9,5 au Chili, en 1960 (détails) ; 9,2 en Alaska à Prince William Sound, en 1964 ; 9,0 au Kamtchatka, en 1952« USGS: Largest Earthquakes in the World Since 1900 » [3]
  5. (en) R. Paris, « Coastal sedimentation associated with the December 26, 2004 tsunami in Lhok Nga, west Banda Aceh (Sumatra, Indonesia) », Marine Geology, Elsevier, vol. 238, no 1–4,‎ 2007, p. 93–106 (DOI 10.1016/j.margeo.2006.12.009)
  6. USGS.gov
  7. a et b Institut de Physique du Globe de Paris - Le séisme du 26 septembre 2004 [4]
  8. a, b et c Institut de Physique du Globe de Paris, Équipe de Tectonique - Séisme du 26 septembre 2004 [5]
  9. a, b et c (en) Rupture process of the 2004 Sumatra-Andaman earthquake. Ammon et al., Science, vol 308, 20 May 2005, p1133-1139
  10. USGS, FAQ about Magnitude 9.0 Sumatra-Andaman Earthquake [6]
  11. Le Parisien, lundi 27 décembre 2004.
  12. (en) Wilkinson, F. "Coastal design and tsunami mitigation for shelter/house reconstruction on the west coast Aceh." International Symposium Disaster Reduction on Coasts, Monash University, November 14-16, 2005.
  13. Institut de physique du globe de Paris - Le séisme du 28 mars 2005 [7]
  14. USGS - séisme M 8,1 - Nouvelle-Zélande [8]
  15. USGS - Séisme de Bam [9]
  16. USGS Earthquake Hazards Program: Faq: off W coast of northern Sumatra
  17. National Geographic France N° de février 2012 p.58-59
  18. NOAA News Online (Story 2358)
  19. The Jakarta Post - The Journal of Indonesia Today
  20. Rahu, « Jumlah Korban Tewas Di Aceh Dan Sumut Menjadi 27.303 Orang », sur Media Indonesia Online,‎ 24 décembre 2004 (consulté le 30 mars 2013)
  21. Departemen Kesehatan, Indonesia :.
  22. Korban Bisa Capai 10.000 Orang - Selasa, 28 Desember 2004
  23. The Jakarta Post - The Journal of Indonesia Today
  24. The Jakarta Post - The Journal of Indonesia Today
  25. Banda Aceh Butuh 200 Dokter dan 600 Paramedis - 29/12/2004, 14:36 WIB - Kompas Cyber Media - Nasional
  26. Gomez G, Lavigne F, Paris R et Tabarly S, « Séisme et tsunami à Sumatra, 2004 - 2010 : de la catastrophe environnementale et humaine de décembre 2004 à la reconstruction »,  Géoconfluence, CRNS, 2010.
  27. Lavigne F et Paris R, « Le tsunami du 26 décembre 2004 à Aceh, Indonésie : Apport des géographes dans la compréhension d’une catastrophe », CRNS, 2009.
  28. http://www.silaterre.net-espace.fr/asie/asie-sud/sri-lanka.html
  29. http://www.lethist.lautre.net/tsunami_du_26_12_04.htm
  30. Près de 25.000 selon les Nations Unies.
  31. (fr) Sri Lanka : de meilleures conditions de vie pour les survivants du tsunami, Secours populaire.
  32. 6 THANAWOOD, C., YONGCHALERMCHAI, C., DENSRISEREEKUL, O. (2006), Effects of the december 2004 tsunami and disaster management in southern thailand, Faculty of Natural Resources, Prince of Songkla University, Hat Yai. 
  33. Asia toll touches 68,000; 12,500 dead in India-India-The Times of India
  34. http://www.newkerala.com/news-daily/news/features.php?action=fullnews&id=50910
  35. http://india.news.designerz.com/death-toll-from-tidal-waves-crosses-8500-in-india-official.html
  36. NDTV.com: Latest News, e-Bulletins, Stocks, Bollywood, Cricket, Video, Blogs, RSS from India
  37. a et b (en) FUJIMA, K. and SHIGIHARA, Y. (2006). "Survey results of the Indian Ocean tsunami in the Maldives". Coastal Engineering Journal, 48(2):81-97.
  38. a, b et c (fr) MAGNAN, A. (2006). "L’évacuation des populations aux Maldives après le tsunami du 26 décembre 2004". M@ppemonde, 84.
  39. a, b et c (en) SIRINIVAS, H. and NAKAGAWA, Y. (2008). "Environmental implications for disaster preparedness: Lessons Learnt from the Indian Ocean Tsunami". Journal of Environmental Management, 89:4–13.
  40. a et b (en) KEATING, B. H. and HELSLEY, C. (2005). "2004 Indian Ocean tsunami on the Maldives islands: Initial observation". Science of Tsunami Hazards, 23:2-19.
  41. a, b et c (fr) COSAERT, P. (2005). "Les pays touchés par le tsunami: un contexte économique, politique et humain très diversifié". Les Cahiers d’Outre-Mer, 229:89-95.
  42. (fr) MAGNAN, A. (2008). "Le développement des îles-hôtels aux Maldives: d’hier à demain". Études caribéennes, 9-10.
