Séisme de 2014 au Chili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séisme de 2014 au Chili
Image illustrative de l'article Séisme de 2014 au Chili
Carte de la magnitude du séisme (épicentre au centre).

Date 1er avril 2014 à 20 h 46 (UTC−04:00)
Magnitude 8.2
Épicentre 19° 38′ 31″ S 70° 49′ 01″ O / -19.642, -70.81719° 38′ 31″ Sud 70° 49′ 01″ Ouest / -19.642, -70.817  
Profondeur 38,9 (CSN)[1]
20,1 (USGS)[2] km
Hauteur maximale du tsunami 2,11 m
Régions affectées Drapeau du Chili Chili (régions de Arica et Parinacota, Tarapacá et Antofagasta)[3]

Drapeau du Pérou Pérou (départements de Tacna, Arequipa et Moquegua)

Drapeau de la Bolivie Bolivie (départements de La Paz, Cochabamba et Oruro)[4]

Victimes 6 morts[5],[6], et 13 blessés[7],[8]

Géolocalisation sur la carte : Amérique du Sud

(Voir situation sur carte : Amérique du Sud)
Séisme de 2014 au Chili

Le séisme de 2014 au Chili désigne un séisme survenu le 1er avril 2014 à 20 h 46 heure locale (UTC−04:00), dans le Nord du Chili[9]. Lors de son passage, il affecte les régions d'Arica et Parinacota, de Tarapacá et d'Antofagasta[3],[10] — au Chili — et la région de Tacna — au Pérou — à une magnitude de 8,2[11],[12].

Selon le Centro Sismológico Nacional (centre sismologique chilien), l'épicentre se trouve à 89 kilomètres des côtes de Cuya[13] et à 83 kilomètres au nord-est d'Iquique. D'une durée de deux minutes, il s'agit du séisme le plus puissant jamais enregistré et du premier séisme ayant touché le Chili depuis le séisme de 2010, selon le United States Geological Survey[14]. Une alerte au tsunami est émise après la fin du séisme. Les régions d'Alto, Hospicio affectées par le séisme et le tsunami[15].

Contexte[modifier | modifier le code]

Le séisme du 1er avril 2014 fait suite à deux autres secousses de magnitude 7 survenues deux semaines auparavant dans la même région.

Intensités[modifier | modifier le code]

Endroits affectés (par intensité)
Chili
Lieu Région Intensité[3]
Arica XV d'Arica et Parinacota VIII
Codpa XV d'Arica et Parinacota VIII
Alto Hospicio I de Tarapacá VII
Iquique I de Tarapacá VII
Tocopilla II de Antofagasta VI
San Pedro de Atacama II de Antofagasta VI
Calama II de Antofagasta VI
Quillagua II de Antofagasta VI
María Elena II de Antofagasta V
Mejillones II de Antofagasta V
Ollagüe II de Antofagasta V
Sierra Gorda II de Antofagasta IV
Antofagasta II de Antofagasta IV
Pérou
Lieu Département Intensité[16]
Tacna Tacna VI
Calana Tacna VI
Las Yaras Tacna VI
Pocollay Tacna VI
Sama Grande Tacna VI
Moquegua Moquegua V
Ilo Moquegua V
Arequipa Arequipa IV
Mollendo Arequipa IV
Bolivie
Lieu Département Intensité[17]
La Paz La Paz V
Cochabamba Cochabamba IV
Oruro Oruro IV

Tsunami[modifier | modifier le code]

Un kiosque à Santiago de Chili, rapportant les événements du Chili.

En raison de l'intensité et de l'emplacement du séisme, le Servicio Hidrográfico y Oceanográfico de la Armada de Chile (en) (SHOA) émet une alerte au tsunami, et l'Oficina Nacional de Emergencia del Ministerio del Interior (ONEMI) ordonne l'évacuation des zones côtières du pays[18]. La hauteur du tsunami atteint 2,11 mètres[19], et l'alerte s'étend désormais sur une grande partie des côtes d'Amérique centrale, dont le Pérou, l'Équateur, la Colombie, le Panama, le Costa Rica, le Nicaragua, le Honduras, El Salvador, le Guatemala, le Mexique et les États-Unis[20]. Hawaï est également en alerte[21]. Des alertes sont également émises au Japon et en Nouvelle-Zélande[5] où le niveau de la mer aurait augmenté de 20 centimètres[22].

