Sébazac-Concourès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sébazac-Concourès
Mairie de Sébazac-Concourès
Mairie de Sébazac-Concourès
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Rodez-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Rodez
Maire
Mandat
Florence Cayla
2014-2020
Code postal 12740
Code commune 12264
Démographie
Gentilé Sébazacois, Sébazacoises
Population
municipale
3 107 hab. (2011)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 14″ N 2° 36′ 02″ E / 44.4038888889, 2.60055555556 ()44° 24′ 14″ Nord 2° 36′ 02″ Est / 44.4038888889, 2.60055555556 ()  
Altitude Min. 553 m – Max. 625 m
Superficie 25,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Sébazac-Concourès

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Sébazac-Concourès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sébazac-Concourès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sébazac-Concourès

Sébazac-Concourès est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées. La commune de Sébazac fait partie de la Communauté d'agglomération du Grand Rodez. La population sébazacoise a augmenté de 8,1 % entre 1999 et 2007.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rodelle Bozouls Rose des vents
N
O    Sébazac-Concourès    E
S
La Loubière Montrozier

Site[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Rodez située dans son Unité urbaine au nord-est de la Communauté d'agglomération du Grand Rodez, à 5 kilomètres au nord de Rodez. Elle appartient au canton de Rodez-Nord. Située sur l'axe Rodez-Aurillac, c'est une des communes les plus élevées du Grand-Rodez. Une grande partie de la surface de la commune est situé sur le Causse Comtal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine sur la commune de Sébazac-Concourès est attestée depuis 100 000 ans avec le site exceptionnel du Rescoundudou à Onet l'église[1]. Les fouilles ont permis de découvrir les restes d'un enfant néandertalien et de nombreux outils. L'homme installé à proximité d'un point d'eau s'adaptait à un climat plus froid qu'actuellement. Les traces humaines sont ensuite rares jusqu'au chalcolithique. Une douzaine de dolmens datés de cette période, d'environ 5000 ans avant notre ère, parsèment le causse[2]. Ces sépultures collectives représentent des croyances disparues et sont, à ce titre, des monuments très fragiles à protéger.

Antiquité[modifier | modifier le code]

L'âge du fer, il y a environ 800 ans, offre peu de vestiges. Un oppidum a été repéré près de Flars et des tumuli, tertres de terres, sont observés sur la commune. Comme dans les époques précédentes, la nature offre les ressources nécessaires, le calcaire et la terre, à la construction de ces repères religieux. Arrive alors la romanisation de la commune qui se fait discrètement, La période gallo-romaine a laissé des traces ténues mais importantes : le nom du village Sébazac dont le suffixe ac pourrait avoir des racines latines, de nombreux fragments de tegulae qui démontrent un habitat dispersé. Par exemple, un habitat a été trouvé à Gajac ou encore une bergerie près de Concourès.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le Moyen Âge est davantage présent dans l'environnement communal. Le Haut Moyen Âge a laissé deux nécropoles, l'une aux Igues et une autre à Gajac[3]. Cette double présence est rarement attestée sur une même commune et montre la complexité de la construction de cet espace géographique. Les tombes de cette période sont aussi construites en calcaire en lien direct avec l'environnement naturel. Des textes[Lesquels ?] attestent la présence d’un château pour Sébazac ou Gajac mais leur emplacement exact reste un mystère. L'église de Concourès est un exemple de la ferveur religieuse de cette époque et certaines parties sont datées de l'époque romane. L'existence du village de Sébazac se retrouve dans des chartes médiévales[réf. souhaitée] et Concourès offre de nombreux vestiges de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. La fontaine des Igues ou le puits de Gajac sont les monuments les mieux conservés de cette période[4],[5]. Fontaine, puits ou citerne montrent l'importance de l'eau, source de vie et affirmation d'un pouvoir, et d'une adaptation de plus en plus élaborée de l'homme à son environnement.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Par décret du 29 février 1904, le chef-lieu de la commune de Concourès fut transféré au hameau de Sébazac, et la commune rebaptisée Sébazac-Concourès.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Augustin Tabardel    
    Christian Dumas    
1977 1989 Sylvain Diet    
mars 2001 mars 2008 Anne-Marie Durand    
mars 2008 en cours Florence Cayla    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 107 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
254 531 530 547 508 511 504 505 409
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
488 554 635 1 727 2 336 2 703 2 717 2 913 2 941
2011 - - - - - - - -
3 107 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Comme dans la plupart des communes du Grand Rodez, la population de Sébazac-Concourès augmente. Ces dernières années, elle a dépassé les 3000 habitants.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2006, la commune accueillait, annuellement, le grand festival Skabazac. Depuis l'année 2007, le festival a lieu sur la commune d'Onet-le-Château, sur le site de La Roque.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Sébazac-Concourès est une dynamique économique pour l'agglomération avec une grande zone commerciale, le Comtal[8], qui se situe à la fois sur la commune de Sébazac et sur celle d'Onet-le-Château, et dans laquelle on retrouve de grandes enseignes nationales.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine de la commune, particulièrement riche et varié, nous rappelle que la présence de l'être humain dans cet espace particulier qu’est le Causse Comtal raconte une relation étroite et évolutive entre les hommes, leurs croyances et un environnement naturel.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Gisement préhistorique du Rescoundudou  Inscrit MH (1993)[9].
  • Fontaine.
  • Mairie de Sébazac du XVIIIe siècle.
  • Cazelles.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Barnabé.
  • Église Sainte-Julitte-d'Onet-l'Eglise.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Espace de loisirs des Igues : pigeonnier, fontaine, perte du Cambour, verger de sauvegarde, forge (ancien lavoir), sentier piétons, jeux pour enfants, tombes wisighotes dans un espace naturel karstique alternant bosquets et prés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Diet, ancien maire de Sébazac-Concourès de mars 1977 à juin 1995, professeur à l'école normale de Rodez, résistant, chef du maquis du Guesclin, autour de Rignac, sous le pseudonyme de capitaine Olivier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Christian Teyssèdre), Rodés-nòrd : Ònes, Sebasac / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Rodés-nòrd, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 2004, ill., couv. ill. ; 28 cm, 271 p. (ISBN 2-907279-61-0, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF39300572)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]