Séisme de 1960 d'Agadir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séisme de 1960 d'Agadir
Image illustrative de l'article Séisme de 1960 d'Agadir
Localisation de l'épicentre du séisme d'Agadir

Date à 23h40 heure locale
Magnitude 5,7
Épicentre 30° 24′ 52″ N 9° 35′ 02″ O / 30.4144, -9.58389 ()30° 24′ 52″ Nord 9° 35′ 02″ Ouest / 30.4144, -9.58389 ()  
Régions affectées Agadir, Maroc
Victimes 12 000 à 15 000 morts et environ 25 000 blessés

Le séisme de 1960 d'Agadir est un séisme qui s'est produit à Agadir le à 23 h 40 tuant plus de 12 000 personnes. La secousse dura 15 secondes et était d'une magnitude de 5,7 sur l'échelle de Richter.

Le séisme[modifier | modifier le code]

Dans les quartiers de Founti, Yachech et de la Kasbah, tous les bâtiments furent détruits ou sévèrement endommagés, 95 % de la population de ces zones fut ensevelie. Dans le quartier de Talborjt, entre 60 % et 90 % des bâtiments furent détruits ou gravement endommagés, la ville nouvelle et le front de mer ont été relativement épargnés, et détruits à 60 %.

Le séisme a fait de 12 000 à 15 000 morts, soit environ un tiers de la population, et environ 25 000 blessés.

C'est le séisme le plus destructeur et le plus meurtrier de l'histoire du Maroc. C'est également le séisme de magnitude « modérée » (moins de 6) le plus destructeur du XXe siècle (par opposition au séisme de Mongolie du qui ne fit que très peu de victimes malgré sa magnitude de 8,1).

La gravité des dégâts est attribuée au fait que la secousse avait son épicentre juste en dessous de la ville, et à la faible résistance des constructions anciennes. La ville semblait pourtant avoir été historiquement à l'abri des séismes, et ce n'est qu'après des recherches historiques que l'on se rendit compte que la ville, connue à l'époque sous le nom de Santa Cruz do Cabo de Aguer avait déjà été détruite par un tremblement de terre en 1731, ce qui, a posteriori, expliquait sans doute la date de 1746 gravée sur le fronton de la porte de l'ancienne Kasbah.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Dans les heures qui ont suivi le séisme, les marins de la base aéronavale française voisine sont venus porter secours aux survivants (environ 30 000). La proximité de cette base qui n'avait pratiquement pas subi de dégâts, l'arrivée rapide de l'escadre française de Méditerranée ainsi que d'une escadre néerlandaise, permirent la mise en place rapide des secours aux rescapés. Deux jours plus tard, la ville fut évacuée pour éviter la propagation de maladies. Les recherches continuèrent pendant un certain temps, notamment pour identifier les corps, mais il est resté une grande incertitude quant au bilan humain du désastre.

Dès le lendemain, le roi Mohammed V et son conseil des ministres ont créé une commission de reconstruction dont les rênes ont été confiées au prince héritier, Moulay Hassan. Rapidement, afin de réduire les risques sismiques (Agadir était littéralement construite sur la faille), il fut décidé que la ville nouvelle serait reconstruite un peu plus au sud, en abandonnant les quartiers situés au nord de l'oued Tildi, la Kasbah, Founti, Yachech, Talborjt, devenus inconstructibles. La première pierre de ce chantier est posée par le roi le , alors que les travaux de déblaiement de la ville avaient à peine commencé.

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]