La Marine chilienne déclare que la première vague du tsunami a frappé la ville de Pisagua 45 minutes après le séisme[23]. Le Sistema Nacional de Alarma de tsunami de Chile recense des vagues d'1,62 mètres ayant frappées Iquique à 21 h 5 (heure locale) et d'1,80 à Pisagua[6]. Des vagues d'une hauteur semblable ont également frappées Arica[24]. Le niveau d'alerte est levé dans tous les pays à l'exception du Chili et du Pérou[25]. À la veille du 2 avril, le SHOA décide de lever l'alerte au tsunami pour Puerto Chacabuco dans la Province d'Aisén[5], pour Antofagasta et pour Valparaíso[5], puis au niveau national, à l'exception d'Arica, de Pisagua, d'Iquique, de Patache, de Tocopilla et de Mejillones[5],[26].

Le 2 avril 2014, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) lève les alertes pour le Chili, le Pérou et les autres pays de l'océan pacifique. Cependant, elle maintient l'alerte pour Hawaï. La Marine péruvienne lève également l'alerte pour le pays[6].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Chili[modifier | modifier le code]

La presidente Michelle Bachelet en visite à Iquique le 2 avril 2014.

Le gouvernement ordonne l'évacuation des zones côtières vulnérables au tsunami. Le porte-parole des services d'urgences chiliennes affirme qu'un« séisme d'une telle ampleur peut générer des vagues qui touchent en quelques minutes les côtes situées à proximité, et en quelques heures les côtes les plus éloignées[23]. » Les aéroports d'Antofagasta, d'Arica et d'Iquique ferment[6]. Dans certaines communes, les écoles ferment le lendemain du 2 avril[5]. Les réseaux sociaux rapportent par ailleurs des enfants disparus lors de l'évacuation[27]. Le maire d'Alto Hospicio, Ramón Galleguillos, rapporte la mort de deux personnes lors du séisme qui a frappé la ville, et quatre décès de plus à Iquique[6]. La route principale entre Alto Hospicio et Iquique est endommagée et impraticable. De son côté, la présidente Michelle Bachelet suspend tous ces rendez-vous et déclare l'« état d'urgence »[5]. L'ONEMI rapporte de nombreuses routes endommagées à proximités d'Arica, de Parinacota et de Tarapacá[28]. Le maire d'Arica, Salvador Urrutia, quant à lui, déplore l'effondrement de nombreuses maisons[29]. Plus de 900 000 personnes auraient été évacuées[30]. Trente vols de la compagnie LAN Airlines en direction du Chili ont été annulés, et 108 soldats de la Force aérienne chilienne ont été dépêchés sur place afin de sécuriser le périmètre[5].

Au matin du 2 avril, la vigilance est maintenue sur Arica, Pisagua, Iquique, Patache, Tocopilla, Mejillones, Dichato, Tomé, Lirquén, Isla Quiriquina, Talcahuano, San Vicente, San Pedro de La Paz et l'Île de Pâques[6]. Selon les rapports, 80% des navires auraient été endommagés par le tsunami[15]. Quelques heures plus tard, l'aéroport d'Antofagasta, d'Arica et d'Iquique sont de nouveau en activité, idem pour les routes de la région d'Antofagasta[15]. Sky Airline (en) met également en place un numéro concernant les réservations des billets avant l'annulation des vols[31]. À Iquique, plus de 300 prisonnières se sont échappées suite à l'effondrement de leur prison[32]. Plus tard, la présidente Michelle Bachelet se rend sur place à Iquique et rencontre les autorités régionales dans la municipalité de Tarapacá afin de constater les dégâts causés par le séisme et le tsunami. La Ministre des sports chilienne, Natalia Riffo, suspend les préparatifs du Rally Dakar de 2015[15]. Elle se rend par la suite à Arica, dans la nuit du 2 avril, dans laquelle l'électricité est rétablie dans 95 % des foyers[15]. De plus, deux petites filles de nationalité argentine ont été portées disparues[33].

