Séisme de Valdivia de 1960

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Séisme de 1960 de Valdivia)
Aller à : navigation, rechercher
Séisme de 1960 au Chili
Image illustrative de l'article Séisme de Valdivia de 1960
Carte des zones touchées par le tsunami généré par le séisme.

Date 22 mai 1960 à 19 h 11 (UTC)
Magnitude 9,5
Épicentre 38° 17′ S 73° 03′ O / -38.29, -73.05 ()38° 17′ Sud 73° 03′ Ouest / -38.29, -73.05 ()  
Profondeur 33 km
Hauteur maximale du tsunami 25 m
Régions affectées Valdivia, Chili
Victimes env. 3 000

Le séisme de Valdivia, aussi appelé séisme de 1960 au Chili, est un séisme qui eut lieu le 22 mai 1960 à 19 h 11 (UTC). Sa magnitude, la plus élevée jamais enregistrée, a été estimée à 9,5[1]. Son épicentre était situé dans le sud du Chili, près de Lumaco, à environ 570 kilomètres au sud de Santiago.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Rue de Valdivia après le tremblement de terre.
Éruption du Cordón Caulle quelques jours après la principale secousse.

Ce séisme, qui avait été précédé par une série de tremblements de terre au nord de l'épicentre (le séisme de Concepción), a été provoqué par le glissement de la plaque de Nazca d'environ dix-huit centimètres sous la plaque sud-américaine.

La modification ainsi provoquée du plancher océanique, qui s'est élevé de plus de six mètres à cet endroit, a créé un tsunami qui a immédiatement dévasté la côte chilienne[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le tsunami a parcouru l'océan Pacifique et a atteint 15 heures après Hilo, à Hawaii à plus de 10 000 kilomètres de l'épicentre, où il a fait des dégâts considérables avec des vagues de dix à douze[2] mètres de hauteur et causé la mort de 61 personnes. Il poursuivit son trajet destructeur à travers tout l'océan Pacifique jusqu'aux côtes du Japon y causant 138 décès, de la Nouvelle-Zélande, de Samoa, des Philippines et des îles Marquises.

Suite à ce tremblement de terre, de nombreuses modifications de la région côtière du Chili ont été observées. Au total, cette combinaison tremblement de terre / tsunami a causé environ 3 000[réf. nécessaire] à 6 000[2] morts, et deux millions de sans-abri[2], principalement au Chili.

L'hypothèse d'un tsunami à plusieurs vagues ayant fusionné est émise par la suite, et est « validée » le 5 décembre 2011 lorsque la NASA annonce que le tsunami issu du séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku était en fait composé de plusieurs vagues — au moins deux — ayant fusionné en haute mer, ce qui a multiplié sa force[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « USGS - The Largest Earthquake in the World  » (consulté le 12 décembre 2010)
  2. a, b, c et d Jacques Mazeau, Petite encyclopédie des grandes catastrophes naturelles : Du déluge au tsunami, le monde va-t-il plus mal ?, Acropole,‎ octobre 2006, 111 p. (ISBN 2.7357.0269.3[à vérifier : isbn invalide])
  3. (en) Alan Buis, Steve Cole, « NASA Finds Japan Tsunami Waves Merged, Doubling Power », NASA, le 5 décembre 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :