São Borja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
São Borja
Blason de São Borja
Héraldique
Drapeau de São Borja
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Sud
État Rio Grande do Sul Rio Grande do Sul
Langue(s) portugais
Maire Farelo Almeida (PDT)
Code postal 97 000-000
Fuseau horaire
Heure d'été
UTC-3
UTC-2
Indicatif 55
Démographie
Gentilé são-borjense
Population 61 834 hab.[1] (01-04-2007)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 28° 39′ 45″ S 56° 00′ 14″ O / -28.66248, -56.00394 ()28° 39′ 45″ Sud 56° 00′ 14″ Ouest / -28.66248, -56.00394 ()  
Altitude 123 m
Superficie 361 600 ha = 3 616 km2
Divers
Site(s) touristique(s) rio Uruguai ; tombes des ex-présidents Getúlio Vargas et João Goulart
Fondateur
Date de fondation
Jésuites
Localisation
Localisation de São Borja sur une carte
Localisation de São Borja sur une carte

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
São Borja

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
São Borja
Liens
Site web http://www.saoborja.rs.gov.br/

São Borja est une ville brésilienne située dans le sud-ouest de l'État du Rio Grande do Sul, microrégion Campanha occidentale, située sur les rives du Rio Uruguay, face à l'Argentine, à laquelle elle est reliée à la cité de Santo Tomé par un Pont international, le Ponte da Integração.

Histoire[modifier | modifier le code]

São Borja par l'invocation de São Francisco Borja, fut fondée par le Père Jésuite espagnol Francisco Garcia, en 1682 et installée comme zone de peuplement effectif en 1690. Ce fut la première des Sept Missions à être organisée après la première phase des Missions orientales qui avaient été totalement détruites par les attaques des bandeirantes portugais à la recherche d'esclaves amérindiens.

Peuplée par les Indiens dans les réductions, sous la juridiction sociale des Jésuites et la tutelle politique de l'Espagne, São Borja passa sous domination portugaise en 1801, par la conquête du Territoire des Missions par Borges do Canto, Gabriel de Almeida et Manoel dos Santos Pedroso. Avec la distribution de terres aux soldats le peuplement commença de manière effective.

Administrativement São Borja faisait partie du territoire de Rio Pardo, duquel elle fut détachée par la Résolution provinciale du , signée par le gouverneur d'alors, Manoel Antônio Galvão. Cette résolution validait le transfert du Privilège Impérial du 13 octobre 1817, qui créait la bourg de Vila de São Luiz Gonzaga -qui ne fut pas consacré politiquement, par faute de moyens.

Le la Chambre Municipale de Rio Pardo prêta serment et un Député municipal fut élu peu après. Par la ratification municipale du , fut installé le bourg de São João et, le , il était élevé à la qualité de paroisse. La Loi nº 185 du , créait le premier District de São Borja. Finalement, le , la condition de ville lui fut attribuée.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Ponte da Integração[modifier | modifier le code]

Le Pont international São Borja-Santo Tomé était réclamé depuis de nombreuses années par les deux communautés, ayant déjà interpelé Getúlio Vargas à ce sujet dans les années 1930.

L'engagement sur sa construction se fit à partir de la signature d'un Accord binational ratifié par les deux président de lors, José Sarney et Raúl Alfonsín, en 1989. Dans cet accord, les deux pays prévoyaient de concéder la construction du pont à des entreprises privées, tout en incombant aux deux gouvernements d'engager le travail de vente des concessions. La COMAB -COmmission Mixte Argentine-Brésil- fut créée pour mener à bien l'opération de privatisation.

Dès qu'ils s'installèrent à leurs fonctions, en 1995, le Président du Brésil, Fernando Henrique Cardoso, et le Gouverneur do Rio Grande do Sul, Antonio Britto, réitérèrent la priorité de l'entreprise. Si bien que, en février de la même année, lors d'une rencontre de travail à Foz do Iguaçú, Fernando Henrique et son homologue argentin Carlos Menem et leurs respectifs ministres concernés, approuvèrent toutes les décisions de partenariat avec le secteur privé prises auparavant, en utilisant la procédure des Data Room, déjà employée dans les privatisations argentines.

Un appel d'offres fut lancé durant lequel furent sélectionnées vingt-trois entreprises. Le 30 novembre 1995, les travaux furent accordés au consortium Mercovia, formé des entreprises Impregilo (Italie), Cigla (Argentine), Iglys (Brésil), Necon (Argentine), Chediack (Argentine) et Usifast (Brésil).

Le contrat de concession fut homologué le 12 décembre 1995. À cette date, la COMAB livra officiellement la zone construction du pont sur le Rio Uruguay, entre l'État du Rio Grande do Sul et la province de Corrientes, à la Mercovia S.A. Par cet acte commença le bail de vingt-cinq ans pour une exploitation privée du transit international, par le biais d'un tarif de péage de 9,85 US$ (1995). Le temps estimé pour la construction était de dix-huit mois à compter d'avril 1996.

Cette collaboration fut la première concession binationale de travaux publics du Mercosul et, aussi, le premier partenariat "public-privé" d'Amérique du Sud. Le Pont fut inauguré le .

Monument à Getúlio Vargas, São Borja

Le train[modifier | modifier le code]

En 1913 fut inaugurée la Gare de São Borja par la Brazil Great Southern Railway Co. Ltd., qui reliait la ville à Uruguaiana et Itaqui. En 1938 elle fut reliée plus directement à Porto Alegre, via l'embranchement de la ligne Porto Alegre-Uruguaiana, à partir de Dilermando de Aguiar. La ligne fonctionna jusqu'en 1982 à partir de Santa Maria, date à laquelle la compagnie, entretemps nationalisée, fut concédée à l'entreprise privée América Latina Logística.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

São Borja est le lieu de naissance de :

Statistiques[modifier | modifier le code]

  • Revenu per capita (2000) : R$ 246,99 (Change 2000 : R$1,00 = 4,00 FF)
    Atlas du Développement Humain/PNUD
  • PIB per capita (2003) : R$ 10.552 (Change 2003 : 1,00€ = R$ 3,00) Source : FEE

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2000 2004 José Pereira Alvarez PP élu avec 21.819 voix
2004 2008 Mariovane Gottfried Weis PDT élu avec 18.190 voix
2008 2012 Mariovane Gottfried Weis PDT  
2012 2016 Farelo Almeida PDT  

Démographie[modifier | modifier le code]

  • Espérance de vie : 72,35 ans (2000) Source : FEE
  • Coefficient de mortalité infantile (2005) : 15,22 pour 1000 Source : FEE
  • Taux d’analphabétisme (2000) : 9,04 % Source : FEE
  • Croissance démographique (2005) : 0,76 % par an
  • Indice de Développement Humain (IDH) : 0,798
    Atlas du Développement Humain PNUD - 2000
  • 50,34 % de femmes
  • 49,66 % d'hommes
  • 88,29 % de la population est urbaine
  • 11,71 % de la population est rurale

Villes voisines[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]