Pérou[modifier | modifier le code]

Le chef de la sécurité civile d'Arequipa, Miguel Alayza, ordonne l'évacuation des côtes[34]. La région de Moquegua a également été évacuée. Entretemps, des alertes sont émises dans la région de Tacna. Au sud du pays, quelques coupures d'électricité et de réseaux ont été signalées[21]. Les autorités policières informent la fermeture temporaire des frontières avec le Chili suite à l'évasion de prisonnières à Iquique[35]

Bolivie[modifier | modifier le code]

D'après témoignage, le séisme aurait été ressenti dans les villes de La Paz (où des dizaines de personnes sont descendues dans les rues après le séisme), Cochabamba et Oruro[4],[36].

Équateur[modifier | modifier le code]

Le Secretaría Nacional de Gestión de Riesgos (SNGR) annonce l'alerte rouge pour les côtes équatoriennes et la nécessité d'évacuer les zones à risque. Le président Rafael Correa, confirme l'alerte au tsunami. L'Instituto Oceanográfico de la Armada passe de l'alerte rouge (d'évacuation) à l'alerte jaune (de précaution)[37].

Répliques[modifier | modifier le code]

La première réplique est enregistrée à 20 h 57 (UTC-3), d'une magnitude de 5,6 degrés, avec un épicentre se situant à 103 kilomètres à l'ouest d'Iquique, et à 36,6 kilomètres de profondeur. Une centaine d'autres séismes mesurés entre 3,9 et 5,7 sur l'Échelle de Richter ont été enregistrées à l'ouest d'Iquique, de Cuya, d'Alto Hospicio et de Pisagua, entre les 1er et 2 avril 2014.

Dans la nuit du 2 avril 2014, à 23 h 43 min 15 s heure locale (UTC-3), le Centro Sismológico Nacional rapporte un nouveau séisme dont l'épicentre se situe à 45 km au sud-ouest d'Iquique, d'une magnitude de 7,6 degrés[38]. Il s'agit pour le moment de la plus forte réplique enregistrée, menant à une évacuation préventive des côtes chiliennes et péruviennes[39] considérée comme « exagérée » par les experts[40].