  43. (fr) CARPIO, M-A. (2005). "Droits de l’homme : répression aux Maldives". Alternatives Internationales, 26.
  44. « Le risque de tsunami à La Réunion » (consulté le 23 août 2013).
  45. Le Parisien, lundi 27 décembre 2004.
  46. « Tsunami : les manchots aussi » (consulté le 23 août 2013).
  47. Billets d'Afrique n°180, mai 2009, page 11
  48. After the tsunami: rapud environment assessment, PNUE, 2005, pages 126 à 137
  49. a, b et c (en) W.A. Sunil, « One year after the tsunami, Sri Lankan survivors still live in squalour »,‎ 29 décembre 2005 (consulté le 23 août 2013).
  50. a et b « 2. INFORMATION ON THE DISASTER » (consulté le 30 mars 2013).
  51. [PDF] « www.disaster.go.th » (consulté le 30 mars 2013).
  52. http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/4560246.stm
  53. http://www.reliefweb.int/w/rwb.nsf/UNID/D39A0A882D6A7E9985256F82006A1158?OpenDocument
  54. http://sify.com/news/fullstory.php?id=13713552
  55. http://www.asianews.it/view.php?l=en&art=2255
  56. http://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/4145489.stm
  57. a et b http://www.channelnewsasia.com/stories/afp_asiapacific/view/126491/1/.html
  58. « Situation Assessment » (consulté le 30 mars 2013).
  59. « Maldives disaster and beyond » (consulté le 30 mars 2013).
  60. http://english.people.com.cn/200501/13/eng20050113_170555.html
  61. http://www.channelnewsasia.com/killerwaves
  62. http://www.abc.net.au/news/newsitems/200501/s1275702.htm
  63. a et b http://www.reliefweb.int/rw/RWB.NSF/db900SID/KHII-6KH4KY?OpenDocument
  64. (en) « Striving to keep a thriving school alive ».
  65. http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/africa/4129639.stm
  66. BBC NEWS | Business | Giant waves damage S Asia economy
  67. Portail Humanitaire A.S.A.H. - Ressources - Humanitaire
  68. Asie du Sud : la plus grande opération militaire d’aide humanitaire est en cours
  69. http://diplobel.fgov.be/telavivfr/posts/fr/press/homedetails.asp?TEXTID=46875
  70. IPGP-Tectonique - SUMATRA - 26 Décembre 2004 - Magnitude 9
  71. USGS Earthquake Hazards Program » Magnitude 9.1 - OFF THE WEST COAST OF NORTHERN SUMATRA
  72. CEA/DASE - Séisme et tsunami de Sumatra
  73. Earthquake Hazards Program: NEIC Earthquake Search
  74. Science/AAAS | Scientific research, news and career information

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Dupuy, Petite métaphysique des tsunamis, éd. du Seuil, 2005, (ISBN 2-02-082169-9). L'auteur confronte les réactions officielles, médiatiques et populaires après le 26 décembre 2004 avec celles des philosophes Rousseau et Voltaire après le tremblement de terre de Lisbonne de 1755.
  • (en) [PDF] Bruce A. Elleman, Waves of Hope: The U.S. Navy’s Response to the Tsunami in Northern Indonesia, Naval War College Press, 2007, 143 p. L'auteur raconte les opérations de secours mené par l'US Navy.
  • Lucile Maertens, Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) face aux catastrophes naturelles : ce que le tsunami de 2004 a changé, éd. L'Harmattan, septembre 2012.
  • Benight, C. (2004) « Collective efficacy following a series of natural disasters ». Anxiety, Stress, and Coping. 17(4). p. 401–420.
  • Brown B., Phongsuwan N. (2004). « Constancy and change on shallow reefs around Laem Pan Wa, Phuket, Thailand over a twenty year period. » Phuket Marine Biological Center Bulletin. p. 65.
  • Chanson, H. (2005). « Le Tsunami du 26 Décembre 2004 : un Phénomène Hydraulique d'Ampleur Internationale. Premiers Constats ». La Houille Blanche, p. 25-320
  • Gueraiche W. (2005). “Un tsunami d’incompréhension”. Outre-Terre, 2005/2 (10). p. 591-604.
  • Isrankuga A. (2005). « Economic Impact of Tsunami on Thailand ». Natural Resource and Environment Program, p. 2-19
  • Nishara F. et Asita G. (2011). « Lessons learnt from the 2004 Indian Ocean tsunami ». Foresight, p. 1-21
  • Oberle M. (2005). « Tsunami in Thailande ». University of washington, p. 1-14
  • Paton, D. and al. (2007). « The impact of the 2004 tsunami on coastal Thai communities: assessing adaptive capacity ». Blackwell Publishing, p. 106-119
  • Scheper E. (2006). « Impact of the tsunami response on local and national capacities ». Tsunami Evaluation Coalition, p. 1-54
  • Thanawood, C. and al.( 2006). « Effects of the december 2004 tsunami and disaster management in southern Thailand ». Science of Tsunami Hazards, Vol. 24, No. 3, p. 206- 217

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :