Sébastien Roch (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sébastien Roch.
Sébastien Roch
Image illustrative de l'article Sébastien Roch (roman)
Édition princeps

Auteur Octave Mirbeau
Genre Roman de mœurs
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Charpentier
Date de parution 1890

Sébastien Roch est un roman français d’Octave Mirbeau, paru chez Charpentier le , après une pré-publication en feuilleton dans les colonnes de L'Écho de Paris.

La dernière édition, préfacée et annotée par Pierre Michel, a paru en février 2011 à L'Âge d'Homme, Lausanne.

Le roman[modifier | modifier le code]

Le sujet[modifier | modifier le code]

Dans ce troisième roman signé de son nom, Mirbeau transgresse un tabou majeur : celui du viol d’adolescents par des prêtres, sujet dont on n’a commencé à parler qu’un siècle après sa publication.

Aussi bien ce beau et émouvant roman a-t-il été victime d’une véritable "conspiration du silence" [1].

Illustration de H.-G. Ibels, 1906

C’est le récit du sacrifice d’un enfant dont toutes les qualités sont détruites par ses années de collège et les viols qu’il y subit. Arrivé sain de corps et d’esprit au collège des Jésuites de Vannes - où Mirbeau lui-même fit ses études et dont il a été chassé dans des conditions plus que suspectes en 1863 - le jeune Sébastien Roch, au prénom et au patronyme hautement significatifs (voir saint Sébastien et saint Roch), est souillé à jamais et lui aussi injustement chassé sous une accusation infâmante.

L’éducation jésuitique constitue un viol de son esprit, suivi du viol de son corps, au terme d’une entreprise de séduction conduite cyniquement par un prêtre machiavélique, son propre maître d’études, le Père de Kern. De surcroît, le Père de Kern le fait chasser honteusement du collège sous prétexte de prétendues “amitiés particulières” avec son seul ami et confident, le taiseux et révolté Bolorec.

La personnalité de Sébastien en est déformée à jamais, et sa vie a perdu irrémédiablement tout sens, toute valeur et toute finalité; au lieu du roman de formation auquel on s’attend, Mirbeau nous livre le prototype du roman de la déformation.

La portée[modifier | modifier le code]

Au-delà de la matérialité des violences sexuelles, ces deux viols, compliqués d’inceste (car le « père » jésuite est aussi le substitut du père biologique et un père intellectuel), symbolisent le « meurtre des âmes d’enfant » dont se rendent coupables, en toute impunité, les collèges religieux.

Complice du "goupillon", l’Armée achève le travail des Jésuites, que Mirbeau qualifie de « pourrisseurs d’âmes » et de « pétrisseurs d’âmes » : Sébastien est tué d’une manière particulièrement absurde au cours d’un épisode de la guerre de 1870 que, à l’instar du romancier, il a subie dans l’armée de la Loire.

Les dernières lignes du roman nous montrent Bolorec portant le corps de son ami et s'enfonçant dans la fumée, « sous les balles et les obus ».

La mort de Sébastien Roch, par Henri-Gabriel Ibels, 1906

À la différence des autres romans de Mirbeau, la plus grande partie du récit est rédigée à la troisième personne, par un témoin anonyme, qui est l’équivalent du romancier omniscient, parce que le viol relève de l’indicible : le récit du viol stricto sensu est d’ailleurs remplacé par une ligne de points, comme celui d’un autre viol, dans un roman « nègre » de 1882, L'Écuyère. Cependant la seconde partie du roman comporte majoritairement de larges fragments du journal de Sébastien, ce qui redonne toute sa place à la subjectivité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Pierre Michel & J.-F. Nivet, Octave Mirbeau, l'imprécateur au cœur fidèle, Séguier, 1990, pp. 401-409.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élodie Bolle, « La Marque du pli chez Mirbeau », Cahiers Octave Mirbeau, 1999, no 6, p. 69-73.
  • Jean-Louis Cabanès, « Le Discours sur les normes dans les premiers romans de Mirbeau », Octave Mirbeau, Pierre Michel et Georges Cesbron, Éd., Angers, PU d’Angers, 1992, p. 153-63.
  • Yves Du Lac, « Au sujet du personnage du père de Kern dans 'Sébastien Roch' », Cahiers Octave Mirbeau, 1998, no 5, p. 146-57.
  • Samuel Lair, « Henri Bergson et Octave Mirbeau : du philosophe poète à l’écrivain philosophe », Cahiers Octave Mirbeau, 1997, no 4, p. 313-28.
  • Emmanuelle Lambert, « L’Écriture du corps dans les romans autobiographiques d’Octave Mirbeau », Cahiers Octave Mirbeau, 1995, no 2, p. 39-46.
  • Pierre Michel, « Octave Mirbeau et Stanislas du Lac », Cahiers Octave Mirbeau, 1998, no 5, p. 129-45.
  • Anne-Laure Séveno, « L’Enfance dans les 'romans autobiographiques' d’Octave Mirbeau : démythification et démystification d’une tradition littéraire : le Thème de l’enfance », Cahiers Octave Mirbeau, 1997, no 4, p. 160-80.
  • (en) Robert E. Ziegler, « ‘Pour fabriquer un rien’: From Education to Anarchy in Octave Mirbeau », Degré Second, septembre 1986, no 10, p. 23-30.

Liens externes[modifier | modifier le code]