Principales répliques (majoritairement à 5,0 ML)
Jour Heure locale Coordonnées Profondeur ML Réf.
1er avril 20 h 57 min 58 s 19° 54′ 58″ S 71° 04′ 52″ O / -19.91611, -71.08111 36,6 km 5,6 [41]
1er avril 20 h 58 min 0 s 19° 25′ 30″ S 0° 15′ 50″ O / -19.425, -0.2639 18,1 km 6,2 [42]
1er avril 21 h 3 min 13 s 19° 50′ 24″ S 70° 55′ 01″ O / -19.84, -70.91694 29 km 5,4 [43]
1er avril 21 h 21 min 3 s 19° 47′ 17″ S 71° 06′ 47″ O / -19.78806, -71.11306 45,1 km 5,2 [44]
1er avril 21 h 33 min 47 s 20° 11′ 47″ S 70° 46′ 01″ O / -20.19639, -70.76694 33,2 km 5,2 [45]
1er avril 21 h 37 min 50 s 20° 01′ 52″ S 70° 29′ 38″ O / -20.03111, -70.49389 42,8 km 5,0 [46]
1er avril 22 h 21 min 0 s 19° 38′ 31″ S 70° 57′ 11″ O / -19.64194, -70.95306 42,7 km 5,3 [47]
1er avril 22 h 29 min 43 s 20° 04′ 34″ S 70° 57′ 40″ O / -20.07611, -70.9611 25,2 km 5,0 [48]
2 avril h 40 min 15 s 19° 57′ 58″ S 71° 06′ 58″ O / -19.96611, -71.11611 33,3 km 5,0 [49]
2 avril h 19 min 47 s 19° 53′ 24″ S 71° 06′ 43″ O / -19.89, -71.11194 39 km 5,1 [50]
2 avril h 46 min 20 s 20° 08′ 02″ S 70° 47′ 31″ O / -20.13389, -70.79194 38,6 km 5,7 [51]
2 avril h 2 min 52 s 19° 45′ 43″ S 71° 03′ 58″ O / -19.76194, -71.06611 38,3 km 5,1 [52]
2 avril h 7 min 31 s 19° 59′ 35″ S 71° 01′ 26″ O / -19.99306, -71.02389 39,4 km 5,2 [53]
2 avril 16 h 45 min 51 s 20° 25′ 41″ S 70° 32′ 35″ O / -20.42806, -70.54306 30 km 5,0 [54]
2 avril 21 h 1 min 19 s 19° 45′ 00″ S 70° 58′ 01″ O / -19.75, -70.96694 37,4 km 5,1 [55]
2 avril 22 h 58 min 31 s 20° 31′ 04″ S 70° 58′ 03″ O / -20.51778, -70.9675 30,7 km 6,3 [56]
2 avril 23 h 43 min 15 s 20° 51′ 07″ S 70° 43′ 09″ O / -20.85194, -70.71917 27,7 km 7,6 [38]
2 avril 23 h 56 min 7 s 20° 43′ 59″ S 70° 33′ 32″ O / -20.73306, -70.55889 27,7 km 5,4 [57]
3 avril h 11 min 18 s 20° 36′ 04″ S 70° 30′ 40″ O / -20.60111, -70.5111 40,6 km 5,1 [58]
3 avril h 45 min 54 s 19° 58′ 34″ S 70° 53′ 13″ O / -19.97611, -70.88694 30,6 km 5,0 [59]
3 avril h 17 min 58 s 20° 35′ 02″ S 70° 40′ 08″ O / -20.58389, -70.66889 26,8 km 5,2 [60]
3 avril h 53 min 40 s 20° 41′ 49″ S 70° 34′ 48″ O / -20.69694, -70.58 31,8 km 5,0 [61]
3 avril h 26 min 14 s 20° 47′ 53″ S 70° 39′ 04″ O / -20.79806, -70.65111 38,0 km 6,3 [62]
3 avril h 51 min 44 s 20° 45′ 22″ S 70° 25′ 30″ O / -20.75611, -70.425 36,1 km 5,5 [63]
3 avril h 16 min 0 s 19° 00′ 36″ S 69° 28′ 48″ O / -19.01, -69.48 98 km 5,1 [64]
3 avril h 23 min 22 s 20° 35′ 42″ S 70° 42′ 29″ O / -20.595, -70.70806 28,5 km 5,2 [65]
3 avril 20 h 37 min 51 s 20° 10′ 41″ S 70° 37′ 37″ O / -20.17806, -70.62694 41,1 km 5,1 [66]
3 avril 22 h 37 min 51 s 20° 36′ 58″ S 70° 33′ 58″ O / -20.61611, -70.56611 40,2 km 6,1 [67]
4 avril h 38 min 56 s 20° 02′ 42″ S 71° 00′ 47″ O / -20.045, -71.01306 45,2 km 5,2 [68]

