Sécurité globale (concept)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les origines de ce concept viennent des travaux de la commission Palme, en 1982, qui évoquent "la sécurité commune" et l'interdépendance croissante due au développement économique. Théoriquement, ce sont Kenneth Waltz[1] , Barry Buzan[2] [3] et Yves Roucaute[4], en 1991, qui conduisent les recherches qui vont permettre aux États-Unis et en Europe de repenser la sécurité en mettant en cause les paradigmes classiques qui dominaient alors les recherches sur la sécurité (réalistes, néoréalistes, moralistes et transnationaux) et en avançant cette notion de sécurité globale. Les travaux de la Commission de l'O.N.U. dirigée par Shridath Ramphal[5], qui définissent une “overall security governance”,  conduisent au milieu des années 1990 à accélérer les travaux. En particulier, Susan Strange[6] défend à son tour l'idée que la sécurité exige de prendre en compte la dimension économique, environnementale et culturelle.

Le développement des nouvelles menaces qui sont liées à la mondialisation et aux nouvelles technologies vont permettre le surgissement d'un vrai paradigme de la sécurité globale au milieu des années 2000. Le développement du terrorisme, en particulier à partie des attentats du 11 septembre 2001, ont contribué à cela autant que l'explosion du cybercrime et de l'espionnage industriel. Le professeur Yves Roucaute expose le paradigme scientifique en tant que tel en juin 2009 au Sénat dans une communication sur la sécurité, puis le 10 octobre 2009, devant l'état-major, à l'École Militaire dans sa communication "Mondialisation et sécurité nationale", puis à Luxembourg, comme chairman de la table ronde de l'Association Internationale de Science Politique sur la sécurité globale, puis devant lE comité de pilotage de l'Université mondiale de la sécurité, sous l'égide de l'ONU [7] [8][9]. L'irruption au centre des préoccupations publiques des menaces et des risques anciens et nouveaux (conflits de haute intensité, guerres asymétriques, terrorisme international, cybercrime, catastrophes naturelles, crises sanitaires internationales, crime organisé et réseaux mafieux à l’efficacité renforcée grâce aux nouvelles technologies et à l’effacement progressif des frontières nationales, etc.) conduisent les États occidentaux à repenser leur sécurité en des termes plus globaux - associant problématiques de sécurité intérieure et enjeux stratégiques internationaux - et, par voie de conséquence, à réorganiser leurs architectures nationales de sécurité pour en tenir compte. De nombreux travaux sont aujourd'hui engagés dans le cadre de cette problématique qui est devenue aussi celle de l'OTAN[10] et de l'O.U.A.

La notion de sécurité globale est ainsi plus large que le concept américain de Homeland Security et est synonyme de "overall security". Et le paradigme de sécurité globale permet de penser la capacité d’un État à prévenir et à a assurer à l’ensemble de ses membres un niveau maximum de sécurité face aux risques et menaces, de façon à permettre la la protection des habitants, la pérennité des activités collectives et individuelles, avec un maximum de résilience.

La revue Sécurité globale, codirigée par Jean-François Daguzan et Pascal Lorot, est publiée par l’Institut Choiseul depuis 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Watlz Kenneth, Theory of International Politics, Reading, Addison Wesley,‎
  2. (en) Buzan, Barry, People, States and Fear. An agenda for International Security Studies in the Post-Cold-War Era, Hemel Hempstead, Harvester Wheattheaf,‎
  3. (en) Buzan, Barry, New Patterns of Global Security in the 21h Century, International Affairs,‎ 1991, 67 n°3
  4. Roucaute Yves, « Le transnationalisme comme programme de transition », Le Trismestre de Monde, no N°15,‎ 3ème trismestre 
  5. ( langue non reconnue : anlais ) « Shridath Ramphal », sur International Institute for Sustainable Development,‎ (consulté le 3 mars 2015)
  6. (en) Susan Strange, The Retreat of the State, The diffusion of Power in the World Economy., Cambridge, Cambridge University Press,‎
  7. Roucaute Yves, « Une revue scientifique pour penser la sécurité globale », Cahiers de la Sécurité, no 14,‎ octobre-novembre , p. 7-15
  8. (en) Roucaute Yves, « The ongoing European shake-up », Cahiers de la Sécurite,, no Spécial issue,‎
  9. ROUCAUTE YVES, « Le bouleversement inachevé européen », Cahiers de la sécurité, no 14,‎ octobre-novembre 
  10. « Déclaration du Sommet de Strasbourg-Kehl », sur Organisation du Traité de l'Atlantique Nord,‎ (consulté le 10 mai 2012)

Articles connexes[modifier | modifier le code]