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l’Argentine Argentine — La présidente argentine, Cristina Fernández de Kirchner, exprime sa solidarité envers le peuple chilien et envoie l'aide nécessaire afin de lutter contre cette catastrophe[6]. Elle précise que son pays fournira de l'électricité au nord du Chili pour les foyers en difficulté[69].
  • Drapeau de la Bolivie Bolivie — Le président Evo Morales adresse une lettre à la présidente Bachelet exprimant son soutien au pays[71].
  • Drapeau de l'Espagne Espagne — Le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, exprime sa solidarité envers les victimes et propose également toute l'aide nécessaire au peuple chilien[69].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis — Un porte-parole de la Maison-Blanche déclare que les États-Unis « se tiennent prêt à aider. » Joe Biden exprime en ses termes : « Nous soutenons le peuple chilien et présentons nos condoléances à toutes ses familles ayant perdues des êtres chers »[73].
  • Drapeau du Pérou Pérou — Le président Ollanta Humala, exprime ses condoléances et sa solidarité au peuple chilien suite au séisme, et offre un soutien matériel nécessaire, à condition que les ministres d'État effectuent une évaluation des dégâts dans les régions de Tacna, Arequipa et Moquegua[74].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Informe de sismo sensible », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  2. « M8.2 - 95km NW of Iquique, Chile », sur USGS (consulté le 2 avril 2014).
  3. a, b et c (es) ONEMI, « Sismo de mayor intensidad en las regiones de Arica y Parinacota, Tarapacá y Antofagasta » (consulté le 2 avril 2014).
  4. a et b (es) « Terremoto en norte de Chile causa preocupación en ciudades de Bolivia », sur Bío Bío (consulté le 2 avril 2014).
  5. a, b, c, d, e, f, g et h (es) « Minuto a minuto: Alerta en Chile tras terremoto en el norte del país », sur 24horas.cl (consulté le 2 avril 2014).
  6. a, b, c, d, e, f et g (es) « Un sismo de magnitud 8,2 sacude Chile y Perú », sur RT en español (consulté le 2 avril 2014).
  7. (es) « Reportan dos fallecidos producto del terremoto », sur publimetro.cl,‎ 1er avril 2014 (consulté le 1er avril 2014)
  8. (en) « Chile Lifts Tsunami Warning After Quake Kills 6 », sur ABC News (consulté le 2 avril 2014).
  9. (es) « Alerta de maremoto en norte de Chile por terremoto de 7.9 grados. » (consulté le 3 avril 2014).
  10. (es) EMOL, « Las intensidades alcanzadas por el terremoto en el norte » [html], sur www.emol.com,‎ 1er avril 2014 (consulté le 1er avril 2014)
  11. « Carte du séisme M8.2 - 95km NW of Iquique, Chile 2014-04-01 23:46:46 UTC », Épicentres des tremblements de terre mondiaux (consulté le 2014-04-05)
  12. (es) « Terremoto de magnitud 7,9 en el norte de Chile; hay alerta de tsunami ».
  13. (es) « Informe de sismo sensible », sur Servicio Sismológico de Chile,‎ 1er avril 2014 (consulté le 1er avril 2014).
  14. (pt) « Forte terremoto atinge Chile e gera alerta de tsunami na costa da América Latina », sur BBC (consulté le 2 avril 2014).
  15. a, b, c, d et e (es) « Minuto a Minuto: Terremoto 8,2 Richter sacude el norte del país », sur 24 horas.cl (consulté le 2 avril 2014).
  16. (en) «M8.2 - 95km NW of Iquique, Chile»
  17. (es) Observatorio San Calixto, « Boletín último sismo » (consulté le 2 avril 2014).
  18. (es) « Fuerte sismo de 7.9° se registra en el norte del país: Piden evacuar borde costero », sur BioBio Chile,‎ 1er avril 2014 (consulté le 1er avril 2014).
  19. (es) « Pacific Tsunami Waves hit Chile after an Earthquake measuring 8.3 », sur IANS (consulté le 2 avril 2014).
  20. (en) « Tsunami warning after 8.2 quake strikes off Chile » (consulté le 2 avril 2014).
  21. a et b (en) « Evacuan zonas del sur de Perú por temor a tsunami tras sismo en Chile », sur Reuters (consulté le 2 avril 2014).
  22. (es) « Nivel del mar aumenta 20 centímetros en Japón tras terremoto en Chile » (consulté le 2 avril 2014).
  23. a et b (pt) « Forte terremoto atinge costa do Chile e provoca tsunami », sur Reuters Brésil (consulté le 3 avril 2014).
  24. (es) « Tsunami Message Number 6 », sur NWS Pacific Tsunami Warning Center (consulté le 2 avril 2014).
  25. (pt) « Além do Chile, Equador e Peru emitem alertas de tsunami », sur Terra (consulté le 1er avril 2014).
  26. (es) « Onemi cancela la alerta de tsunami para todo Chile », sur 24 Horas (consulté le 2 avril 2014).
  27. (es) « La tierra se sigue moviendo en Chile », sur TeleSUR (consulté le 2 avril 2014).
  28. (es) « Onemi reporta grado de daños en rutas producto del terremoto », sur 24horas.cl (consulté le 2 avril 2014).
  29. (es) « Minuto a minuto: Fuerte terremoto en Chile », sur RT en español (consulté le 2 avril 2014).
  30. (es) « Más de 900 mil personas se movilizaron a zonas de seguridad ante alarma de tsunami », sur ONEMI (consulté le 2 avril 2014).
  31. (es) « Líneas aéreas retoman normal funcionamiento al norte », sur 24horas.cl (consulté le 2 avril 2014).
  32. (fr) « L’alerte au tsunami pour la zone côtière du Chili sera maintenue au moins pendant 6 heures (ministre de l’intérieur) », sur Menara,‎ 2 avril 2014 (consulté le 3 avril 2014).
  33. (es) « Dos menores de edad están desaparecidas tras terremoto », sur 24horas.cl (consulté le 2 avril 2014).
  34. (es) « Alerta de tsunami en el Perú: decretan evacuar Arequipa », sur El Universal (consulté le 1er avril 2014).
  35. (es) « Frontera con Chile fue cerrada tras fuga en penal de Iquique », sur El Comercio (consulté le 2 avril 2014).
  36. (es) « Sismo de 8,3 grados sacude Chile y se siente en Bolivia », sur eldeber.com.bo (consulté le 2 avril 2014).
  37. (pt) « Marinha se corrige e diz que "não existe alerta de tsunami" para o Equador », sur Yahoo! (consulté le 1er avril 2014).
  38. a et b (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  39. (es) « Marina de Guerra emite alarma de tsunami para la zona sur del país », sur Radio Programas del Perú (RPP) (consulté le 3 avril 2014).
  40. (es) « Oceanógrafo entrega claves para identificar sismos que generan tsunami », sur BioBioChile (consulté le 3 avril 2014).
  41. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  42. (es) « M6.2 - 88km N of Iquique, Chile 2014-04-01 23:58:00 UTC », sur US Geological Survey (consulté le 2 avril 2014).
  43. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  44. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  45. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  46. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  47. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  48. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  49. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  50. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  51. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  52. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  53. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  54. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  55. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  56. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  57. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  58. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  59. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  60. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  61. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  62. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  63. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  64. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  65. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  66. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  67. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 3 avril 2014).
  68. (es) « Informe de sismo », sur Centro Sismológico Nacional (consulté le 4 avril 2014).
  69. a et b (es) « La comunidad internacional envía sus condolencias a Chile », sur Univisión (consulté le 2 avril 2014).
  70. a et b (es) « Maduro y Rousseff envían mensaje de apoyo a Chile », sur 24horas.cl (consulté le 2 avril 2014).
  71. a et b (es) « Evo Morales expresa condolencias por fallecidos tras terremoto en Chile », sur TeleSUR (consulté le 2 avril 2014).
  72. (es) « Ecuador se solidariza con Chile tras terremoto y ofrece su ayuda », sur ElComercio.com (consulté le 2 avril 2014).
  73. (es) « EE UU ofrece apoyo a Chile y extiende condolencias a víctimas del terremoto », sur El Nacional (consulté le 2 avril 2014).
  74. (es) « Humala ofrece ayuda a Chile tras terremoto en el norte », sur 24horas.cl (consulté le 2 avril 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :